La Ville de Toulouse a voté la nomination d'une rue du nom de Pierre Seel, déporté homosexuel, lors de son conseil municipal du 21 décembre.

Les élus de Toulouse, majorité et opposition confondue, ont décidé à l'unanimité de la nomination d'une nouvelle voie à Toulouse qui portera le nom "Pierre Seel" lors du Conseil Municipal de la ville du 21 décembre alors que cette décision n'était attendue que début 2008.

 

L'association Les Oublié(e)s de la Mémoire, présente lors du conseil en question, parle de "conseil historique". "Nous pensons bien sûr aujourd'hui à Pierre Seel, qui a témoigné publiquement de son arrestation pour motif d'homosexualité, et de son internement à Schirmeck, en Alsace, durant la Seconde Guerre Mondiale et qui vient d'être honoré par Toulouse, sa ville d'adoption qu'il avait choisi pour y mener son combat et y finir sa vie", a déclaré l'association dans un communiqué.

Yvette Benayoun-Nakache, conseillère municipale du groupe Socialiste, membre de la commission des noms de rues, a pris la parole lors de la présentation de la rue "Pierre Seel" pour un discours qualifié de "très émouvant" par les personnes présentes. Elle a été suivie par Claudie Fontes, conseillère du groupe Communiste et citoyen. Elles ont été les seules élues à s'être exprimées sur cette nomination lors de cette séance.

La rue portant le nom de Pierre Seel est une voie située près du centre-ville, qui donne sur le Canal du Midi, entre les deux rues Port-Saint-Sauveur et Bernard-Mulé. Les Oublié(e)s de la Mémoire demande que la plaque de rue qui sera apposée porte les mentions suivantes : "Rue Pierre Seel - 1923-2005 - déporté français pour motif d'homosexualité".