Installée à Toulouse, l'exposition d'Olivier Ciappa " Les Couples Imaginaires" a été vandalisée à 2 reprises. Après les violences physiques, morales, "ils" s'en prennent aux ½uvres d'art. Quand intolérance et homophobie font face à l'art.


En décembre 2012, face à la montée de l'homophobie, Oliver Ciappa artiste multidisciplinaire se lance dans la réalisation de l’exposition  « Les Couples Imaginaires».

  Mettant en scène des célébrités incarnant des couples imaginaires, l'oeuvre du photographe se veut délivrer un message de paix, de tolérance, de tendresse et d'égalité.


Tel un drapeau blanc dressé sur un champ de batailles idéologiques, venant interpeller l'opinion publique suite au mariage pour tous et à la montée du FN, l'exposition ''réveille'' l'homophobie.

Installée le 30 Novembre 2015, l'exposition sera vandalisée 5 jours plus tard par de jeunes individus se réclamant « chrétiens » et déclarant vouloir défendre les « valeurs millénaires de la France ». Pointant du doigt « une promotion de ce style de vie », ils s'acharnent sur des photographies me semblant ''neutres'', bien loin des clichés de l'homosexualité.

« Honte », « PD » ornent certaines photos. Suite à cela, les œuvres sont réimprimés et réinstallées. Le 4 Décembre au soir, celles-ci sont à nouveau la cible de dégradations.

Pour faire face, Oliver Ciappa interpelle les internautes sur sa page Facebook, les invitant à se mobiliser en masse pour la survie de son œuvre, la résistance est lancée.

La réaction ne se fait pas attendre, son message est entendu, partagé et son œuvre reprend vie : le virtuel semble intouchable.

Les médias retransmettent l'information, ''fausse bonne nouvelle'', l'homophobie n'a pas disparu avec l'autorisation du mariage pour tous.

Alors que les photographies avaient déjà été vandalisées à Paris en 2013, de l'autre côté de l'Atlantique au Canada, au Brésil et encore au Pérou l’exposition s'était déroulée sans précédents.

Selon les dernières nouvelles, l'exposition dont les dons ont été reversés à des associations dont Le Refuge, sera renouvelée dans un lieu plus sécuritaire, plus ''laïque'', la ou (on l 'espère) l'immondicité de la bêtise humaine n'atteindra ni cette œuvre ni le puissant message qui se cache derrière.

 

*Image provenant du moteur de recherche google / les informations sont extraites de la page FB du photographe Olivier Ciappa.

 

T.