L'association des familles homoparentales, plus connue sous l'acronyme ADFH, soutient et milite pour faire reconnaître les droits des familles homoparentales et les aider à accomplir leur rôle de parents dans les meilleures conditions possibles. En juin 2011, cette association propose son projet d'adhérer à l'Union départementale des associations familiales de Paris (ou UDAF 75). Après plus de six mois d'attentes, la demande de l'association est rejetée. Le motif du rejet : les familles homoparentales n'ont aucune reconnaissance légale.

Outrée mais consciente qu'il ne faut pas rester sur un échec, l'association des familles homoparentales se tourne vers Roselyne Bachelot-Narquin, qui au moment de la demande exerçait la fonction de Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale. L'association lui demande d'annuler la décision expéditive prise par l'UDAF 75. Dans son recours, l'association des familles homoparentales énonce que le rejet est considéré comme une discrimination envers les familles homoparentales. Bien que Roselyne Bachelot-Narquin ait demandée à l'UDAF de réétudier avec attention la demande d'adhésion de l'ADFH, la demande de recours aboutira à nouveau sur un refus.

Fort de montrer son mécontentement, l'association des familles homoparentales décide de faire une nouvelle demande d'annulation auprès de Dominique Bertinot. Née un 10 janvier 1954, Dominique Bertinot est une grande femme politique, maire du IVe arrondissement de la capitale française depuis 2001. Le 16 mai 2012, cette femme dynamique a été nommée ministre déléguée à la Famille, intégrant ainsi le gouvernement de Jean-François Ayrault. Elle est, par conséquent, la seule à pouvoir agir efficacement...L'association des familles homoparentales stipule que les motifs de rejets donnés par l'UDAF 75 sont complètement absurdes et incohérents.

L'association des familles homoparentales compte désormais sur la nouvelle Ministre déléguée à la Famille pour faire bouger les choses et évoluer les mœurs... Affaire à suivre ...