Je ne sais pas quoi dire, je dis donc peu (mon manque d'inspiration est, au moment de cette rédaction, flagrant, à tel point que, pour me dédouaner en partie de cette tâche fastidieuse, je cite un homme qui saura mieux que moi remplir cet espace vide). Ne croyez pas pour autant que je n'ai rien à dire, j'ai toujours beaucoup à dire, seul le feu sacré qui me permettrait de sélectionner, parmi tout ce que j'ai à dire, quoi dire, me fait défaut. Vous qui dans les langueurs d'un esprit monastique, Ignorez de l'amour l'empire tyrannique, Que vos c½urs sont heureux puisqu'ils sont insensibles. Tous vos jours sont sereins, toutes vos nuit paisibles. Traduction libre d'un poème d'Alexander Pope
Mises à jour récentes
Plus de lecture