Sortons les cotillons !

  Société

On l'a tellement attendu, on s'est tellement battus, on a tellement marché, argumenté, râlé,partagé,été éc½urés : le sénat vient d'adopter (eh eh eh)...

 

La sphère dominante et l'homosexualité comme...

  Cinéma

La filmographie de Gus Van Sant constitue une ½uvre polymorphe, tant dans sa forme que dans les sujets traités. Cependant, certains thèmes récurrents...

 

Stop, tu me tues !

Date Sam. 12 Nov. 2016 Affichages 1043 Commentaires 0

Mes photos

C'était hier ; J'ai rencontré un mec ; Il m'a tué ! Oh, bien sûr pas au sens usuel du verbe mais au sens du chamboulement dans mon c½ur d'artichaut.

D'abord il m'a dragué avec une élégance sans cesse surprenante ; Il trouvait toujours des trucs drôle à me dire au creux de l'oreille ; Des trucs sans importance mais qui progressivement et sans effort me tenait en haleine ; J'attendais la suite des histoires ; Je me consumais d'impatience ; Il était les aiguilles et le balancier de mon horloge.

Ensuite, une fois, il a penché sa tête vers non plus mon oreille, mais mon épaule. J'étais paniqué ; Je ne savais plus pourquoi (et encore moins avec qui !) j'étais là ; Je ne voulais plus qu'une chose : que cette musique de finisse pas. Elle était l'oxygène de mes poumons et je respirais à grandes goulées comme un nageur qui se noie.

Par la suite il m'a proposé d'aller danser ; je ne sais pas danser ; Me dandiner serait plus exact ; J'ai d'abord refusé ; Mais son sourire et sa main sur mon bras, son corps si près du mien, son sourire si cajoleur, enfin tout ça, m'a décidé à y aller. J'étais comme une nouille dans un écumoire ; cuit mais pas encore consommable. Je transpirais comme un malade.

Puis ensuite il m'a demandé qui j'étais ; et ce que je faisais là ; Je n'ai su que bredouiller des banalités tellement l'oxygène se raréfiait dans mon cerveau totalement obnubilé ; Je me consumais à petit feu ; Je mourrais de désir à n'en point douter ; Je doutais de mon avenir immédiat à trop le désirer.

Je ne sais plus si nous sommes rentrés ensemble.

Oui parce que je connais la saveur de sa peau ; L'intonation de son plaisir ; La taille de son boxer.

Non parce que je ne sais plus où il habite ; si il voudra me revoir ; Si je serai à la hauteur.

Il m'a tué – Saura-t-il m'aider à ressusciter ?



Partager cet article

Commentaires

Désolé, aucun commentaire pour le moment. Désires tu être le premier à en laisser un?

Laisser un Commentaire

Désolé, les anonymes ne peuvent poster | S'enregistrer

Qui est le rédacteur?

CedricMB Homme 24 ans
FR, Paris
Message privé
Offrir Premium
Profil de CedricMB
Voir ses photos

Actions possibles

Plus d'articles

Désires tu lire plus d'articles de CedricMB? Ici se trouve les derniers messages.

Balle Oses-tu les baskets
Date 29/04/17 Lectures 1579 Commentaires 1 commentaire(s)
Balle Ses doigts sur mon âme
Date 23/04/17 Lectures 1528 Commentaires 1 commentaire(s)
Balle As-tu déjà eu des réclamations
Date 01/04/17 Lectures 1541 Commentaires 0 commentaire(s)
Balle En dessous de la ceinture…
Date 26/03/17 Lectures 1768 Commentaires 0 commentaire(s)
Balle Overgame – Overdose
Date 18/03/17 Lectures 1533 Commentaires 0 commentaire(s)
Balle Frime et frimât sont
Date 12/03/17 Lectures 1557 Commentaires 0 commentaire(s)
Balle Wet Dream Boy
Date 04/03/17 Lectures 1693 Commentaires 0 commentaire(s)
Balle Ses doigts virevoltent
Date 26/02/17 Lectures 1514 Commentaires 1 commentaire(s)
Balle As-tu la frite ? (jeu)
Date 18/02/17 Lectures 1572 Commentaires 0 commentaire(s)
Balle Mon corps rêvé : Les
Date 11/02/17 Lectures 1669 Commentaires 0 commentaire(s)