me couper du monde... ou profond mal être

kg
Photo
Date 16/07/2018 11:54

Je m'adresse plus à des personnes ayant vécu des déprimes, des dépressions, des troubles psychiques (je suis sur qu'il doit y en avoir aussi ici) pour peut-être échanger, avoir des conseils. Pour les autres je pense que le sujet ne vas pas vous intéresser ou vous saouler puis honnêtement ça n'a rien de très festif.

Voila je pense que ça doit être une pathologie psychique lourde que je dois avoir. Mais en temps de crise (et c'est le cas en ce moment) je me coupe du monde, je ne sors plus je n'ai plus de lien social mais il y a un risque, c'est peut-être (ou pas) de détruire tout ce que je construit socialement parlant. Et puis peut-être même plus avec des pensées assez noires. Pour le coup je suis lucide.

Mais bon comment vous expliquer sans avoir de jugement style "ben oui boulet dégage !"

Voila quand j'ai c'est crise qui surviennent souvent en même temps que des angoisses très fortes, je suis incapable, bloqué, paniqué même à l'idée de contacter des amis. Parce que dans ma tête, je me dis que je ne peux que les saouler de toute façon (et c'est peut-être le cas ?). Du coup s'installe une spirale infernale, un cercle vicieux.

J'avais eu un premier symptôme avant coureur début février, mais bon c'était passé et là j'ai l'impression que je replonges. J'avais vu un psychiatre (c'est remboursé ) et cela ne l'avait pas trop inquiété. Depuis le début du mois, je replonges, je me dis que de toute façon "personne ne m'attends" et que je ne peut être qu'un boulet pour les autres qui ne pourront que vivre certainement bien mieux sans moi. Alors oui je suis conscient que pour certains oui (on ne peut pas plaire à tout le monde) mais dans ma "crise" comme actuellement je me dis que ces "certains" sont finalement "tout le monde".

Après le fait aussi que des personnes que j'apprécie ne réagissent pas plus que ça par mon "absence" et ne m'envoi pas personnellement un petit message, sms, mail pour prendre de mes nouvelles alimentent également ce cercle vicieux. Alors oui je sais, je ne suis pas le centre du monde et tout ne tourne pas autour de mon nombril et je ne le demande pas non plus.

Mais au lieu de me dire "Ne t'inquiète pas, ils pensent à toi, ils ont remarqué que tu n'étais pas là et ils vont te contacter dès qu'ils pourront pour prendre de tes nouvelles" dans ma "crise" c'est plutôt "tu vois, ils s'en foutent finalement, tu les considère comme amis mais c'est pas réciproque, pour eux tu es au mieux un gars torturé dans sa tête qu'ils acceptent par pitié au pire un boulet".

Alors c'est sur que s'ils m'envoyaient un texto, m'appelaient, je ne sais pas si je pourrais y répondre (pour le moment) mais ça me raccrocherai quand même à la civilisation, à un lien plus humain et social. Et dans mon état de "crise" actuel je ne me vois pas leur dire qu'ils m'appellent ou m'envoi des sms parce que d'une ça fait un eu "téléphoner" et "insistant" et le libre arbitre est hyper important.

Puis il y a aussi le fait que en amont quand j'ai envoyé des messages à certains, proposer des sorties, invit,... à d'autres je n'ai eu aucune réaction, aucune réponse. Tout ça nourri mon mal-être et ce "mauvais film" en me disant que ça vient surement de moi et que forcément je suis perçu comme un "boulet" pour les gens.

Là ou certains fêtaient la victoire des bleus, les feux d'artifices moi j'étais plutôt au fond du trou. Ben du coup résultat, j'ai l'impression qu'il y a un vide immense autour de moi ''

Alors en 10-15 jours il y a eu certes des gens qui m'ont appelé mais c'était soit l'administration (et eux j'en ai un peu rien à battre) soit des gens que j'apprécie pas plus que ça ou que je trouve qu'ils jouent un jeu double et pas claire avec moi.

Dont un, on est pote certes, mais il a quand même réussi dans le passé à me piquer mon copain de l'époque. Toujours avec son côté un peu mielleux mais pour me faire un coup foireux après. Certes je lui ai pardonné de bon c½ur, mais je reste sur une certaine réserve (pardonner n'est pas oublier). Et quand je vais pas trop bien, ce n'est pas la personne à qui j'ai particulièrement envie de me confier.

Après oui il y a eu une amie, une bonne amie (enfin pour moi en tout cas) qui m'a laissé un message mais là pareil je voulais pas être un "poids" pour elle.

Hélas le soucis de ce cercle infernal et vicieux c'est qu'il m'amène à avoir des idées plus sombres (50 nuances de sombres)et du coup j'envisage de "partir" en me disant comme ça je débarrasserai l'humanité d'un poids. Quand je dis j'envisage, il y a encore aucun passage à l'acte, mais quand même une réflexion en ce sens.

Désolé pour ce pavé et désolé si ça vous a saouler, mais voila peut-être que des gens ont traversé des périodes comme celles là pour me conseiller.

(côté médical j'ai vu mon docteur et je dois revoir mon psy qui est sans doute en vacance car pas de réponse)

NaniOkonawareru
Photo
Date 16/07/2018 21:03

Si tu as une amie qui en a quelque chose à foutre de toi, parle-lui. Ce n'est pas si inintéressant lorsque quelqu'un qui compte pour nous nous raconte sa vie, même si notre vie est triste pour le moment. Le rôle des amis c'est notamment et surtout de savoir faire des câlins quand on va pas bien.
D'ailleurs le rôle des amis, c'est aussi qu'ils sachent dire qu'ils s'en foutent lorsqu'ils s'en foutent. Fais confiance à ton/tes amie/amis ou préviens-la/les que tu vas mal et demande lui/leur un racontage de vie en bonne et due forme, si ils sont honnêtes avec oti et qu'ils n'ont pas envie, ils te le diront. (je présuppose que tu as bien choisi tes amis)

kg
Photo
Date 16/07/2018 23:17

NaniOkonawareru écrit:

Si tu as une amie qui en a quelque chose à foutre de toi, parle-lui. Ce n'est pas si inintéressant lorsque quelqu'un qui compte pour nous nous raconte sa vie, même si notre vie est triste pour le moment. Le rôle des amis c'est notamment et surtout de savoir faire des câlins quand on va pas bien.
D'ailleurs le rôle des amis, c'est aussi qu'ils sachent dire qu'ils s'en foutent lorsqu'ils s'en foutent. Fais confiance à ton/tes amie/amis ou préviens-la/les que tu vas mal et demande lui/leur un racontage de vie en bonne et due forme, si ils sont honnêtes avec oti et qu'ils n'ont pas envie, ils te le diront. (je présuppose que tu as bien choisi tes amis)



C'est vrai, après je vais pas jusqu'à leur demander des câlins, mais juste une attention, un petit texto de temps à autres. Mais peut-être que j'ai justement "peur" d'être rembarré violemment. De me dire que ce que j'ai aimé comme des amis (et que j'aime encore, dans le bénéfice du doute) n'en sont peut-être finalement pas. Puis il y a aussi la peur d'être vu comme un "boulet", question de fierté peut-être aussi.

Pour l'amie en question j'ai plus de nouvelles après c'est récent donc normal elle a d'autres trucs à faire. Mais le risque n'est-il pas finalement que si je reprends pas le "dessus" et ne recontacte pas mes ami(es) enfin ceux que je crois être mes ami(e)s, ils finissent par se lasser et me laisser tomber pour de bons ? Quel peut-être le juste équilibre entre ne pas être "boulet" (ce que je ne pense pas être) et être totalement "absent" au risque que les gens nous zappent ?

Phylos
Photo
Date 17/07/2018 22:03

Yo.

Les relations sociales, c'est un truc atrocement complexe.

J'ai eu un passé assez sombre, relativement triste et solitaire, donc je ne sais pas si nous avons le même point de départ dans la vie, mais je vais essayer, autant que je le peux, de t'aider, parce que je connais la détresse dans laquelle on peut être dans cette situation.

En fait, je ne suis même pas sûr d'être en mesure de t'aider vu comme mon point de vue est devenu atrocement cynique avec le temps (mais je le vis bien, donc pour moi, ça va)

Si je résume ce que tu dis, c'est que tu te sens relativement mal, que cela mène à l'isolement, et que tu attends des autres qu'ils te tendent la main pour rompre cet isolement, quand bien même tu penses que cela ne parviendrait pas à ses fins.

De ce que j'ai observé, autant en victime que de l'autre côté, c'est que, lorsque tu t'isoles, tu es relativement invislble, à moins de faire partie d'un très petit groupe d'amis très soudé (et que chaque membre de ce petit groupe ne fréquente que le groupe lui-même)

En fait, il est très compliqué, en tant qu'individu social, de se rendre compte que quelqu'un s'isole, d'autant plus lorsque celui-ci est une connaissance plus ou moins proche dont on ne connaît pas forcément les détails de la vie. On remplace cette entrevue par d'autres, avec d'autres gens, et on met parfois du temps avant de réaliser que quelqu'un s'est isolé. Viennent ensuite les questionnements sur les raisons de cet isolement, qui ne sont pas non plus évidentes (nouveaux amis, coup de mou, évènement familial, professionnel ?)

Je ne pense pas qu'il faille attendre d'un cercle de connaissances, même de connaissances proches, de remarquer son absence. Par contre, cela fait mal, parce qu'on se sent déjà seul, et que, finalement, la vie ne nous aide pas à y voir plus clair.

A cela, il n'y a pas 30 remèdes : il faut, de soi-même, faire l'effort de sortir de son trou, ou bien d'accepter de vivre de façon plus ou moins solitaire (c'est un chemin long et tortueux, mais qui apporte plein d'avantages à la fin)

Tu peux, éventuellement, rencontrer des inconnus, ça peut aussi faire changer d'air et voir d'autres mondes inexplorés.

Si tu le souhaites, ma messagerie est ouverte

NaniOkonawareru
Photo
Date 19/07/2018 23:42

kg > je pense qu'il n'y a pas de juste équilibre. Si tu demandes un câlin à un.e ami.e, c'est plutôt perçu comme une marque d'attention, quelque chose de mignon, quelque chose de neutre ; ou bien si tu sens très mauvais, quelque chose de dégoûtant (dans ce cas prends une douche avant de les voir et le souci est probablement réglé).

Je suis complètement d'accord avec ce que dit Phylos, et à cela je rajouterais ça : Si tu t'isoles, tu vas finir isolé. Si tu demandes de l'aide, tu vas finir aidé. Si tu demandes de l'attention et que tu en donnes, tu vas finir aimé.
Et aussi, n'aie pas peur de tes amis, car avoir peur de quelqu'un ça empêche de l'aimer. Et aimer quelqu'un c'est au moins aussi sympa que d'être aimé.

kg
Photo
Date 20/07/2018 20:53

NaniOkonawareru écrit:

kg > je pense qu'il n'y a pas de juste équilibre. Si tu demandes un câlin à un.e ami.e, c'est plutôt perçu comme une marque d'attention, quelque chose de mignon, quelque chose de neutre ; ou bien si tu sens très mauvais, quelque chose de dégoûtant (dans ce cas prends une douche avant de les voir et le souci est probablement réglé).

Je suis complètement d'accord avec ce que dit Phylos, et à cela je rajouterais ça : Si tu t'isoles, tu vas finir isolé. Si tu demandes de l'aide, tu vas finir aidé. Si tu demandes de l'attention et que tu en donnes, tu vas finir aimé.
Et aussi, n'aie pas peur de tes amis, car avoir peur de quelqu'un ça empêche de l'aimer. Et aimer quelqu'un c'est au moins aussi sympa que d'être aimé.



Il y a des personnes justement qui sont assez réticentes à tout ce qui est câlin. Et parmi mes amis, y compris lgbt c'est... disons qu'ils n'ont pas trop l'habitude après non ce n'est pas dû à mon odeur je déteste sentir mauvais du coup je sens toujours bon.

Après Phylos ce que tu décris, je m'y retrouve assez bien dedans. Je m'isole et j'attends que les autres (enfin en même temps c'est compliqué, pas tout les autres, j'attends pas des relous non plus) viennent me tendre la main.

Alors peut-être que je suis borderline ? Les borderlines ressentent les émotions plus intensément et sensiblement que les autres par exemple mais ils peuvent aussi être sujet à des angoisses avec une peur d'abandon ou de rejet. Une chose dite de manière bienveillante à plus de portée que la normal mais malheureusement son contraire également. Je dois voir un psy (il y a pas de honte à cela) et je pense qu'il m'en dira un peu plus.

Par exemple quelqu'un que j'aime bien qui va me dire/faire quelque chose de gentil ça peut éclairer toute ma journée ou une bonne partie et inversement, alors que quelqu'un de "normal" (en même temps la normalité n'existe pas vraiment) ben il va être content/triste sans doute mais sans plus.

Après là aussi ou tu as raison c'est que de notre côté on peut attendre un signe de quelques amis qui eux peut-être et sans doute sont juste occupé à autre chose. Sauf que nous, en tout cas moi en temps de "crise" (je précise) je qualifie ça purement et simplement d'abandon, de rejet. Alors oui après 10-15 jours de silence, ils ont commencé (mes amis proches) à se dire que c'était étrange, surtout que je ne venais même plus à leurs invitations et je donnais pas de raison.

Donc oui vivre toujours tout seul peut avoir son avantage, tu ne t'attache pas, à personne, et du coup tu ne souffres pas d'un quelconque rejet... mais quelle triste vie quand même non ?

Se forcer ? Alors là ça aussi un autre paradoxe, en temps de "crise" je suis totalement "bloqué". Comme je dis plus haut, je ne répond plus à rien et à personne car dans ce "côté sombre" je me dis que les autres ne peuvent être que mieux sans moi. En dehors de ses "crises" ça va à peu près.

Merci Phylo oui ça peut être sympa d'échanger en MP

NaniOkonawareru
Photo
Date 21/07/2018 1:48

kg écrit:

Se forcer ? Alors là ça aussi un autre paradoxe, en temps de "crise" je suis totalement "bloqué". Comme je dis plus haut, je ne répond plus à rien et à personne car dans ce "côté sombre" je me dis que les autres ne peuvent être que mieux sans moi. En dehors de ses "crises" ça va à peu près.


En fait, de ce que je vois, ce n'est pas vraiment un paradoxe mais plutôt une angoisse qui prend le dessus sur tout le reste. La phobie sociale, ça se manifeste de plein de manières et ça dépend de notre personnalité et de nos peurs profondes. Lorsqu'on a peur, on peut faire 3 choses : fuir, attaquer, rester paralysé. Lorsqu'on angoisse, c'est pas possible d'attaquer alors les deux autres options sont généralement les deux qui restent.

Personnellement je sais que j'ai une forte peur du rejet, que je peux vaincre (que j'ai vaincue) par la désensibilisation. Plus je me confronte à la peur, plus je la regarde en face, plus je vois si elle est vraiment fondée, plus je me rends compte qu'elle n'est qu'une illusion.
En revanche, lorsqu'on a peur du rejet, la chose que l'on fait le plus souvent, c'est fuir ceux dont on craint le rejet (ce qui revient un peu à les rejeter). C'est instinctif, et, bien que pas très malin, c'est compréhensible : on fuit ce qui nous stresse et on s'imagine ce qui nous fait peur, et ensuite on a peur de cette situation imaginaire. Bref, c'est un peu sans fin si on ne sort pas la tête de la boucle.

kg
Photo
Date 21/07/2018 12:29

NaniOkonawareru écrit:
kg écrit:

Se forcer ? Alors là ça aussi un autre paradoxe, en temps de "crise" je suis totalement "bloqué". Comme je dis plus haut, je ne répond plus à rien et à personne car dans ce "côté sombre" je me dis que les autres ne peuvent être que mieux sans moi. En dehors de ses "crises" ça va à peu près.


En fait, de ce que je vois, ce n'est pas vraiment un paradoxe mais plutôt une angoisse qui prend le dessus sur tout le reste. La phobie sociale, ça se manifeste de plein de manières et ça dépend de notre personnalité et de nos peurs profondes. Lorsqu'on a peur, on peut faire 3 choses : fuir, attaquer, rester paralysé. Lorsqu'on angoisse, c'est pas possible d'attaquer alors les deux autres options sont généralement les deux qui restent.

Personnellement je sais que j'ai une forte peur du rejet, que je peux vaincre (que j'ai vaincue) par la désensibilisation. Plus je me confronte à la peur, plus je la regarde en face, plus je vois si elle est vraiment fondée, plus je me rends compte qu'elle n'est qu'une illusion.
En revanche, lorsqu'on a peur du rejet, la chose que l'on fait le plus souvent, c'est fuir ceux dont on craint le rejet (ce qui revient un peu à les rejeter). C'est instinctif, et, bien que pas très malin, c'est compréhensible : on fuit ce qui nous stresse et on s'imagine ce qui nous fait peur, et ensuite on a peur de cette situation imaginaire. Bref, c'est un peu sans fin si on ne sort pas la tête de la boucle.



C'est tout à fait plausible que cette angoisse prennent le dessus sur tout. Alors ma question est comment fait-on quand elle nous paralyse à ce point ? Car c'est un cercle vicieux, une spirale qui fait justement que c'est elle qui nous astreint loin de toute vie sociale. Car quelque part ou une part de moi à envie d'aller voir les autres, de sortir. Mais une autre part de moi en temps de crise et qui l'emporte me bloque, m'empêche d'avoir cette vie sociale.

Alors certes beaucoup connaissent cette   des 2 loups qu'on a en soit (le noir et le blanc). L'un étant ouvert, bon, gentil, sociable l'autre étant son contraire. Le gagnant des loups est celui qu'on nourri.

Mais voila que se passe t-il quand le "loup sombre" s'en prend au "bon loup" à l'intérieur de nous. Car c'est vraiment ce qui se passe dans mes temps de crise. Bien sur ce "loup négatif" ne s'en prend qu'à moi. Autrement dit je suis incapable de faire du mal ou de vouloir du mal à une personne. En revanche m'en prendre à moi oui c'est assez fréquent.

NaniOkonawareru
Photo
Date 22/07/2018 18:44

Ben je dirais que si tu veux éviter l'angoisse, le mieux et de l'identifier, et d'aller vers elle ; ou bien de se représenter mentalement ce qu'on ferait si elle arrivait.
Par exemple, tu es censé aller à l'Assemblée des Copains. Mais tu as peur que les Copains te rejettent. La peur est envahissante, et au final tu ne vas attendre que ça passe chez toi, paralysé.
Les solutions auraient été, soit d'y aller avec le palpitant à 300bpm (ça s'appelle du courage, c'est pas le plus simple) ; soit de se dire "Et si ils me rejetaient, qu'est-ce que je ferais ? Je ferais ça.", puis d'y aller.
Simplement rester pragmatique face à la peur qui surgit, et questionner son fondement : "Pourquoi ils me rejetteraient, est-ce que je suis réellement au centre de leur attention ?"
C'est un peu comme lorsqu'on se sent en permanence jugé par les gens, alors qu'en fait les personnes sont concentrées sur ce qu'elles font et sont, par sur ce que nous nous sommes et faisons.

Personnellement, plutôt que de taper sur les doigts du loup noir, je l'écouterais, je dirais "Ok, je comprends. Voilà ce que moi j'en pense.". En gros, pour moi, accepter que le loup noir soit là et donner son avis, c'est nourrir le loup blanc. Ce n'est pas en tapant sur nos mécanismes mentaux néfastes qu'on peut les éliminer, mais plutôt en les ignorant et en les laissant passer devant nous sans les toucher, ils finissent par perdre consistance lorsqu'on ne met pas notre attention sur eux.

Enfin, c'est mon avis

kg
Photo
Date 23/07/2018 19:16

NaniOkonawareru écrit:

Ben je dirais que si tu veux éviter l'angoisse, le mieux et de l'identifier, et d'aller vers elle ; ou bien de se représenter mentalement ce qu'on ferait si elle arrivait.
Par exemple, tu es censé aller à l'Assemblée des Copains. Mais tu as peur que les Copains te rejettent. La peur est envahissante, et au final tu ne vas attendre que ça passe chez toi, paralysé.
Les solutions auraient été, soit d'y aller avec le palpitant à 300bpm (ça s'appelle du courage, c'est pas le plus simple) ; soit de se dire "Et si ils me rejetaient, qu'est-ce que je ferais ? Je ferais ça.", puis d'y aller.
Simplement rester pragmatique face à la peur qui surgit, et questionner son fondement : "Pourquoi ils me rejetteraient, est-ce que je suis réellement au centre de leur attention ?"
C'est un peu comme lorsqu'on se sent en permanence jugé par les gens, alors qu'en fait les personnes sont concentrées sur ce qu'elles font et sont, par sur ce que nous nous sommes et faisons.

Personnellement, plutôt que de taper sur les doigts du loup noir, je l'écouterais, je dirais "Ok, je comprends. Voilà ce que moi j'en pense.". En gros, pour moi, accepter que le loup noir soit là et donner son avis, c'est nourrir le loup blanc. Ce n'est pas en tapant sur nos mécanismes mentaux néfastes qu'on peut les éliminer, mais plutôt en les ignorant et en les laissant passer devant nous sans les toucher, ils finissent par perdre consistance lorsqu'on ne met pas notre attention sur eux.

Enfin, c'est mon avis



C'est pas tout a fait une question de rejet de leur part, car s'ils me rejetaient en bloc d'1/ ça serait pas des amis de 2/ je n'irais pas. C'est plutôt moi qui est l'impression d'être de trop.

Alors pour la petite info oui dans certains autres groupes il peut y avoir une personne qui me rejettent plus ou moins et ça peut du coup me bloquer pour retourner dans ce groupe.

Par exemple pour prendre un autre exemple qui m'est arrivé. Il y a quelques années j'ai été invité à un anniversaire mais voila dans ce groupe il y avait un gars qui était des plus désagréable avec moi et qui n'a d'ailleurs pas hésité à me outer devant tout le monde en disant sous forme d'humour au mec "et les gars faites attention à vos fesses, c'est un pd" (c'est homophobe on est d'accord ?). Même si à la base le groupe (à part ce con, m'acceptait bien) ben résultat des courses c'est moi qui me suis exclu de ce groupe de potes.

Mais pour en revenir au présent, quand je vais quelque part j'ai juste un peu besoin "d'exister" et de sentir et qu'on me fasse sentir que j'existe. Ce n'est pas que je veux tirer la couverture qu'à moi (loin de là), ni par égo démesuré (même si on en a tous un petit peu). Mais si c'est juste faire partie des "meubles" je ne voit pas l'intérêt en fait. Si c'est juste être là pour être là... ça n'a pas trop de sens à mon avis. Donc oui quelque part j'espère un peu être au centre de leur attention un peu comme quand tu vois des amis, il y a un minimum ou tu t'intéresse à la personne (si elle va bien ? prendre de ses nouvelles et vice versa) Juste de l'humain en quelque sorte.

Et dans ces temps de crise je me dit : "de toute façon comme ils en ont rien à foutre à quoi bon...!" ce qui est évidemment faut (enfin je l'espère).

A la limite, je préfère quelqu'un qui me dise "dégage !" certes c'est froid, c'est "méchant" mais au moins c'est ce qu'il pense que plutôt le côté hypocrite ceux qui n'osent pas te le dire, mais te le font sentir.

Car je sais pas vous mais j'ai remarqué ceci que même en amitié (en tout cas dans un groupe et tout comme en amour) il pouvait y avoir des rivalité de "jalousie" de vouloir tel ou tel ami(e)s pour soi et soi seul. Je ne m'exclu pas de ce genre d'émotion sauf que comme dis le vieux Finkielkraut je pense contre moi-même.

Plus clairement il y a des ami(e)s que j'aime bien et dans un groupe des personnes que j'aime moins ou pas. Et quand ces ami(e)s sont accaparé par des gens que j'aime moins/pas ben je me dis qu'ils ont le droit aussi d'aller voir mes ami(e)s. Mais certains ne pensent pas comme moi et n'hésite pas parfois coûte que coûte soit faire "barrage", vous envois des "piques" ou avoir des comportements pas très sympa. Ça ne vous ai jamais arrivé ? Style vous parlez avec un(e) de vos ami(e) et une personne que vous n'aimez moins/ pas trop/ pas du tout vous calcule même pas et coupe votre conversation pour s'accaparer votre ami(e).

Ça aussi joue en ma défaveur et parfois me fait dire "peut-être je suis de trop" à moins de vouloir rentrer en conflit ouvert avec ce genre de personne.

 
10 messages - Page 1 sur 1 

Une seule page de résultat.

Poster une réponse


Relatif : me couper du monde... ou profond mal être

Quand je dors avec lui
par enigme le 29/12/2013 4:43 - Lu 8041 fois
ah aussi, il m'as un matin ou je l'avais touché durant la nuikt "j'ai un problème, j'ai le someil lour et profond, trop profond""profond...trop profond."
Le cooming out
par dan76600 le 17/03/2009 21:01 - Lu 218 fois
oh bé de rien slim95 =^_^= pi bon, d'un côté j'ai eû de la chance pck sa aurait pû être bien pire ! ils auraient pû me couper internet, me couper mon portable et...
Tombé amoureux d'un hétéro, des solutions?
par Freuddu75 le 28/01/2014 0:37 - Lu 181 fois
dis lui avant qu'il ne soit vraiment trop tard. a défaut de pouvoir couper les ponts peut être que lui pourra.. couper les ponts ? c'est une expression ca ?
Aurevoir
par le 29/10/2008 19:50 - Lu 667 fois
ce genre de message me fait trop rire ^^ adieu tt le monde , j ai trouvé l'amour . le plus drôle c est quand ils se font larguer , et leur retour ^^ enfin personnellement je te...
juste un "Oublis moi"...
par Bianca00 le 15/11/2013 18:18 - Lu 420 fois
peut être lié à des soucis de familles, coming out forcé, famille pour qui c'est mauvais d'être homosexuel, enfants qui doivent couper les ponts avec le monde gay d'un...

Infos et prévention

Videos

  Fier d'être gay
Ajouté le 14/07/09
Affichée 1560047 fois
9 votes, 5/5
  Pas gay d'être homo... 1/3
Ajouté le 07/08/07
Affichée 1571116 fois
20 votes, 4/5
  Pas gay d'être homo... 2/3
Ajouté le 07/08/07
Affichée 1591968 fois
1 votes, 4/5
  Pas gay d'être homo... 3/3
Ajouté le 07/08/07
Affichée 1566429 fois
2 votes, 5/5
  UN MONDE DE BULLES, Spéciale Homosexualité dans la bd
Ajouté le 02/01/11
Affichée 1556775 fois
21 votes, 5/5

Les News

« Sa raison d'être » : un téléfilm... Cette année, France 2 remontera le temps et assimilera « homosexualité » au « Sida »  
XV de France: tout est possible Ils l'ont fait! L'équipe de France de rugby est parvenue à se hisser en finale de coupe du monde. Après une victoire serrée face au Pays de Galles, les Bleus ont réussi à s'imposer ce samedi. Retour sur le chemin des Bleus avant de se concentrer sur la finale.  
Un kiss-in contre l'homophobie le... Le jour de la saint valentin, venez participer à la 5e édition du kiss-in contre l'homophobie et vous embrasser goulument pendant 5 minutes afin de lutter à votre façon contre l’homophobie. Un moyen sympa de militer à travers le monde !  
Saint-Pétersbourg, mon amour ? Pas... Saint-Pétersbourg, la deuxième plus grande ville russe, pointée du doigt suite à l'arrestation d'un militant LGBT pour "propagande homosexuelle en place publique".  
Historique synthétique de la... Suite à la manifestation violente et xénophobe qui a eu lieu à Tel Aviv le 24 Mai, et suite au sujet sur cet événement, il me semble peut-être nécessaire de faire un petit point, enfin un gros point historique sur la création de l'état d'Israël et sa construction progressive, notamment d'un point de vue géographique et architectural. Deux temps un premier purement contextuel, et un second centré sur la construction de l'état, notamment du point de vue de sa construction et de son architecture.