Les préjugés dans la Musique (Interview...

  Musique

Le monde est depuis longtemps source de discriminations et de préjugés. Trop souvent des communautés ou des hommes sont mis de côté à cause de ...

 

''Les couples imaginaires" : l'oeuvre...

  Actualités

Installée à Toulouse, l'exposition d'Olivier Ciappa " Les Couples Imaginaires" a été vandalisée à 2 reprises. Après les violences physiques,...

 

Les bisexuels peuvent-ils nous faire souffrir ? 2° page

kg
Photo
Date 22/09/2017 0:03

jesaispasptn écrit:

mais bordel au lieu d'aller voire wikipedia juste va dans les communautés yaoi !! Y'a QUE des filles. ptn moi j'ai pas une vision wikipedia mais j'ai traîné dedans pendant des années alors je sais ce que je dis.
En plus tu cites un auteur sur combien ?? des milliers tiens ! j'ai même pas trouvé cette auteur en plus.



Déja si cela était si prisé comme tu le dis, pourquoi n'a t'il pas pignon sur rue lors des Japan Expo ? Je dis ça, je dis rien. Après qu'il y ai des femmes qui le lisent est une chose, ça ne veut pas dire que toute la majorité des femmes japonaises lisent des yaoi.

jesaispasptn écrit:

Oui et donc ? Ca empêche pas certains de se mettre des ½illères jusqu'à je sais pas quel âge.



Je n'ai jamais dit le contraire, mais excuse-moi s'ils sont vraiment gay, on peut pas dire qu'ils y prennent leurs pieds à moins d'avoir une double vie, ça arrive beaucoup aussi.

jesaispasptn écrit:

Je le répète, pas tout le monde ne vas aller mettre à mal son propre bonheur pour le caprice de certains, oui, des parents qui veulent un enfant hétéro et des petits enfants au dépit des choix de leur enfant, je considère ça comme un caprice.


Juste comme ça, hein, imaginons (c'est une pure fiction certes) que tout les hommes avaient le choix entre deux sexualité, homo ou hétéro. Autrement dit, les homos pourraient devenir amoureux de femmes/ou de mecs si ce sont des femmes (comme des hétéros en fait) et les hétéro pourraient tomber amoureux de mecs/ou de fille si ce sont des femmes (comme des vrais gays) et les bi devraient choisir entre l'une ou l'autre attirance et orientation. Ben perso, je ne suis pas sur que beaucoup de monde choisiraient d'être gay.

Autrement dit, être bi, gay, lesbienne ou hétéro ce n'est pas un choix. On choisit de le vivre ou pas, mais on ne choisit pas son orientation. Tout comme on ne choisit pas de tomber amoureux de tel personne et pas tel autre. Ceci étant dit, on peut quand même choisir une certaines facilité et "zone de confort".

jesaispasptn écrit:

Bah non, accepter, ça peut juste vouloir dire, "je me refoule pas". "Tolérer" ça a peut être un fond douteux, mais "accepter", c'est un terme très neutre.


Pas si neutre que ça, car dans ce terme utilisé, il y a quand même une notion de faire un effort pour accepter comme si cela n'était pas naturel, normal. On ne dit jamais la terre accepte l'eau de pluie. Je préférerai le mot approuver, ça a un côté plus engageant finalement. C'est plus fort (et beau) de dire j'approuve ce qu'il est, j'approuve qu'il soit bi, gay, lesbienne, transgenre,... plutôt que j'accepte.

jesaispasptn écrit:

Dans le meilleur des cas sa famille n'a pas a se faire une raison puisque sa famille n'attendait rien de la sexualité de leur enfant.


En plus ! Attendre des petits enfants et une hétérosexualité de son enfant c'est hyper égoïste et malsain.



Heuuu en général à moins de croire que les enfants naissent dans les choux, tout parents pas trop coincé sur la question, espèrent que leur jeune ado va tomber amoureux en l'occurrence de fille. Après bien entendu ça ne veut pas dire que les parents en parlent aisément avec leurs enfants ou plutôt jeune ado (ou vice versa) car forcément c'est un fait, étant d'une majorité hétéro, ils vont tout bonnement penser que leurs enfants le sera aussi. Et dans ce cas, précis oui on peut parler de la part de bien des parents "d'acceptation".

Si tu vas par là @jesaispasptn faire des enfants et tout aussi égoïste. Pourquoi les gens font des enfants alors qu'il y en a plein qui sont malheureux ? Pourquoi faire des enfants alors que la terre arrive a saturation de sa population ? C'est une forme d'égoïsme quelque part parce qu'on veut que l'enfant soit issu de notre sang, de notre chair.

tobis75
Photo
Date 22/09/2017 0:24

kg écrit:

Je dis ça, je dis rien. Après qu'il y ai des femmes qui le lisent est une chose, ça ne veut pas dire que toute la majorité des femmes japonaises lisent des yaoi.



Ca devient de pire en pire.


kg écrit:

Si tu vas par là @jesaispasptn faire des enfants et tout aussi égoïste. Pourquoi les gens font des enfants alors qu'il y en a plein qui sont malheureux ? Pourquoi faire des enfants alors que la terre arrive a saturation de sa population ? C'est une forme d'égoïsme quelque part parce qu'on veut que l'enfant soit issu de notre sang, de notre chair.



Première chose intelligente que tu dis.

NaniOkonawareru
Photo
Date 22/09/2017 2:30

kg écrit:

Déja si cela était si prisé comme tu le dis, pourquoi n'a t'il pas pignon sur rue lors des Japan Expo ? Je dis ça, je dis rien. Après qu'il y ai des femmes qui le lisent est une chose, ça ne veut pas dire que toute la majorité des femmes japonaises lisent des yaoi.


Scuzi, tu confonds. On dit que la majorité des lecteurs de yaoi sont des femmes ; tu nous réponds que la majorité des femmes japonaises ne lisent pas de yaois. Y a pas de lien logique.
Qu'on dise que la majorité des lecteurs de yaoi sont des femmes n'implique pas que les femmes soient en majorité des lectrices de yaoi. Ce sont deux propositions bien distinctes

jesaispasptn
Photo
Date 22/09/2017 3:23

kg écrit:

Déja si cela était si prisé comme tu le dis, pourquoi n'a t'il pas pignon sur rue lors des Japan Expo ? Je dis ça, je dis rien. Après qu'il y ai des femmes qui le lisent est une chose, ça ne veut pas dire que toute la majorité des femmes japonaises lisent des yaoi.


Ah non y'a des gros stands de vente de yaoi (et je dis pas ça sans connaître encore une fois, la Japan Expo, j'y suis allé), y'a même une convention dédiée au yaoi en France, la Ycon à Paris, et à Lyon il me semble.
NaniOkonawareru a répondu à ta deuxième remarque. (+ le yaoi n'est pas lu qu'au Japon)

kg écrit:

mais excuse-moi s'ils sont vraiment gay, on peut pas dire qu'ils y prennent leurs pieds à moins d'avoir une double vie, ça arrive beaucoup aussi.


Je comprend pas où tu veux en venir ? Je te disais avec ce point là qu'avec un gay refoulé et une personne bi qui finirait en couple hétéro, on en arrivait au même point (sauf que le bi le vivrait mieux), donc que ça n'avait rien à voir avec l'orientation sexuelle, mais le niveau d'acceptation de son orientation justement, et le hasard (parce qu'avec le hasard, si une personne bi peut quitter une personne du même genre pour une personne du genre opposé, un gay peut quitter une personne du même genre pour une autre personne du même genre).

kg écrit:

Juste comme ça, hein, imaginons (c'est une pure fiction certes) que tout les hommes avaient le choix entre deux sexualité, homo ou hétéro. Autrement dit, les homos pourraient devenir amoureux de femmes/ou de mecs si ce sont des femmes (comme des hétéros en fait) et les hétéro pourraient tomber amoureux de mecs/ou de fille si ce sont des femmes (comme des vrais gays) et les bi devraient choisir entre l'une ou l'autre attirance et orientation. Ben perso, je ne suis pas sur que beaucoup de monde choisiraient d'être gay.

Autrement dit, être bi, gay, lesbienne ou hétéro ce n'est pas un choix. On choisit de le vivre ou pas, mais on ne choisit pas son orientation. Tout comme on ne choisit pas de tomber amoureux de tel personne et pas tel autre. Ceci étant dit, on peut quand même choisir une certaines facilité et "zone de confort".


Tout le monde ne se déteste pas tu sais, il y en a, en assumant qu'ils auraient garder l'expérience qu'ils ont dans ce cadre, je suis certain qu'ils ne voudront quand même pas être hétéro. Moi le premier. C'est pas comme si l'attraction c'était désagréable de A à Z. Et franchement, si la majorité des gens comme tu le penses se déteste comme ça, c'est bien triste, mais je ne le crois pas, sinon y'aurait pas autant de lutte pour que la variété des orientations sexuelles arrêtent d'être quelque chose sujet à la discrimination.

kg écrit:

Pas si neutre que ça, car dans ce terme utilisé, il y a quand même une notion de faire un effort pour accepter comme si cela n'était pas naturel, normal. On ne dit jamais la terre accepte l'eau de pluie. Je préférerai le mot approuver, ça a un côté plus engageant finalement. C'est plus fort (et beau) de dire j'approuve ce qu'il est, j'approuve qu'il soit bi, gay, lesbienne, transgenre,... plutôt que j'accepte.


Ah oui je n'avais pas vu ça comme ça !

kg écrit:

Heuuu en général à moins de croire que les enfants naissent dans les choux, tout parents pas trop coincé sur la question, espèrent que leur jeune ado va tomber amoureux en l'occurrence de fille. Après bien entendu ça ne veut pas dire que les parents en parlent aisément avec leurs enfants ou plutôt jeune ado (ou vice versa) car forcément c'est un fait, étant d'une majorité hétéro, ils vont tout bonnement penser que leurs enfants le sera aussi. Et dans ce cas, précis oui on peut parler de la part de bien des parents "d'acceptation".

Si tu vas par là @jesaispasptn faire des enfants et tout aussi égoïste. Pourquoi les gens font des enfants alors qu'il y en a plein qui sont malheureux ? Pourquoi faire des enfants alors que la terre arrive a saturation de sa population ? C'est une forme d'égoïsme quelque part parce qu'on veut que l'enfant soit issu de notre sang, de notre chair.


Bon, "égoïste" c'est peut-être un mot un peu fort, c'est vrai que y'a un rapport avec l'hétéronormativité de la société + l'attente systématique de descendance qui est une question de norme pour une grande partie plutôt qu'autre chose. Ceci dit je considère toujours que ça ne devrait pas les regarder.
Bah...je considère ça aussi égoïste de faire des enfants. :/ Mais ça c'est un autre sujet.

kg
Photo
Date 23/09/2017 0:25

tobis75 écrit:

Ca devient de pire en pire.

Perso, c'est pas parce que certaines femmes japonaises ont lu des yaoï que ça veut dire que les femmes japonaises et les femmes en général aiment voir deux hommes faire l'amour (ou baiser c'est selon).

NaniOkonawareru écrit:

Scuzi, tu confonds. On dit que la majorité des lecteurs de yaoi sont des femmes ; tu nous réponds que la majorité des femmes japonaises ne lisent pas de yaois. Y a pas de lien logique.
Qu'on dise que la majorité des lecteurs de yaoi sont des femmes n'implique pas que les femmes soient en majorité des lectrices de yaoi. Ce sont deux propositions bien distinctes.



Alors déjà à la base, les Yaoi ont été écrit par des hétéros et pour un public féminin hétéro. Après il faudrait réellement des pourcentage et une étude plus sérieuse pour dire que tant de femme on lu des yaoi. Puis les quelques Yaoi que j'ai lu, ben autant dire que le mecs homo en prends pour son grade, soit il est tué. Donc oui si c'est ça qui excite les femmes japonaises mdr, je dirais pas ça être gay friendly.

tobis75 écrit:

Première chose intelligente que tu dis.


Juste un point de vue mais les mères enceintes ou qui ont des enfants auraient une autre vision des choses.

Après je sais parfaitement que le Yaoi tout comme le manga n'est pas lu qu'au Japon. Il est lu aux USA, France, Europe et même dans d'autres pays d'Asie. D'ailleurs les histoires d'hommes entre homme n'est pas l'apanage des Yaoi, il y a bien des femmes qui écrivent sur des romances entre hommes comme Evangeline Andersson, Harper Fox. Mais ce n'est pas parce que ça intéresse peut être certaines femmes "ouvertes d'esprit" que l'on peut parlé d'une majorité de femmes. Il y a des hétéros qui participent à la marche des fiertés, mais il s'agit d'une infime minorité.

jesaispasptn écrit:

Je comprend pas où tu veux en venir ? Je te disais avec ce point là qu'avec un gay refoulé et une personne bi qui finirait en couple hétéro, on en arrivait au même point (sauf que le bi le vivrait mieux), donc que ça n'avait rien à voir avec l'orientation sexuelle, mais le niveau d'acceptation de son orientation justement, et le hasard (parce qu'avec le hasard, si une personne bi peut quitter une personne du même genre pour une personne du genre opposé, un gay peut quitter une personne du même genre pour une autre personne du même genre).



Alors là fin wow, elle doit être inscrite dans les annales ! Ben oui normal quoi, ça va de soi.
Après, désolé de te contredire, mais si ça tout à voir avec l'orientation sexuelle justement. Sinon si on enlève l'orientation sexuelle, l'hétéro il quitte sa femme pour un gay. C'est tout aussi énorme que si tu me disait un gars il se fait licencier mais ça n'a rien avoir avec le travail ou une femme elle accouche mais ça n'a rien à voir avec sa maternité. Je pense, ne vous en déplaise, que oui c'est plus facile socialement parlant pour un bi que pour un hétéro.

Parce que, je sais pas moi, mais en général la vie de couple elle est quand même omniprésente car si c'est pas la famille qui s'y intéresse, ça sera l'administration, votre employeur, votre entourage. Vous avez jamais suivi des reportages sur le foot par exemple ou des footballeurs gays sont obligé de mentir et faire croire qu'ils sont avec une petite amie et pas que dans le foot d'ailleurs.

jesaispasptn écrit:

Tout le monde ne se déteste pas tu sais, il y en a, en assumant qu'ils auraient garder l'expérience qu'ils ont dans ce cadre, je suis certain qu'ils ne voudront quand même pas être hétéro. Moi le premier. C'est pas comme si l'attraction c'était désagréable de A à Z. Et franchement, si la majorité des gens comme tu le penses se déteste comme ça, c'est bien triste, mais je ne le crois pas, sinon y'aurait pas autant de lutte pour que la variété des orientations sexuelles arrêtent d'être quelque chose sujet à la discrimination.



Sans aller jusqu'à la détestation... tu sais il y a des nuances. On peut préféré une chose en nous même et en aimer moins une autre sans pour autant se détester. Alors oui, il peut y avoir des cas très minoritaire qui préférerait rester "homo" sans doute. Mais on peut rarement dire que l'homosexualité soit un choix, ni aucune autre orientation sexuelle d'ailleurs.

Puis comme j'ai dit, une mère qui attends des enfants ne trouvera pas du tout égoïste de faire des enfants. Nous même si on était "hétéros", on le verrait sans doute d'une autre manière. Mais pour en revenir aux mecs bisexuels tout en allant dans ce développement. Admettons qu'ils tombe amoureux d'une fille, il a des enfants avec elle. Ça a un côté hyper engageant si on regarde bien. Fera t-il marche arrière ? Oui certains l'on fait mais à quel prix ?Honni de leur entourage car quitter femme et enfants c'est dégueulasse pour la norme, pour les hétéronormés. Alors vous allez me dire, oui mais il y a plein de couple hétéro qui divorcent. Ce qui est tout a fait vrai. Mais re-contextualisation les choses.

Deux hommes qui se tiennent la main dans la rue (je parle même pas de se rouler des galoches) à coup sur ça va choquer. Un homme, une femme ça passera inaperçue. En revanche deux femmes qui se tiennent la main ça choque beaucoup moins (si elles s'embrassent là oui ça choque un peu plus de gens). C'est ça que je veux souligner que même si on est pas en Tchétchénie, on peut pas parler de pleine acceptation, je parle même pas d'approbation on en est à des années lumières. Tout ça pour dire que cela, qu'on le veuille ou non à un impact dans la façon de vivre notre orientation sexuelle.

jesaispasptn
Photo
Date 23/09/2017 1:42

kg écrit:

Perso, c'est pas parce que certaines femmes japonaises ont lu des yaoï que ça veut dire que les femmes japonaises et les femmes en général aiment voir deux hommes faire l'amour (ou baiser c'est selon).


Ben c'est pareil, tout les hommes aiment pas le porno lesbien.

kg écrit:

Puis les quelques Yaoi que j'ai lu, ben autant dire que le mecs homo en prends pour son grade, soit il est tué. Donc oui si c'est ça qui excite les femmes japonaises mdr, je dirais pas ça être gay friendly.


Mdr visiblement t'en as pas lu beaucoup. Le yaoi c'est l'équivalent du shojo avec quelques scènes de cul et un couple gay, c'est tout, donc la majorité des oeuvres c'est pas de la tragédie, c'est de la romance gay.

kg écrit:

D'ailleurs les histoires d'hommes entre homme n'est pas l'apanage des Yaoi


C'est sûr mais je pense que c'est le média le plus populaire où est diffusé des histoires d'amour entre hommes.

kg écrit:

Alors là fin wow, elle doit être inscrite dans les annales ! Ben oui normal quoi, ça va de soi.


Me sort pas le sarcasme alors que t'as pas compris que ma comparaison encore une fois c'était pour te montrer que les bis quittent une personne pour une autre personne, tout comme les autres personnes d'autres orientations sexuelles, donc que y'avait pas de un bi quitte un mec pour une femme pour avoir l'air hétéro, et si il y en a, c'est pas parce qu'ils sont bisexuels, mais parce qu'ils s'assument pas !

kg écrit:

Sinon si on enlève l'orientation sexuelle, l'hétéro il quitte sa femme pour un gay. C'est tout aussi énorme que si tu me disait un gars il se fait licencier mais ça n'a rien avoir avec le travail ou une femme elle accouche mais ça n'a rien à voir avec sa maternité.


Hein ??? Tu réalises que les gens peuvent quitter leur partenaire sans que ça soit de leur faute ? Peut-être parce que les sentiments peuvent s'en aller ???? Ou vaguer vers une autre personne ????? Y'a plein d'autres circonstances que la faute de l'un dans une rupture, wow.

kg écrit:

Je pense, ne vous en déplaise, que oui c'est plus facile socialement parlant pour un bi que pour un hétéro.


Est-ce que j'ai dis le contraire ? Moi ce que je critique dans ton discourt, c'est tout de suite tu fais preuve de préjugés envers les bi en disant qu'on est voué à vous quitter pour aller vivre une vie d'hétérosexuel, sauf que les gens, ce que sont les bis hein, sont tous différents ! Et oui ! Avec chacun ses expériences, et sa façon d'envisager la vie ! Et parmi toute cette variété là, il y en a qui vont pas finir comme tu le penses dans une vie hétéro mais rester dans un couple gay ! C'est si difficile à comprendre ça que le gens sont des gens avant leur orientation sexuelle ??
Tu te rends compte que tu batailles contre des personnes bi (je pense que la plus part des gens qui on répondu contre toi le sont) en essayant de nous faire croire que tu connais mieux notre orientation sexuelle que nous ?? Je rêve.

kg écrit:

Parce que, je sais pas moi, mais en général la vie de couple elle est quand même omniprésente car si c'est pas la famille qui s'y intéresse, ça sera l'administration, votre employeur, votre entourage. Vous avez jamais suivi des reportages sur le foot par exemple ou des footballeurs gays sont obligé de mentir et faire croire qu'ils sont avec une petite amie et pas que dans le foot d'ailleurs.


Oui mais malgré les difficultés y'a des gens qui comprennent assez bien que leur orientation n'a rien de mal pour préféré se battre contre les discriminations plutôt que se ranger dans une vie plus conventionnelle.

kg écrit:

Sans aller jusqu'à la détestation... tu sais il y a des nuances. On peut préféré une chose en nous même et en aimer moins une autre sans pour autant se détester. Alors oui, il peut y avoir des cas très minoritaire qui préférerait rester "homo" sans doute. Mais on peut rarement dire que l'homosexualité soit un choix, ni aucune autre orientation sexuelle d'ailleurs.


N'empêche qu'il y en a qui s'en fiche, et je suis sûr que c'est pas si minoritaire que ça, l'attraction c'est pas que le négatif, quand on trouve quelque chose d'attirant y'a quand même un attrait agréable.

kg écrit:

Nous même si on était "hétéros", on le verrait sans doute d'une autre manière.


Ca dépend des gens ! Tout le monde ne veut pas de descendance direct (voire même d'enfants).

kg écrit:

En revanche deux femmes qui se tiennent la main ça choque beaucoup moins (si elles s'embrassent là oui ça choque un peu plus de gens).


Ca choque moins parce que le sexisme/les stéréotypes.

kg écrit:

C'est ça que je veux souligner que même si on est pas en Tchétchénie, on peut pas parler de pleine acceptation, je parle même pas d'approbation on en est à des années lumières. Tout ça pour dire que cela, qu'on le veuille ou non à un impact dans la façon de vivre notre orientation sexuelle.


Est-ce que j'ai contredis ça ? Non ! Je t'ai juste répété que les gens ne sont pas un bloque uniforme ! J'ai pas non plus dis que tout les bis étaient des gens qui s'en ficheraient de finir leur vie avec une personne du même genre et qui tenteraient pas d'avoir une vie la plus normée possible !
Moi je dis juste que tu ne peux pas mettre tout un groupe de personne partageant une orientation commune dans le même sac et en espérant les mêmes attentes, expérience de vie, etc !
Les personnes bi/pan/etc, avant d'avoir l'orientation sexuelle qu'ils ont, ce sont des personnes ! Des individus avec des expériences de vie différentes ! Plus ou moins inclus dans la communauté lgbt ! Embrassant plus ou moins leur orientation hors des normes ! Parce que posait la question "mais tomber amoureux d'un bisexuel ou d'une bisexuelle n'est pas t-il à la longue voué à souffrir ?", mais non ! Il y en a qui vont quitter leur partenaire du même genre pour quelqu'un du genre opposé, à cause du hasard ou pour poursuivre une vie hétéro (malheureusement, mais tout comme il y a des gays qui vont assez se refouler pour arriver à maintenir un semblant de vie hétérosexuel jusqu'à très vieux), tout comme il y en a qui vont finir avec une personne du même genre parce que ne pas dicter leur existence sur l'homophobie de la société sera important pour eux ! Parce que les bisexuels sont des gens différents les un des autres !

Maintenant, puisque t'hésitais à approcher ce garçon bisexuel, ben vu ta façon de penser (si tu penses toujours comme au début du topic), j'espère que t'approcheras aucune personne bi/pan/etc tant que tu comprendras pas à quel point tu fais preuve de préjugé et que c'est à cause de ce genre de pensées que la biphobie est une chose.

kg
Photo
Date 23/09/2017 15:25

jesaispasptn écrit:

Ben c'est pareil, tout les hommes aiment pas le porno lesbien.



Tout les hommes n'aiment pas le porno tout court, tu pourrais dire. Mais vois tu dans les hommes qui aiment le porno, il y a quand même proportionnellement parlant plus de mecs qui aimeront voir deux femmes ensembles et plus de mecs qui rêveraient de coucher non seulement avec deux femmes, mais que les deux femmes couchent entre elles aussi. Alors que parmi les femmes, hormis les quelques fans de Yaoi, peut d'entre elle aimeraient voir deux mecs coucher entre eux. Et d'ailleurs tu noteras que dans pratiquement tout les porno, 1 mec et 2 femmes (dans la plupart des cas, les femmes baisent entre elles. Alors qu'une fille et deux mecs (les mecs ne se touchent jamais).

jesaispasptn écrit:

Mdr visiblement t'en as pas lu beaucoup. Le yaoi c'est l'équivalent du shojo avec quelques scènes de cul et un couple gay, c'est tout, donc la majorité des oeuvres c'est pas de la tragédie, c'est de la romance gay.



Ah c'est sur je suis pas très fan de ce genre de littérature... mais bon le sujet ne porte pas vraiment sur les yaoi, il me semble.

jesaispasptn écrit:

Me sort pas le sarcasme alors que t'as pas compris que ma comparaison encore une fois c'était pour te montrer que les bis quittent une personne pour une autre personne, tout comme les autres personnes d'autres orientations sexuelles, donc que y'avait pas de un bi quitte un mec pour une femme pour avoir l'air hétéro, et si il y en a, c'est pas parce qu'ils sont bisexuels, mais parce qu'ils s'assument pas !



Déja un bi qui ne s'assumerait pas, il ne dirait pas qu'il est bi... enfin ça va un peu de soi, non ? Il y a des bi qui s'assument comme tu dis complètement parce que c'est leur sexualité (et donc pas un choix). Mais comme je disais plus haut, s'ils avaient eu un choix à faire, ils n'aurait peut-être pas fais le même. Il y a des tas de trucs dans la vie qu'on ne choisit pas et que si on avait eu à choisir on aurait préféré autre chose.


jesaispasptn écrit:

Hein ??? Tu réalises que les gens peuvent quitter leur partenaire sans que ça soit de leur faute ? Peut-être parce que les sentiments peuvent s'en aller ???? Ou vaguer vers une autre personne ????? Y'a plein d'autres circonstances que la faute de l'un dans une rupture, wow.



Ou ai-je parler de faute et de responsabilité ? Je n'ai jamais dit que celui qui quittait sa femme/mari était un(e) con(ne) !

jesaispasptn écrit:

Est-ce que j'ai dis le contraire ? Moi ce que je critique dans ton discourt, c'est tout de suite tu fais preuve de préjugés envers les bi en disant qu'on est voué à vous quitter pour aller vivre une vie d'hétérosexuel, sauf que les gens, ce que sont les bis hein, sont tous différents ! Et oui ! Avec chacun ses expériences, et sa façon d'envisager la vie ! Et parmi toute cette variété là, il y en a qui vont pas finir comme tu le penses dans une vie hétéro mais rester dans un couple gay ! C'est si difficile à comprendre ça que le gens sont des gens avant leur orientation sexuelle ??
Tu te rends compte que tu batailles contre des personnes bi (je pense que la plus part des gens qui on répondu contre toi le sont) en essayant de nous faire croire que tu connais mieux notre orientation sexuelle que nous ?? Je rêve.



Alors oui là vraiment tu rêve et haut en couleur... car je ne fais aucun préjugés sur les bisexuel(le)s. D'ailleurs je n'ai fait que poser une question. Tout comme j'aurai pu aussi bien poser celle ci : es-ce qu'une femme qui se met en couple avec un homme marié n'est pas vouée à souffrir ? Pourquoi parce que comme je dis plus haut, il y a une vie différentes, si tu construit une vie de couple avec une femme, tu n'as pas les mêmes objectifs que si tu la construit avec un homme. Parce que la femme, il y a des chances qu'après un bout de temps, elle est envie (et ça paraîtrait égoïstement logique) d'un enfant avec son compagnon. Hors deux gays, ne peuvent pas avoir d'enfants (c'est un constat biologique et pas un préjugé).

Si j'avais un préjugé, comme je le dis en phare du topic, je n'aurai pas un coup de c½ur sur un bisexuel ou en tout cas j'essaierai de l'étouffer (mon sentiment pas le bi, j'espère que ça aura été compris). Donc ne vous en déplaise, mais c'est un tout qui peut faire. Tout comme de la même manière une femme peut craindre que son mari la quitte pour une autre. Car ce que tu oublies c'est que la vie de couple entre gays (ou bi/gay) les projets de vies ne seront pas les mêmes alors qu'un couple hétéro, il y a les enfants au milieu et ça que tu le veuilles ou pas, ça change tout. Donc oui l'appréhension que le bi refasse sa vie avec une femme est à mon sens plus forte que s'il la refaisait avec un mec car comme je l'ai expliqué, il construira différemment sa relation avec une femme qu'avec un homme. Ce n'es pas pour rien que les gays entre eux sont plus indépendants l'un de l'autre dans la plupart des cas, alors que dans un couple "hétérosexué" (que ce soit un bi/un hétéro ou deux hétéros), l'homme sera de fait plus dépendant de sa femme (et vice versa) pour les raisons que j'ai nommé plus haut (enfants, notamment)



jesaispasptn écrit:

Oui mais malgré les difficultés y'a des gens qui comprennent assez bien que leur orientation n'a rien de mal pour préféré se battre contre les discriminations plutôt que se ranger dans une vie plus conventionnelle.



Sauf que malheureusement dans la vraie vie il y a encore bien trop de gens qui vont choisir le conventionnelle à leurs orientations (et même chez les bi et je serai tenté de dire encore plus chez les bisexuels) Sinon pourquoi on parle autant de double vie de Monsieur untel qu'on croyait "rangé" avec sa femme ? Pourquoi autant de taux de suicides chez les jeunes et les moins jeunes, tout simplement et là je te rejoins, parce qu'ils n'assument pas ce qu'ils sont réellement. Et même parmi les bi qui se sont outé, qui assument mieux, es-ce qu'ils l'assument tous totalement ? Rien n'es bien moins sur. Combien j'ai entendu de bi me dirent qu'à choisir ils auraient préféré être que hétéro.

jesaispasptn écrit:

N'empêche qu'il y en a qui s'en fiche, et je suis sûr que c'est pas si minoritaire que ça, l'attraction c'est pas que le négatif, quand on trouve quelque chose d'attirant y'a quand même un attrait agréable.



Je ne dis pas qu'ils rejettent tout... là aussi il y a des nuances. D'ailleurs on le voit bien, même ceux qui se déclarent hétéro et ont une double vie c'est bien que quelque part ils ne peuvent pas rejeter tout.

jesaispasptn écrit:

Ça dépend des gens ! Tout le monde ne veut pas de descendance direct (voire même d'enfants).


Ce sont quand même des cas très minoritaire.

kg écrit:

En revanche deux femmes qui se tiennent la main ça choque beaucoup moins (si elles s'embrassent là oui ça choque un peu plus de gens).


Ca choque moins parce que le sexisme/les stéréotypes.



jesaispasptn écrit:

Est-ce que j'ai contredis ça ? Non ! Je t'ai juste répété que les gens ne sont pas un bloque uniforme ! J'ai pas non plus dis que tout les bis étaient des gens qui s'en ficheraient de finir leur vie avec une personne du même genre et qui tenteraient pas d'avoir une vie la plus normée possible !
Moi je dis juste que tu ne peux pas mettre tout un groupe de personne partageant une orientation commune dans le même sac et en espérant les mêmes attentes, expérience de vie, etc !
Les personnes bi/pan/etc, avant d'avoir l'orientation sexuelle qu'ils ont, ce sont des personnes ! Des individus avec des expériences de vie différentes ! Plus ou moins inclus dans la communauté lgbt ! Embrassant plus ou moins leur orientation hors des normes ! Parce que posait la question "mais tomber amoureux d'un bisexuel ou d'une bisexuelle n'est pas t-il à la longue voué à souffrir ?", mais non ! Il y en a qui vont quitter leur partenaire du même genre pour quelqu'un du genre opposé, à cause du hasard ou pour poursuivre une vie hétéro (malheureusement, mais tout comme il y a des gays qui vont assez se refouler pour arriver à maintenir un semblant de vie hétérosexuel jusqu'à très vieux), tout comme il y en a qui vont finir avec une personne du même genre parce que ne pas dicter leur existence sur l'homophobie de la société sera important pour eux ! Parce que les bisexuels sont des gens différents les un des autres !

Maintenant, puisque t'hésitais à approcher ce garçon bisexuel, ben vu ta façon de penser (si tu penses toujours comme au début du topic), j'espère que t'approcheras aucune personne bi/pan/etc tant que tu comprendras pas à quel point tu fais preuve de préjugé et que c'est à cause de ce genre de pensées que la biphobie est une chose.



Je n'ai jamais dis que tout le monde se ressemblait et je n'ai jamais mis tout le monde dans le même sac non plus. Ou tu m'a vu dire "tout les bis sont...". Donc à cause d'une question du coup pour toi tu me "condamnes" à vivre sans aucune relation amoureuse ! Je trouve que c'est toi du coup qui est excessif dans ton propos. Parce que je pose une question, de suite je suis taxé de biphobe, d'homophobe,... le raccourcis est un peu trop facile. D'ailleurs en relisant mon topic de départ, il n'y a absolument rien de diffamant et d'insultant, juste des questions. Parfois et j'ose le dire, même dans la communauté LGBT il y a des gens qui font preuve de beaucoup d'intolérance.

La biphobie pour moi serait la haine des bisexuel(le)s. Alors démontre moi qu'elle propos haineux j'ai tenu envers les bisexuels.

Tessellate
Photo
Date 23/09/2017 17:03

j'ai pas trop compris le but du topic et j'ai pas lu vos pavés mais sinon les gens font tous souffrir quelqu'un un jour ou l'autre, surtout en amour voilà

bisous

K17
Photo
Date 23/09/2017 17:44

Tessellate écrit:

j'ai pas trop compris le but du topic et j'ai pas lu vos pavés mais sinon les gens font tous souffrir quelqu'un un jour ou l'autre, surtout en amour voilà

bisous


Tout a fait d'accord.
Le sujet de base est d'une biphobie sans nom je trouve.
Même le fait de se poser cette question c'est assez méchant, insultant.

jesaispasptn
Photo
Date 23/09/2017 19:18

kg écrit:

Et d'ailleurs tu noteras que dans pratiquement tout les porno, 1 mec et 2 femmes (dans la plupart des cas, les femmes baisent entre elles. Alors qu'une fille et deux mecs (les mecs ne se touchent jamais).


C'est un peu au hasard que je répond vu que je regarde pas de porn, mais vu que les pornos sont plus destinés à un publique masculin hétérosexuel (en parlant bien sûr des pornos comportant au moins une femme), c'est pas étonnant que les pornos où il y aurait deux mecs et une fille, les mecs ne se touchent pas.

kg écrit:

Déja un bi qui ne s'assumerait pas, il ne dirait pas qu'il est bi... enfin ça va un peu de soi, non ? Il y a des bi qui s'assument comme tu dis complètement parce que c'est leur sexualité (et donc pas un choix). Mais comme je disais plus haut, s'ils avaient eu un choix à faire, ils n'aurait peut-être pas fais le même. Il y a des tas de trucs dans la vie qu'on ne choisit pas et que si on avait eu à choisir on aurait préféré autre chose.


Ok d'accord quelqu'un qui n'assume pas son orientation sexuelle ne vas pas dire qu'il est de cette orientation, mais je vois pas ce à quoi tu veux répondre avec ça ?
Tout comme il y a des bis qui s'en foutent ! Moi le premier et je suis sûrement pas le seul !

kg écrit:

Ou ai-je parler de faute et de responsabilité ? Je n'ai jamais dit que celui qui quittait sa femme/mari était un(e) con(ne) !


Tu compares une rupture à un accouchement ou à un licenciement en faisant un parallèle entre la corrélation de l'accouchement à cause de la maternité, et du licenciement à cause du travail, en pointant que c'est aussi évidant que la rupture d'une personne bisexuelle aurait pour cause sa bisexualité, alors que pas du tout, ça peut ne rien avoir avec l'orientation sexuelle, y'a plein d'autres raisons de rupture.
Et si c'est pas ça que tu voulais dire, bah désolé mais ça n'a aucun sens ?

kg écrit:

car je ne fais aucun préjugés sur les bisexuel(le)s.


HUM, excuse moi, croire qu'une relation avec un bi c'est de la souffrance garantie parce qu'on serait tous plus enclin à finir dans une relation hétérosexuelle, c'est un préjugé. : )

kg écrit:

es-ce qu'une femme qui se met en couple avec un homme marié n'est pas vouée à souffrir ?


Tu compares des personnes avec juste une orientation sexuelle et une relation déjà malsaine de base et/ou basée sur une trahison ???? Ptn tu te rends compte de ce que tu dis ????

kg écrit:

Parce que la femme, il y a des chances qu'après un bout de temps, elle est envie (et ça paraîtrait égoïstement logique) d'un enfant avec son compagnon. Hors deux gays, ne peuvent pas avoir d'enfants (c'est un constat biologique et pas un préjugé).


Oui mais tout le monde ne veut pas d'enfants biologiques, voire d'enfants tout court.

kg écrit:

Si j'avais un préjugé, comme je le dis en phare du topic, je n'aurai pas un coup de c½ur sur un bisexuel ou en tout cas j'essaierai de l'étouffer


"je peux pas être raciste j'ai un ami noir", c'est du même niveau tu vois. : ) Tu réalises pas que toute les personnes qui t'ont répondu n'étaient pas d'accord avec toi, et que je suis même pas le seul à être dérangé par tes propos ?

kg écrit:

Tout comme de la même manière une femme peut craindre que son mari la quitte pour une autre. Car ce que tu oublies c'est que la vie de couple entre gays (ou bi/gay) les projets de vies ne seront pas les mêmes alors qu'un couple hétéro, il y a les enfants au milieu et ça que tu le veuilles ou pas, ça change tout. Donc oui l'appréhension que le bi refasse sa vie avec une femme est à mon sens plus forte que s'il la refaisait avec un mec car comme je l'ai expliqué, il construira différemment sa relation avec une femme qu'avec un homme.


TOUT . LE . MONDE . NE . VEUT . PAS . D'ENFANTS (oui même dans les couples hétéros)
Et quelqu'un qui s'assume en couple avec une personne du même genre et qui ne tombera pas amoureux d'une personne du genre opposé s'il veut des enfants ne quittera pas son partenaire et au contraire tentera d'autres solutions d'en avoir.

kg écrit:

Sauf que malheureusement dans la vraie vie il y a encore bien trop de gens qui vont choisir le conventionnelle à leurs orientations (et même chez les bi et je serai tenté de dire encore plus chez les bisexuels) Sinon pourquoi on parle autant de double vie de Monsieur untel qu'on croyait "rangé" avec sa femme ? Pourquoi autant de taux de suicides chez les jeunes et les moins jeunes, tout simplement et là je te rejoins, parce qu'ils n'assument pas ce qu'ils sont réellement. Et même parmi les bi qui se sont outé, qui assument mieux, es-ce qu'ils l'assument tous totalement ? Rien n'es bien moins sur. Combien j'ai entendu de bi me dirent qu'à choisir ils auraient préféré être que hétéro.


Mais ça évolue !
Le suicide y'a aussi une part de maladie mentale.
Bah voilà devant toi tu as un bi qui s'en fiche et qui est très bien dans sa bisexualité ! Et tu en rencontreras sûrement d'autres.

kg écrit:

Je n'ai jamais dis que tout le monde se ressemblait et je n'ai jamais mis tout le monde dans le même sac non plus.


En commençant ton topic d'emblée avec la question "tomber amoureux d'un bisexuel ou d'une bisexuelle n'est pas t-il à la longue voué à souffrir ?" c'est ce que tu fais désolé.

kg écrit:

Donc à cause d'une question du coup pour toi tu me "condamnes" à vivre sans aucune relation amoureuse !


Non, juste que tant que tu ne changeras pas ta façon de penser, j'espère que tu ne rencontreras pas de bi/pan sur ton chemin, ça peut être blessant ce genre de propos ouais.

kg écrit:

Parce que je pose une question, de suite je suis taxé de biphobe, d'homophobe,...


Toi j'en sais rien, je te connais pas, mais ton topic l'est ouais.

kg écrit:

D'ailleurs en relisant mon topic de départ, il n'y a absolument rien de diffamant et d'insultant, juste des questions.


Y'a que toi qui le voit ça, réveille toi, toute les personnes qui t'ont répondu n'étaient pas d'accord.

kg écrit:

même dans la communauté LGBT il y a des gens qui font preuve de beaucoup d'intolérance.


S'cuse moi j'vais pas tolérer quelqu'un qui me dit que de par ma simple orientation je suis voué à faire souffrir mes hypothétiques partenaires, bonjour la publicité pour les personnes bi/pan/etc.

kg écrit:

La biphobie pour moi serait la haine des bisexuel(le)s.


Ah ouais en faite tu sais pas ce que c'est la discrimination, tu sais les discriminations ça s'arrêtent pas à la haine pure et dure et la violence hein, les discriminations c'est mettre toute une tranche de population possédant une caractéristique qu'ils ne contrôlent pas dans un même panier comportant des préjugés négatifs, dire qu'une relation avec un/e bisexuel/le est voué à la souffrance c'est un préjugé négatif, que tu le veuilles ou non.
De même que quelqu'un qui dit n'avoir rien contre les gays mais qui pensent que les relations homosexuelles c'est que de la coucherie et rien ne peut être sérieux parce que ce sont que des hommes, c'est et du sexisme et de l'homophobie, même si la personne avait des amis gay dans son groupe.

K17 écrit:

Le sujet de base est d'une biphobie sans nom je trouve.
Même le fait de se poser cette question c'est assez méchant, insultant.


Et encore une personne qui te le fais remarquer.

K17
Photo
Date 23/09/2017 23:29

@jesaispasptn et je suis même pas bi mais je trouve ces propos très choquants personelement, comme tu l'a dis c'est

jesaispasptn écrit:


"je peux pas être raciste j'ai un ami noir", c'est du même niveau tu vois. : ) Tu réalises pas que toute les personnes qui t'ont répondu n'étaient pas d'accord avec toi, et que je suis même pas le seul à être dérangé par tes propos ?


Et il faut que @kg le comprenne bien.
Si tout le monde jusge que c'est biphobe, c'est que ça l'est quoi
Et pour:

kg écrit:

même dans la communauté LGBT il y a des gens qui font preuve de beaucoup d'intolérance.


J'aimerais ajouter que ce n'est pas parce que tu est LGBT que l'on doit être d'accord avec tout ce que tu dis. Ne pas être d'accord ce n'est pas de l'intolérance. Le principe c'est de tolérer tout le monde, mais surtout tout ce que sont les gens pas ce qu'ils font et il y a un gouffre entre ces deux termes.

kg
Photo
Date 24/09/2017 1:58

jesaispasptn écrit:

Tu compares une rupture à un accouchement ou à un licenciement en faisant un parallèle entre la corrélation de l'accouchement à cause de la maternité, et du licenciement à cause du travail, en pointant que c'est aussi évidant que la rupture d'une personne bisexuelle aurait pour cause sa bisexualité, alors que pas du tout, ça peut ne rien avoir avec l'orientation sexuelle, y'a plein d'autres raisons de rupture.
Et si c'est pas ça que tu voulais dire, bah désolé mais ça n'a aucun sens ?



Tu confonds la cause de la rupture qui elle peut avoir plein et milles raisons autre que l'orientation sexuelle et le fait qu'il/elle va être attiré par. Bien sur que le bi il ne vas pas rompre parce qu'il est bi (pas plus que l'hétéro va rompre parce qu'il est hétéro). Toutefois le fait qu'un bi soit attiré par un homme ou une femme est bien lié à son orientation sexuelle. Ce n'est pas de la biphobie mais juste de la réalité. Parfois on utilise le mot phobie pour tout et n'importe quoi et souvent à tort.

jesaispasptn écrit:

HUM, excuse moi, croire qu'une relation avec un bi c'est de la souffrance garantie parce qu'on serait tous plus enclin à finir dans une relation hétérosexuelle, c'est un préjugé.



Là aussi tu me prête un raccourcis que je n'ai même pas évoqué. Car quand je dis ça en développement de mon "topic" : "Je développe, en général tomber amoureux d'un ou une hétéro, c'est peine perdu du coup logiquement on essaye de passer vite à autre chose..." je devrais du coup forcément être taxé aussi d'hétérophobe. Hors ce n'est pas de l'hétérophobie mais juste un constat.

Et quand je continue en disant : "Hors un(e) bisexuel(le) peut tomber amoureux d'une personne du sexe opposé. Hors on peut pas trop lutté contre ça." Ou voyez-vous de la biphobie ? C'est juste un constat de quelque chose qui peut arriver, le bisexuel et oui peut tomber amoureux d'une personne du sexe opposé et je vois pas en quoi je l'en empêcherai. Là aussi vous vous emportez tout seul, en prenant à peine le temps de me lire. Mais je n'ai jamais
dit qu'il va de toute façon tomber amoureux d'une personne du sexe opposé, mais qu'il peut, c'est une éventualité (pas une certitude). Alors j'admets bien volontiers que le titre (et si on ne lit que le titre) on peut penser à de la provocation, l'ouverture d'une hostilité...

jesaispasptn écrit:

Tu compares des personnes avec juste une orientation sexuelle et une relation déjà malsaine de base et/ou basée sur une trahison ???? Ptn tu te rends compte de ce que tu dis ????



C'est fou tu coupe une phrase hors de son contexte, hors de ce que je développe pour en faire un raccourcis et me taxer de je ne sais quoi. Déjà je ne compare pas des personnes avec une orientation sexuelle, mais je lie leur vie sentimentale avec leur orientation sexuelle. C'est juste de la logique, tu vas vers ce qui t'attire. En aucun cas, j'ai dit qu'une relation de couple ne s'arrêtait qu'à la seule attirance et orientation sexuelle.

jesaispasptn écrit:

Oui mais tout le monde ne veut pas d'enfants biologiques, voire d'enfants tout court.



Là aussi es-ce que j'ai parlé de tout le monde ? Es-ce que j'ai dit toute les femmes veulent des enfants ? J'ai dis que la majorité d'entre eux et elles rêvaient de fonder une famille et d'avoir des enfants.

jesaispasptn écrit:

"je peux pas être raciste j'ai un ami noir", c'est du même niveau tu vois. : ) Tu réalises pas que toute les personnes qui t'ont répondu n'étaient pas d'accord avec toi, et que je suis même pas le seul à être dérangé par tes propos ?



C'est quand même grave et dégueulasse de couper mes phrases les isoler et faire dire ce que je n'ai jamais dit. Il me semble l'avoir argumenté suffisamment mais on s'en tiens juste à deux phrases (bien souvent coupé et sorti de tout contexte. Car en effet si tu coupe mes phrases mal alors là forcément, oui on (ceux qui te lisent) peuvent penser cela menaçant (je n'ai jamais dit que j'allais étouffer un bisexuel).

jesaispasptn écrit:

TOUT . LE . MONDE . NE . VEUT . PAS . D'ENFANTS (oui même dans les couples hétéros)
Et quelqu'un qui s'assume en couple avec une personne du même genre et qui ne tombera pas amoureux d'une personne du genre opposé s'il veut des enfants ne quittera pas son partenaire et au contraire tentera d'autres solutions d'en avoir.



Là aussi, tu fais exprès c'est pas croyable! Es ce que j'ai dit que tout le monde voulait des enfants ? Non, j'ai dis que la majorité des gens (en couple) avaient ou souhaitaient des enfants. Là aussi, où es-ce que j'ai parlé que le gars allait quitté son partenaire pour avoir des enfants ?

jesaispasptn écrit:

Mais ça évolue !
Le suicide y'a aussi une part de maladie mentale.
Bah voilà devant toi tu as un bi qui s'en fiche et qui est très bien dans sa bisexualité ! Et tu en rencontreras sûrement d'autres.



Wow et tout le monde trouve ça normal ? Ceux qui se suicide ou sont tenté de le faire, pour toi, sont des malades mentaux qu'il faut soigner ? Après c'est moi qu'on va taxer de plein de préjugé, c'est quand même incroyable !

Çà évolue ? Ben excuse moi bien trop doucement à mon sens. La loi peut évoluer, mais les mentalités ce n'est pas encore tout à fait ça parfois.

Là aussi, tu me prête encore des raccourcis. Es-ce que j'ai dis que tout les bi, pensaient la même chose et voulaient tous se caser avec une femme. Tout comme (es ça c'est pour Tobis75) je n'ai jamais dis que les bi avaient plus de risque de voir ailleurs, encore un truc qu'on me fait dire (à tort) et que je n'ai jamais prononcé. J'ai quand même pris la peine de relire une partie du topic et désolé mais vous vous êtes emballé vite contre moi pour rien.

kg écrit:

Je n'ai jamais dis que tout le monde se ressemblait et je n'ai jamais mis tout le monde dans le même sac non plus.


En commençant ton topic d'emblée avec la question "tomber amoureux d'un bisexuel ou d'une bisexuelle n'est pas t-il à la longue voué à souffrir ?" c'est ce que tu fais désolé.

jesaispasptn écrit:

Non, juste que tant que tu ne changeras pas ta façon de penser, j'espère que tu ne rencontreras pas de bi/pan sur ton chemin, ça peut être blessant ce genre de propos ouais.



Justement, ma façon de penser, parlons en. J'ai essayé en vain de vous expliquer en long et en large mais bon, vous ne lisez que ce que vous avez envie de comprendre. Je peut admettre certes que le titre est un brin provocateur et sans doute mal choisi, mais j'ai quand même suffisamment expliqué que ce qui pouvait être une source de souffrance, de regret, de ce que vous voulez, c'est pas la relation en tant que tel avec un bi mais la séparation qui peut en découler ou tout ce qui pourrait mettre à mal cette relation.

jesaispasptn écrit:

Ah ouais en faite tu sais pas ce que c'est la discrimination, tu sais les discriminations ça s'arrêtent pas à la haine pure et dure et la violence hein, les discriminations c'est mettre toute une tranche de population possédant une caractéristique qu'ils ne contrôlent pas dans un même panier comportant des préjugés négatifs, dire qu'une relation avec un/e bisexuel/le est voué à la souffrance c'est un préjugé négatif, que tu le veuilles ou non.
De même que quelqu'un qui dit n'avoir rien contre les gays mais qui pensent que les relations homosexuelles c'est que de la coucherie et rien ne peut être sérieux parce que ce sont que des hommes, c'est et du sexisme et de l'homophobie, même si la personne avait des amis gay dans son groupe.



Là encore on transforme mes propos. Je n'ai jamais dis que une relation avec les bisexuels étaient voué à de la souffrance. Alors évidemment, si on s'arrête à la simple question et qu'on ne lis pas le reste, c'est assez réducteur de transformer cette question en affirmation. Hors je n'ai jamais affirmé qu'une relation avec un bisexuel étaient voué à la souffrance.

K17 écrit:

Le sujet de base est d'une biphobie sans nom je trouve.
Même le fait de se poser cette question c'est assez méchant, insultant.


Et encore une personne qui te le fais remarquer.



C'est que vous n'avez absolument rien compris au sujet et à la question. On est 50/50 perdants. Vous d'une part en me faisant dire ce que je n'ai jamais prononcé (ce qui fait boule de neige) ou en comprenant mal mes propos. et moi sans doute pour ne pas être arriver à mieux vous l'expliquer.

jesaispasptn
Photo
Date 24/09/2017 3:41

(dsl mes phrases sont graves confuses de temps en temps je reformulerai s'il le faut)

kg écrit:

Toutefois le fait qu'un bi soit attiré par un homme ou une femme est bien lié à son orientation sexuelle.


Oui et donc ? Moi ce que je disais c'est que un bi qui quitterait son partenaire du même genre pour quelqu'un du genre opposé, ça peut-être dû au hasard, et si ça l'est pas (donc qu'il va avec une femme pour avoir l'air hétéro), c'est pas parce qu'il est bi, mais parce qu'il assume le côté de son orientation qui le fait être attiré par le même genre, que donc ça en revient à la même chose qu'une personne gay, s'il s'assume, va quitter une personne pour une autre personne (le hasard), et s'il s'assume pas, va se forcer dans un moule hétérosexuel. La souffrance que tu te prends que la personne soit bi ou gay, c'est la même.

kg écrit:

Car quand je dis ça en développement de mon "topic" : "Je développe, en général tomber amoureux d'un ou une hétéro, c'est peine perdu du coup logiquement on essaye de passer vite à autre chose..." je devrais du coup forcément être taxé aussi d'hétérophobe. Hors ce n'est pas de l'hétérophobie mais juste un constat.


Oui t'abandonnes que c'est un hétéro justement parce qu'il pourra jamais être attiré par toi... Alors qu'un bi y'a de la possibilité. Pas comparable.

kg écrit:

"Hors un(e) bisexuel(le) peut tomber amoureux d'une personne du sexe opposé. Hors on peut pas trop lutté contre ça." Ou voyez-vous de la biphobie ? C'est juste un constat de quelque chose qui peut arriver, le bisexuel et oui peut tomber amoureux d'une personne du sexe opposé et je vois pas en quoi je l'en empêcherai. Là aussi vous vous emportez tout seul, en prenant à peine le temps de me lire. Mais je n'ai jamais dit qu'il va de toute façon tomber amoureux d'une personne du sexe opposé, mais qu'il peut, c'est une éventualité (pas une certitude).


Et alors ? une personne gay peut tout aussi bien tomber amoureux d'une autre personne et là aussi tu pourrais rien y faire. Imagine à la place de ta question "une relation avec un/e bisexuel/le est-elle vouée à la souffrance ? (parce qu'un/e bisexuel/le pourrait tomber amoureux d'une personne genre opposé)", tu remplaces par "une relation avec quelqu'un est-elle vouée à la souffrance ? (parce que ce quelquu'n pourrait tomber amoureux de quelqu'un d'autre)", tu trouves pas ça incroyablement stupide ?

kg écrit:

Déjà je ne compare pas des personnes avec une orientation sexuelle, mais je lie leur vie sentimentale avec leur orientation sexuelle.


Et comment ça peut te sembler comparable des personnes qui sont attirés par plusieurs genres et pourraient finir avec n'importe lequel, et une relation malsaine basée sur une possible trahison/pas un réel consentement de couple libre (parce que si la femme qui fréquente un homme marié, même si lui et sa femme sont en couple libre, et que la deuxième femme le sait, mais qu'elle en souffre, c'est que c'est pas un réel consentement) ?
Je suppose que tu voulais dire que la femme va en souffrir parce qu'elle sait qu'elle passe en deuxième après l'autre, ou parce qu'elle voulait être la seule.
Mais quel est le rapport avec quelqu'un en couple avec une personne bi ? Si la personne gay souffre parce que la personne bi lui dit qu'il préférait retourner avec les femmes pour raison x ou y, c'est la même chose qu'une personne gay qui souffre parce que son partenaire gay lui dit qu'il aimerait aller voir ailleurs pour raison x ou y.

kg écrit:

Là aussi es-ce que j'ai parlé de tout le monde ? Es-ce que j'ai dit toute les femmes veulent des enfants ? J'ai dis que la majorité d'entre eux et elles rêvaient de fonder une famille et d'avoir des enfants.


Oui mais il y en a, ce qui me dérange encore une fois, c'est que tu nous prend tous comme un bloque, juste avec chaque personne attirée par plus d'un genres avec qui tu veux être, juste communique, non ??? Savoir si vos attentes de vie concorde ou pas ??? Au lieu de sauter tout de suite à la conclusion que peut-être qu'on va tous finirent dans une vie hétéro et donc vaut mieux pas s'engager avec nous parce que vous allez souffrir ???

kg écrit:

Il me semble l'avoir argumenté suffisamment


Bah ton argumentation je ne la trouve pas satisfaisante ?
Je lis tout hein, je découpe juste ce qui m'a fait tilter et ce que je veux répondre. Et puis ceux qui lisent, lisent tout les posts non ? J'espère, sinon d'accord j'arrête de découper comme ça, ça changera pas mes réponses parce que oui je lis tout.

kg écrit:

Là aussi, tu fais exprès c'est pas croyable! Es ce que j'ai dit que tout le monde voulait des enfants ? Non, j'ai dis que la majorité des gens (en couple) avaient ou souhaitaient des enfants. Là aussi, où es-ce que j'ai parlé que le gars allait quitté son partenaire pour avoir des enfants ?


Communication d'individu à individu parce que tout le monde n'a pas les mêmes inspirations, c'est tout ce que j'ai répondre à ça.
Parce que ce que tu vois pas, c'est que la façon dont tu le dis, il y a probablement des gens penchés vers ta façon de penser (du moins ce que j'en vois sur ce topic), qui vont le prendre comme "les bisexuels vont peut être nous quitter pour le genre opposé donc je ne veux pas avoir de relation avec eux !" et boom, préjugés.

kg écrit:

Wow et tout le monde trouve ça normal ? Ceux qui se suicide ou sont tenté de le faire, pour toi, sont des malades mentaux qu'il faut soigner ? Après c'est moi qu'on va taxer de plein de préjugé, c'est quand même incroyable !


J'hésitais justement à ajouter une note à ça mais j'ai pensé que t'étais assez intelligent pour comprendre, visiblement j'aurais dû. Le terme "maladie mentale", de base, c'est pas péjoratif, la dépression EST une maladie mentale, une maladie mentale, c'est une dysfonctionnement du cerveau qui porte atteinte au bon fonctionnement dans la société, et/ou représente un danger pour soi-même, ou pour les autres, des envies suicidaires jusqu'à passer à l'acte, c'est une manifestation de danger pour soi-même, et surtout ça vient d'un dysfonctionnement du cerveau qui porte atteinte à l'instinct de survie, quelqu'un de parfaitement en bonne santé ne va pas avoir d'envie suicidaire. Et attention ! Dire que quelqu'un à une maladie mentale, c'est pas le blâmer pour ça, encore heureux, la personne ne contrôle pas ça, elle n'a juste pas de chance, alors oui, l'homophobie, la non-acceptation de soi peut fragilisé une personne, mais pour faire des tentatives de suicide, il doit y avoir un dysfonctionnement du cerveau, comme la dépression, qui est une maladie oui, parce que c'est pas normal de vouloir mourir, c'est pas naturel, ça va à l'encontre de l'instinct de survie, et une partie de ce qui déclenche ça par exemple, c'est un manque de sérotonine qui est censé délivré des sensations agréables (en gros gros), les dépressifs ont un déficit de cette hormone, ils sont en dessous de ce qui est normal et en bonne santé, ce manque de sensation agréable, de plaisir, qui dans une situation comme la haine de soi, ou l'homophobie subite, va faire croire à la personne qu'elle n'a plus rien à attendre de la vie puisque le cerveau ne fait pas son boulot pour procurer un plaisir minimum à la personne, donc mourir semblera la seule solution et le seul espoir. Ce n'est pas leur faute, les gens qui l'ont fragilisé par l'homophobie ou quoi que ce soit sont même à blâmer bien entendu, mais oui, ils ont besoin de soins, parce que ce n'est pas normal, et ça se redresse très difficilement seul, c'est pas pour rien que quand les psys reçoivent des patients avec des envies suicidaires, ils envisagent l'hospitalisation pour freiner ces envies avec plus de facilité. (je rentrerai pas dans les détails scientifiques je connais juste les grandes lignes)
Alors tu me diras, c'est toi qui a un préjugé sur le terme "maladie mentale" rien que de le voir comme négatif. :/ Certes il est utilisé comme une insulte, mais avant tout c'est un état neutre.

kg écrit:

Çà évolue ? Ben excuse moi bien trop doucement à mon sens. La loi peut évoluer, mais les mentalités ce n'est pas encore tout à fait ça parfois.


Là ça relève du pinaillage et de la mauvaise foi.

kg écrit:

Là aussi, tu me prête encore des raccourcis. Es-ce que j'ai dis que tout les bi, pensaient la même chose et voulaient tous se caser avec une femme.


(je coupe puisque le reste est destiné à Tobis75)
Alors quel est le but de ton topic ? Puisque là tu réponds à ta question, non une relation avec un/e bisexuel/le n'est pas forcément vouée à l'échec puisque tout les bisexuels ne voudront pas finir avec quelqu'un du même genre au détriment des sentiments qu'ils portent à la personne avec qui ils ont une relation.

kg écrit:

Justement, ma façon de penser, parlons en. J'ai essayé en vain de vous expliquer en long et en large mais bon, vous ne lisez que ce que vous avez envie de comprendre. Je peut admettre certes que le titre est un brin provocateur et sans doute mal choisi, mais j'ai quand même suffisamment expliqué que ce qui pouvait être une source de souffrance, de regret, de ce que vous voulez, c'est pas la relation en tant que tel avec un bi mais la séparation qui peut en découler ou tout ce qui pourrait mettre à mal cette relation.


Encore une fois, la séparation qui peut en découler, ou tout ce qui pourrait mettre à mal cette relation, quelle est la différence avec les autres orientations ?
Une séparation entre deux personnes gays ou deux personnes hétéros pourraient tout aussi être douloureuse.
Une personne gay refoulée de par son refoulement pourrait mettre à mal cette relation.
Comme l'a dit un vdd, c'est pas un bisexuel pourrait nous faire souffrir, c'est une personne pourrait nous faire souffrir, être bisexuel n'amène pas plus de risque, juste le manque de communication peut être (les attentes de chacun), et le refoulement (valable pour une personne gay aussi).

kg écrit:

Là encore on transforme mes propos. Je n'ai jamais dis que une relation avec les bisexuels étaient voué à de la souffrance. Alors évidemment, si on s'arrête à la simple question et qu'on ne lis pas le reste, c'est assez réducteur de transformer cette question en affirmation. Hors je n'ai jamais affirmé qu'une relation avec un bisexuel étaient voué à la souffrance


L'utilité de ce topic donc ? Si finalement tout vas bien et que tu ne penses pas finalement qu'une relation avec une personne bisexuelle serait compliquée du fait de sa bisexualité mais à cause de plusieurs circonstances (comme toute autre relation amoureuse entre personnes de diverse orientation sexuelle aussi), pourquoi en avoir fait un topic pour discuter de la question ?

Paul22
Photo
Date 24/09/2017 8:34

kg
Photo
Date 24/09/2017 14:28

jesaispasptn écrit:

Oui et donc ? Moi ce que je disais c'est que un bi qui quitterait son partenaire du même genre pour quelqu'un du genre opposé, ça peut-être dû au hasard, et si ça l'est pas (donc qu'il va avec une femme pour avoir l'air hétéro), c'est pas parce qu'il est bi, mais parce qu'il assume le côté de son orientation qui le fait être attiré par le même genre, que donc ça en revient à la même chose qu'une personne gay, s'il s'assume, va quitter une personne pour une autre personne (le hasard), et s'il s'assume pas, va se forcer dans un moule hétérosexuel. La souffrance que tu te prends que la personne soit bi ou gay, c'est la même.



Bien entendu je ne dis pas que les autres ruptures gay, hétéro et lesbien ne sont pas douloureuses. Peut-être aurais-je du le préciser, car ça me semblait un peu évident. Alors certes j'avoue peut être n'ai je pas développé suffisamment ce qui pourrait être une appréhension pour une personne en couple avec un(e) bisexuel(le). Et peut-être dois je reformuler ma question différemment.

Un bisexuel est attiré par un homme ou par une femme. Donc ma question est la suivante. Es-ce que cette attirance, en dépit bien entendu de toute histoire amoureuse normal, est quelque chose de physiologique, psychologique qui fait qu'indépendamment de sa volonté, il va ressentir une attirance pour le même genre ou le genre opposé ? Peut-il être en couple avec un garçon et petit à petit être "désintéressé" du corps masculin et développer (ou redévelopper) une attirance pour le corps féminin (ou inversement). Es-ce que ça peut se traduire par une baisse de libido, de désir où est-il (et là c'est une question) toujours attiré par les deux sexes ? Où (donc je reformule pour que cela soit j'espère bien compris) es ce que le bi va avoir des phases ou il/elle sera plus attiré(e) (je reprécise sexuellement parlant) par les hommes et d'autres phases de sa vie ou il/elle sera plus attiré(e) par les femmes ?

Bien entendu un gay avec un gay (ou deux hétéro) il peut y avoir aussi un "mou" dans leur couple qui entraîne moins d'envie et de désir. Toutefois et c'est là ou j'en viens, si on parle juste sexuellement parlant (en faisant fi de la relation, de l'histoire du couple) l'hétéro sera toujours excité par la personne du sexe opposé et le gay toujours excité par la personne du même sexe.

Car ce qui fait aussi le ciment d'un couple (et c'est une des composantes majeures) c'est quand même la sexualité. Un couple qui (disons le crument) ne baise plus c'est qu'en général il y a un soucis et que leur couple bat de l'aile.

Je reprécise qu'en aucun cas j'ai évoqué que la bisexualité était malsaine, ça ne m'a jamais même effleuré l'esprit. Et j'en suis désolé si vous voulez me coller cette étiquette.


jesaispasptn écrit:

J'hésitais justement à ajouter une note à ça mais j'ai pensé que t'étais assez intelligent pour comprendre, visiblement j'aurais dû. Le terme "maladie mentale", de base, c'est pas péjoratif, la dépression EST une maladie mentale, une maladie mentale, c'est une dysfonctionnement du cerveau qui porte atteinte au bon fonctionnement dans la société, et/ou représente un danger pour soi-même, ou pour les autres, des envies suicidaires jusqu'à passer à l'acte, c'est une manifestation de danger pour soi-même, et surtout ça vient d'un dysfonctionnement du cerveau qui porte atteinte à l'instinct de survie, quelqu'un de parfaitement en bonne santé ne va pas avoir d'envie suicidaire. Et attention ! Dire que quelqu'un à une maladie mentale, c'est pas le blâmer pour ça, encore heureux, la personne ne contrôle pas ça, elle n'a juste pas de chance, alors oui, l'homophobie, la non-acceptation de soi peut fragilisé une personne, mais pour faire des tentatives de suicide, il doit y avoir un dysfonctionnement du cerveau, comme la dépression, qui est une maladie oui, parce que c'est pas normal de vouloir mourir, c'est pas naturel, ça va à l'encontre de l'instinct de survie, et une partie de ce qui déclenche ça par exemple, c'est un manque de sérotonine qui est censé délivré des sensations agréables (en gros gros), les dépressifs ont un déficit de cette hormone, ils sont en dessous de ce qui est normal et en bonne santé, ce manque de sensation agréable, de plaisir, qui dans une situation comme la haine de soi, ou l'homophobie subite, va faire croire à la personne qu'elle n'a plus rien à attendre de la vie puisque le cerveau ne fait pas son boulot pour procurer un plaisir minimum à la personne, donc mourir semblera la seule solution et le seul espoir. Ce n'est pas leur faute, les gens qui l'ont fragilisé par l'homophobie ou quoi que ce soit sont même à blâmer bien entendu, mais oui, ils ont besoin de soins, parce que ce n'est pas normal, et ça se redresse très difficilement seul, c'est pas pour rien que quand les psys reçoivent des patients avec des envies suicidaires, ils envisagent l'hospitalisation pour freiner ces envies avec plus de facilité. (je rentrerai pas dans les détails scientifiques je connais juste les grandes lignes)
Alors tu me diras, c'est toi qui a un préjugé sur le terme "maladie mentale" rien que de le voir comme négatif. :/ Certes il est utilisé comme une insulte, mais avant tout c'est un état neutre.



Alors déjà j'ai pas non plus dis que j'avais des préjugés sur les malades mentaux, là aussi c'est un raccourci de ta part de me faire dire ce que je ne dis et ne pense pas. Mais vu la description que tu en fais, en effet j'espère que tu ne sera jamais psychiatre.

Non j'évoquais juste le terme de suicide qui n'a rien a voir avec la maladie mentale d'ailleurs. Il y a des gens qui sont harcelé, blâmé et qui vivent des choses extrêmement violentes et qui envisagent le suicide comme seul réponse. Es-ce qu'une personne qui souffre un martyr physiquement car atteinte d'une maladie incurable (cancer, maladie grave,...) et une personne malade mentale ? Pour moi, non, c'est juste qu'elle ne voit pas d'autre issue pour stopper sa souffrance.

Certes elle peut tomber en dépression, mais ça n'a rien a voir avec une dépression chronique qui elle est une maladie psychique. La différence entre la personne dépressive et celle qui tombe en dépression, c'est que la première, même si tout vas bien dans sa vie, c'est comme tu le dis, psychique et que bien souvent seul des médicaments régulateurs peuvent l'aider à surmonter sa dépression (mais elle restera toujours dépressive). Dans le second cas, la dépression est une conséquence. Conséquence d'une maladie incurable, d'un choc, de divers choses et si la source de cette conséquence n'y ai plus, il y a des chances que sa dépression disparaisse comme elle est venue. Dans certains cas, les deux peuvent être liés mais ce n'est pas systématique. Autrement dit, une personne ayant vécu quelque chose de très difficile va entrer en dépression et peut parfois ne jamais en sortir car sa première "dépression" entraînera une chronicité des autres.

jesaispasptn
Photo
Date 24/09/2017 17:16

kg écrit:

Es-ce que cette attirance, en dépit bien entendu de toute histoire amoureuse normal, est quelque chose de physiologique, psychologique qui fait qu'indépendamment de sa volonté, il va ressentir une attirance pour le même genre ou le genre opposé ? Peut-il être en couple avec un garçon et petit à petit être "désintéressé" du corps masculin et développer (ou redévelopper) une attirance pour le corps féminin (ou inversement). Es-ce que ça peut se traduire par une baisse de libido, de désir où est-il (et là c'est une question) toujours attiré par les deux sexes ? Où (donc je reformule pour que cela soit j'espère bien compris) es ce que le bi va avoir des phases ou il/elle sera plus attiré(e) (je reprécise sexuellement parlant) par les hommes et d'autres phases de sa vie ou il/elle sera plus attiré(e) par les femmes ?


Communication d'individu à individu, perso mon attirance ne varie pas, je suis sûrement pas le seul.

kg écrit:

Toutefois et c'est là ou j'en viens, si on parle juste sexuellement parlant (en faisant fi de la relation, de l'histoire du couple) l'hétéro sera toujours excité par la personne du sexe opposé et le gay toujours excité par la personne du même sexe.


Faudrait que quelqu'un "bisexuel "à phase"" réponde pour le coup, m'enfin ça te montre déjà qu'il y a des bi/pan qui sont attirés par les deux genres en tout temps.

kg écrit:

Alors déjà j'ai pas non plus dis que j'avais des préjugés sur les malades mentaux, là aussi c'est un raccourci de ta part de me faire dire ce que je ne dis et ne pense pas.


J'avoue j'ai lancé une pique pour le coup.

kg écrit:

Non j'évoquais juste le terme de suicide qui n'a rien a voir avec la maladie mentale d'ailleurs. Il y a des gens qui sont harcelé, blâmé et qui vivent des choses extrêmement violentes et qui envisagent le suicide comme seul réponse. Es-ce qu'une personne qui souffre un martyr physiquement car atteinte d'une maladie incurable (cancer, maladie grave,...) et une personne malade mentale ? Pour moi, non, c'est juste qu'elle ne voit pas d'autre issue pour stopper sa souffrance.


Non mais non, les envies suicidaires c'est quelque chose d'anormal, et excuse moi mais toi qui croit direct quand il est mention de "maladie mentale", que c'est péjoratif et utiliser dans un but insultant, t'as pas de leçon à me donner sur ça.
Oui tout ça va fragiliser, ET entraîner la maladie mentale qui va faire occasionné un dysfonctionnement du cerveau menant à des envies suicidaires. Ca veut pas dire que c'est la faute de la personne, c'est la faute des choses et gens qui lui ont fait du mal, et iel n'aurait pas eu de chance question chimie du cerveau, aussi.
D'ailleurs j'ai l'impression que pour toi maladie mentale = traiter la personne de folle, mais pas du tout, c'est un état tout ce qu'il y a de plus neutre.

kg écrit:

Certes elle peut tomber en dépression, mais ça n'a rien a voir avec une dépression chronique qui elle est une maladie psychique. La différence entre la personne dépressive et celle qui tombe en dépression, c'est que la première, même si tout vas bien dans sa vie, c'est comme tu le dis, psychique et que bien souvent seul des médicaments régulateurs peuvent l'aider à surmonter sa dépression (mais elle restera toujours dépressive). Dans le second cas, la dépression est une conséquence. Conséquence d'une maladie incurable, d'un choc, de divers choses et si la source de cette conséquence n'y ai plus, il y a des chances que sa dépression disparaisse comme elle est venue. Dans certains cas, les deux peuvent être liés mais ce n'est pas systématique. Autrement dit, une personne ayant vécu quelque chose de très difficile va entrer en dépression et peut parfois ne jamais en sortir car sa première "dépression" entraînera une chronicité des autres.


Non mais je sais tout ça, je me suis peut-être mal exprimé et si c'est ça au temps pour moi, mais oui y'a peut-être deux sortes de dépression, mais dans tout les cas c'est quand même une maladie, les envies suicidaires c'est pas un truc normal. Les maladies mentales peuvent être aussi déclenchées par des expériences de ce genre hein, ça n'en sont pas moins des maladies (le ptsd ça peut pas venir tout seul par exemple).
Btw je citais juste la dépression comme exemple, peut y'avoir d'autres maladies mentales qui pourraient déclencher des envies suicidaires.

ShyTsundere
Photo
Date 25/09/2017 20:22

J'ai pas lu l'e-débat, tldr.
Perso ça me gonflerais, mais je passerais outre.
C'est à cause d'une certaine peur, un peu simplette et superficielle, c'est vrai. La personne peut avoir des périodes/tendances, ou simplement n'avoir aucune préférence c'est un fait ; mais les individus sont tous différents alors je pense que le dégré de tolérance variera très largement de ce qu'on veut bien lui accorder, et ce, selon notre connaissance de l'individu.
Il peut être mal dans ses baskets. Il peut regarder à droite, et à gauche aussi. Peut-être qu'il s'en fou, et qu'il aime juste. Ça dépends !

kg
Photo
Date 26/09/2017 0:00

jesaispasptn écrit:

Communication d'individu à individu, perso mon attirance ne varie pas, je suis sûrement pas le seul.



jesaispasptn écrit:

Faudrait que quelqu'un "bisexuel "à phase"" réponde pour le coup, m'enfin ça te montre déjà qu'il y a des bi/pan qui sont attirés par les deux genres en tout temps.



Après c'est une autre question, es-ce que les bisexuels peuvent eux-même souffrir du fait d'aimer les deux genres que ce soit "à phase" comme tu dis ou permanent. Surtout quand ils découvrent leur sexualité. Car si les gays ce n'est pas évident pour eux quand il se rendent comptent qu'ils sont attiré plus ou exclusivement par les garçons. Pour les bisexuel(le)s ça doit être aussi un peu étrange j'imagine au début (quand ils se découvrent bi) d'être attiré par les deux genre (masculin et féminin).


jesaispasptn écrit:

Non mais non, les envies suicidaires c'est quelque chose d'anormal, et excuse moi mais toi qui croit direct quand il est mention de "maladie mentale", que c'est péjoratif et utiliser dans un but insultant, t'as pas de leçon à me donner sur ça.
Oui tout ça va fragiliser, ET entraîner la maladie mentale qui va faire occasionné un dysfonctionnement du cerveau menant à des envies suicidaires. Ca veut pas dire que c'est la faute de la personne, c'est la faute des choses et gens qui lui ont fait du mal, et iel n'aurait pas eu de chance question chimie du cerveau, aussi.
D'ailleurs j'ai l'impression que pour toi maladie mentale = traiter la personne de folle, mais pas du tout, c'est un état tout ce qu'il y a de plus neutre.



La folie ? Qu'es ce que la folie déjà ? Alors oui et c'est pas péjoratif certains malades mentaux sont atteint de folie (hallucinations, délires,...). Ce n'est pas pour autant que j'ai un jugement négatif. Je connais dans mon entourage des schizophrènes (légers certes), des bipolaires,... Pourquoi d'ailleurs à tort le terme maladie mentale fait peur pour beaucoup de gens, parce que là aussi ils ont des clichés comme personne dangereuses, psychopathes, etc... Et pourtant ceux que je connais sont comme monsieur tout le monde car stabilisé par un traitement qui agit sur le système neuronale. Peut-être que ça pourrait être intéressant d'ouvrir un topic pour avoir des témoignages de gens diagnostiqués et qui vivent en soit une vie totalement normal

jesaispasptn écrit:

Non mais je sais tout ça, je me suis peut-être mal exprimé et si c'est ça au temps pour moi, mais oui y'a peut-être deux sortes de dépression, mais dans tout les cas c'est quand même une maladie, les envies suicidaires c'est pas un truc normal. Les maladies mentales peuvent être aussi déclenchées par des expériences de ce genre hein, ça n'en sont pas moins des maladies (le ptsd ça peut pas venir tout seul par exemple).
Btw je citais juste la dépression comme exemple, peut y'avoir d'autres maladies mentales qui pourraient déclencher des envies suicidaires.



Alors à mon avis, hein, tu amalgame maladie mentale et trouble, enfin parce qu'il y a quand même une hiérarchisation. Puis là aussi dans la dépression, il y a quelque chose de tout à fait normal quand cela fait suite à un choc (perte d'un être chère, maladie, accident...) et la vraie dépression. Généralement on qualifie cela (selon l'OMS) de maladie chronique quand une personne l'est plus de 15 jours (sans atténuation de sa pathologie) dans ce cas, cela rentre dans le registre psychiatrique.

Le suicide lui est un peu un cas particulier sans évoquer l'épineuse histoire qui selon les cultures peut être différentes. Bien entendu et tu as raison, elle touche beaucoup de personne atteinte de trouble psychologiques et psychiatriques, mais elle peut être aussi, on la vue c'est certains samouraï japonais, un signe de fierté, plutôt se tuer que de se rendre à l'ennemi (et à mon sens, ce n'est pas un problème de dépression) qu'on nomme plus communément se faire hara-kiri qui est d'ailleurs plus un suicide rituel. Il y a aussi, comme ce n'est pas encore une loi (sur l'euthanasie), le suicide assisté quand une personne incurable veut partir.

kg
Photo
Date 26/09/2017 17:30

Je suis tombé sur cet article du "monde" qui j'avoue me fait tomber un peu des nues  .

Pourtant je ne connais pour l'instant aucune femme qui inviterait un copain pour un plan à trois (y compris pour que son copain baise avec son mec). Alors que dans un certain milieu, la femme peut inviter une copine pour un plan à trois (et évidemment les 3 qui coucheraient ensemble. Alors oui j'entends déjà ce qu'on va me dire, oui mais c'est le mec qui ne veut pas pour le premier cas. J'oserai dire que même si le mec voulait, la femme serait choquée.

Alors en lisant l'article du "monde", ce n'est pas tant de voir deux mecs baiser ensemble qui les excitent, c'est juste parce qu'il y a davantage de corps masculins et que visiblement le porno gay est plus crédible au yeux des femmes que le porno hétéro. Mais cela s'arrête bien entendu là, juste sur un côté purement visuelle. En aucun cas les femmes seraient excitées, je pense, de voir leur maris/copains coucher avec un autre mec alors que dans certains cas, elles consentiraient volontiers à un fantasme lesbien (soit pour exciter leur mari/copain ou soit par plaisir).

jesaispasptn
Photo
Date 26/09/2017 18:41

kg écrit:

Après c'est une autre question, es-ceq que les bisexuels peuvent eux-même souffrir du fait d'aimer les deux genres que ce soit "à phase" comme tu dis ou permanent. Surtout quand ils découvrent leur sexualité. Car si les gays ce n'est pas évident pour eux quand il se rendent comptent qu'ils sont attiré plus ou exclusivement par les garçons. Pour les bisexuel(le)s ça doit être aussi un peu étrange j'imagine au début (quand ils se découvrent bi) d'être attiré par les deux genre (masculin et féminin).


Perso j'ai jamais souffert de mon orientation même au début, mais j'ai sans doute eu de la chance.

kg écrit:

folie ? Qu'es ce que la folie déjà ? Alors oui et c'est pas péjoratif certains malades mentaux sont atteint de folie (hallucinations, délires,...). Ce n'est pas pour autant que j'ai un jugement négatif. Je connais dans mon entourage des schizophrènes (légers certes), des bipolaires,... Pourquoi d'ailleurs à tort le terme maladie mentale fait peur pour beaucoup de gens, parce que là aussi ils ont des clichés comme personne dangereuses, psychopathes, etc... Et pourtant ceux que je connais sont comme monsieur tout le monde car stabilisé par un traitement qui agit sur le système neuronale. Peut-être que ça pourrait être intéressant d'ouvrir un topic pour avoir des témoignages de gens diagnostiqués et qui vivent en soit une vie totalement normal


Le mot "folie" c'est pas un terme médicale et en plus assez péjorati, si je me trompe pas je crois que le mot c'est "psychose".
Pour le reste je suis d'accord.

kg écrit:

Alors à mon avis, hein, tu amalgame maladie mentale et trouble, enfin parce qu'il y a quand même une hiérarchisation.


Bah trouble ça englobe tout, je suis aller vérifier, et tout ce qui est dans le DSM est un trouble en faite, mais ce qui peut être qualifié de "maladie" ça serait ce qui est vérifiable physiologiquement parlant par des scanners du cerveau, mais tout ce qui est une maladie est un trouble.

kg écrit:

mais elle peut être aussi, on la vue c'est certains samouraï japonais, un signe de fierté, plutôt se tuer que de se rendre à l'ennemi (et à mon sens, ce n'est pas un problème de dépression) qu'on nomme plus communément se faire hara-kiri qui est d'ailleurs plus un suicide rituel. Il y a aussi, comme ce n'est pas encore une loi (sur l'euthanasie), le suicide assisté quand une personne incurable veut partir.


Certes mais je doute que la notion d'envies suicidaires rentre dans le tableau d'un hara-kiri, après je sais pas si c'est tout aussi sain mais pour le coup j'ai rien recherché sur le suicide idéologique.
Ça pour le coup je suis d'accord que le suicide assisté pourrait être suite normale d'une maladie douloureuse et incurable, étant donné qu'il n'y a pas d'amélioration possible, mais c'est different de dysfonctionnements chimiques sans "aucune raison" et/ou facilités par des événements extérieurs.

Après avoir vérifié, dans le DSM il n'y a que le deuil qui exclut la possibilité d'avoir une dépression (et encore dans la cinquième version elle a été enlevé apparemment, enfin y'a une limite "acceptable" qui si dépassée la personne est considérée comme en dépression), donc oui, comme tu parlais de personnes qui ont des envies suicidaires à cause de l'homophobie ou d'une haine de soi-même, ça a bien quelque chose avoir avec un trouble.

kg écrit:

Pourtant je ne connais pour l'instant aucune femme qui inviterait un copain pour un plan à trois (y compris pour que son copain baise avec son mec). Alors que dans un certain milieu, la femme peut inviter une copine pour un plan à trois (et évidemment les 3 qui coucheraient ensemble. Alors oui j'entends déjà ce qu'on va me dire, oui mais c'est le mec qui ne veut pas pour le premier cas. J'oserai dire que même si le mec voulait, la femme serait choquée.


Comment tu sais que la femme pourrait être choquée ?
Et puis j'ai l'impression que c'est plus le mec qui invite l'idée d'un plan à trois avec la copine que la femme, là encore peut être à cause d'une socialisation "sexiste" (je savais pas quel autre mot utilisé) qui veut que la femme soit moins attiré par le sexe que l'homme.

kg écrit:

c'est juste parce qu'il y a davantage de corps masculins


(dsl je recoupe en faite mais y'a des trucs j'ai rien à répondre)
Bah c'est aussi le cas pour les pornos lesbiens.

kg écrit:

En aucun cas les femmes seraient excitées, je pense, de voir leur maris/copains coucher avec un autre mec alors que dans certains cas, elles consentiraient volontiers à un fantasme lesbien (soit pour exciter leur mari/copain ou soit par plaisir).


Bah peut être que l'idée pour la plus part des gars, voire leur copine coucher avec une fille est un stéréotype aussi ?
J'ai beaucoup plus l'image de la femme outrée qu'autre chose.

Wilrick
Photo
Date 27/09/2017 20:19

Y'a pas mal de préjugé dans ce que tu dis kg, j'imagine que tu fais pas exprès mais bon... Y'a tellement de trucs à dire et j'ai si peu de temps donc je vais poser une vidéo qui va sûrement servir.



Ensuite pour compléter par rapport aux yaoi, le yaoi a beaucoup de succès sur le marché ! Non seulement au Japon mais aussi sur le deuxième marché mondial du manga : la France.... et ailleurs d'ailleurs. Suffit de voir tous les ship, les fanfictions, les doujins et les animes que les yaoistes et les studios d'animation sortent en permanence... Le public cible du yaoi est clairement la femme, suffit de voir comment les couples sont féminisés, le trait du dessin souvent très fin, les couleurs assez girly... Si les studios faisaient plus gaffe à la communauté gay, on aurait assisté à une émergence du BL/Bara et j'espère que ça arrivera un jour

kg
Photo
Date 28/09/2017 12:51

jesaispasptn écrit:

Le mot "folie" c'est pas un terme médicale et en plus assez péjorati, si je me trompe pas je crois que le mot c'est "psychose".
Pour le reste je suis d'accord.



jesaispasptn écrit:

Bah trouble ça englobe tout, je suis aller vérifier, et tout ce qui est dans le DSM est un trouble en faite, mais ce qui peut être qualifié de "maladie" ça serait ce qui est vérifiable physiologiquement parlant par des scanners du cerveau, mais tout ce qui est une maladie est un trouble.



Ce que je voulais dire par là, désolé si je me suis pas assez bien exprimé. C'est qu'il y a des choses qui peuvent être passagère et d'autre plus durable, c'est dans ce sens là que je parlais de hiérarchisation ou plus exactement de degrés de gravité dans la maladie.

jesaispasptn écrit:

Certes mais je doute que la notion d'envies suicidaires rentre dans le tableau d'un hara-kiri, après je sais pas si c'est tout aussi sain mais pour le coup j'ai rien recherché sur le suicide idéologique.
Ça pour le coup je suis d'accord que le suicide assisté pourrait être suite normale d'une maladie douloureuse et incurable, étant donné qu'il n'y a pas d'amélioration possible, mais c'est different de dysfonctionnements chimiques sans "aucune raison" et/ou facilités par des événements extérieurs.

Après avoir vérifié, dans le DSM il n'y a que le deuil qui exclut la possibilité d'avoir une dépression (et encore dans la cinquième version elle a été enlevé apparemment, enfin y'a une limite "acceptable" qui si dépassée la personne est considérée comme en dépression), donc oui, comme tu parlais de personnes qui ont des envies suicidaires à cause de l'homophobie ou d'une haine de soi-même, ça a bien quelque chose avoir avec un trouble.



Médicalement parlant, on peut envisager un traitement voire une hospitalisation (selon la gravité) si la personne fait état d'un trouble dépressif au-delà de 15 jours. Je suis d'accord, un deuil peut entraîner une déprime mais aussi conduire à une dépression. Tout humain peut avoir des "coups de cafard", des "blues" ou une petite déprime (qui est en fait une petite ou micro dépression si on va par là). Pourtant tout le monde n'est pas touché par la dépression (durable et chronique et pas que passagère).

jesaispasptn écrit:

Comment tu sais que la femme pourrait être choquée ?
Et puis j'ai l'impression que c'est plus le mec qui invite l'idée d'un plan à trois avec la copine que la femme, là encore peut être à cause d'une socialisation "sexiste" (je savais pas quel autre mot utilisé) qui veut que la femme soit moins attiré par le sexe que l'homme.



Alors soit les femmes sont des menteuses... ou soit comme tu dis, elle "subi" par amour ou par convention sociale les désiratas des hommes. Car là aussi, dire que la femme soient moins attiré par le sexe que l'homme, c'est évidemment faux. Elle a aussi une sexualité, elle a aussi des fantasmes et des désirs sexuels (tout autant que les mecs je dirais). Alors peut-être oui que certaines se donnent une fausse image de vierges effarouchées.

Comment je sais que la femme peut-être choquée ? Ben tout simplement parce qu'elle le disent et pas seulement Ludovine de la Rochère ou Christine Boutin (si la LGBTphobie ne se cantonnait qu'à ses deux personnes, franchement ça serait génial). Et même certaines femmes sans être militantes homophobes (et sans être homophobes) sont toutefois néanmoins farouchement opposé à voir deux hommes ensembles.

Alors tu me diras, il y a aussi des hommes homophobes ce qui est tout à fait vrai. D'ailleurs l'homophobie chez les hommes est soient parce qu'ils se détestent eux même (bon nombre la nuit tombée, tombe les masques et pas que les masques si tu vois ce que je veux dire...) et d'autres parce qu'ils pensent que ça remet en cause leurs virilités. En revanche, l'homophobie c'est les femmes je ne l'explique pas... pourquoi ? Je n'en sais rien.

Quant à bon nombre d'entre elles, sans aller jusqu'à de l'homophobie sont choqué par voir deux hommes s'embrasser par exemple. Contrairement à ce que l'on veut nous faire croire, l'homophobie - même en France - n'a pas totalement disparu et il est encore tenace. Bien entendu, les discours officiels (je n'ai rien contre les homos, même Cri-cri Boutin peut le dire) mais une fois passé ce cap, dès qu'il s'agit d'un entourage plus proche (frère, soeurs, neveu, voisins..., le discours et les actes sont légèrement dissonant). Sans aller à de l'homophobie pure et dure, il y a quand même étrangement des "distances" qui se posent, des gens qui curieusement (depuis votre outing) sont beaucoup plus occupés (pour vous voir).

Alors oui bien entendu et heureusement, il y a des femmes plus ouvertes aussi, plus tolérantes et au contraire qui s'en font une joie de voir un de leur (frères, potes, voisins) s'outer et vivre au grand jour son histoire d'amour. Mais je ne suis pas si certains et si sur qu'elles soient majoritaires - y compris dans notre pays.


jesaispasptn écrit:

Bah peut être que l'idée pour la plus part des gars, voire leur copine coucher avec une fille est un stéréotype aussi ?
J'ai beaucoup plus l'image de la femme outrée qu'autre chose.



Je n'ai jamais dis que toute les femmes rêvaient que leur mari/copain ramènent une copine à la maison pour un plan à 3. Je sais bien que c'est quelque chose de très minoritaire. Mais je pense que c'est encore plus minoritaire un mec qui ramène un copain à la maison pour un plan a 3 avec sa copine (avec bien sur les 2 mecs).



Wilrick écrit:

Y'a pas mal de préjugé dans ce que tu dis kg, j'imagine que tu fais pas exprès mais bon... Y'a tellement de trucs à dire et j'ai si peu de temps donc je vais poser une vidéo qui va sûrement servir.



Déja, même dans la vidéo, c'est pas trop trop clair pour moi. Déjà rien que la première question parait juste étrange, je la cite "pour être bisexuel faut être sorti avec un homme et une femme". Apparemment elle réfute cette affirmation. Je suis d'accord et je suis pas d'accord. Certes on a pas besoin de sortir impérativement avec un homme et avec une femme pour se sentir bisexuel, là je suis assez d'accord. On est bi bien entendu du moment ou on est attiré par les deux genres. Toutefois, le désir lui en principe il il l'ai pour l'homme comme pour la femme (pas forcément en même temps, ça peut être par phase ou tout le temps, c'est selon). Et à un moment, ben ce désir il faut bien qu'il s'exprime aussi. Car vouloir juste faire croire qu'on vivrai sans sexualité est juste utopique. Et je fais la différence et la distinction entre sexualité et sexe. Je peux vivre sans sexe, je pense pas pouvoir vivre sans sexualité.

Mais en même temps si on va par là, la Sainte Eglise Catholique n'a absolument rien contre les homosexuels (ça vous étonne, hein ?) si ils ne couchent pas avec des hommes. Et ben oui, c'est quand même la condition sine qua none. Donc à un moment faut juste qu'on m'explique comment ils font avec leur sexualité - à moins d'être abstinent toute leurs vie).

Sur la seconde question, c'est clair que c'est pas forcément du 50/50. D'ailleurs Kinsey, bien qu'il soit controversé, expliquait que finalement on était presque tous bisexuels et qu'il existait que très peu d'hétéro comme très peu d'homo. Puisque pour lui la sexualité humaine est un continuum avec une variation plus ou moins importante, je pense être d'accord avec cette étude là sur certains points.

 
81 messages - Page 2 sur 4 

Poster une réponse


Relatif : Les bisexuels peuvent-ils nous faire souffrir ?

Seule à trouver ce fait étrange ?
par Julie4ee le 11/06/2011 15:58 - Lu 658 fois
c'est bien un site de rencontre gay, mais étant donné que les transgenres et les bisexuels sont présents, peut etre que deux bisexuels peuvent sortir ensemble et avoir une...
J'ai couché avec un mec de 32 ans, aui a une copine ...
par captain_wr le 06/10/2014 21:47 - Lu 1316 fois
[contenu modéré] modération (needle) : propos pouvant heurter la sensibilité des bisexuels. tes plaisanteries peuvent te paraître innocentes alors qu'elles peuvent en blesser...
pourquoi est-ce si difficile
par le 25/11/2010 7:24 - Lu 191 fois
moi je préfère rester seul car avec l'amour on finit toujours par souffrir , pourquoi chercher quelque chose qui vas à la fin nous faire souffrir ....
Où sont les lesbienne? Aide
par cherriescoke le 22/06/2010 18:50 - Lu 686 fois
de toutes façons, je pense que nous naissons tous bisexuels et que ce sont nos parents et la société qui nous poussent à croire que nous devons nous contenter...
Le coup du "je tiens à toi"
par xroad le 27/01/2017 19:09 - Lu 349 fois
l'amour au sens large du terme en 2017 est vraiment mystérieux ...tu peux préciser ?les plans cul peuvent être agréable comme ils peuvent faire souffrir...

Infos et prévention

Videos

  La masculinité des femmes
Ajouté le 05/03/08
Affichée 1345588 fois
3 votes, 5/5
  Oil, Smoke & Mirrors
Ajouté le 14/08/07
Affichée 1340455 fois
4 votes, 4/5
  Spot Irlandais contre l'homophobie lycéenne
Ajouté le 29/10/11
Affichée 1269644 fois
14 votes, 5/5
  ZaGonCourts - Le Pli.
Ajouté le 29/04/11
Affichée 1338710 fois
96 votes, 4/5
  "Egalité"
Ajouté le 04/03/12
Affichée 1238286 fois
19 votes, 5/5