J'le comprends pas ?

Xaipo
Photo
Date 10/02/2017 12:55

Bon, je n'ai déjà pour ainsi dire plus l'âge de hanter ce site mais, vu que je me trouve un peu dans la situation d'une jeune pomme désorientée, je sollicite votre aide… Je vais être long, désolé, j'ai envie d'être complet. Et vous n'êtes pas obligés de lire.

En septembre, pour la première fois de ma vie inscrit sur une appli bien connue, j'aborde entre autres un mec dont la photo me plaît particulièrement, sans objectif très précis (à cette période je n'en ai pas encore). Il affiche « en couple libre ». On discute un peu, puis il me demande une photo, je ne suis « pas trop son genre », ça s'arrête là, non sans quelque déception.

Début janvier, sur une appli concurrente, un beau jour, je revois ce profil avec la mention « célibataire ». Quant à moi je suis résolu à chercher une relation sérieuse. Je l'aborde. A sa demande j'envoie plusieurs photos, dans lesquelles ne se trouve opportunément pas celle envoyée en septembre, si mes souvenirs sont bons (se souvient-il de m'avoir déjà parlé?)… Et là sa réaction est toute différente, il se montre rapidement assez enthousiaste. Chouette alors. Juste une question de photos, de calendrier ?...

On discute. Je lui dis ce que je cherche. Il répond : « Moi aussi du sérieux je crois. Mais pas avec n'importe qui », et un petit sourire. Chouette, ça tombe bien, moi non plus, pas avec n'importe qui. Au fil des échanges, il se montre enthousiaste et intéressé. Il m'envoie plusieurs messages très enthousiastes par jour – toujours sur l'appli parce que, suite à un vol de téléphone, il n'a plus de numéro disponible (ce qui semble vrai). De mon côté je suis un peu plus sobre, par choix et parce que je préférais qu'on se voit en face à face. Il est déçu parce que je ne suis pas dispo rapidement.

Finalement, après une bonne semaine, on peut se voir. Plusieurs heures, on discute, on boit un peu. Ca se passe très bien. Il me plaît. Cela semble réciproque. J'apprends qu'il était en couple jusqu'en septembre, et que c'est lui qui est parti, parce que l'autre se montrait de moins en moins supportable. On finit par s'embrasser – l'initiative venant plutôt de lui. On finit collés l'un à l'autre. Il me dit : « je ne suis pas déçu » et témoigne de pas mal d'affection. On se quitte difficilement. Je vous confesse que je suis alors en mode « in love ».

Dès le soir-même il relance la conversation par message, se montre toujours aussi intéressé et enthousiaste, c'est super. On se revoit trois jours après, j'amène un livre qu'il m'a demandé de lui prêter, on mange ensemble en ville, on se ballade, on rentre dans quelques magasins (c'est les soldes). On se sépare normalement. Très vite il me dit regretter de ne pas avoir eu de bisou – difficile, en public.

On se revoit une troisième fois. Chez moi, on discute, on boit un café, on finit par s'embrasser de nouveau et à rester l'un contre l'autre. On témoigne de notre intérêt réciproque. Sans pour autant faire de bêtises, ce qui est un très bon signe. Je me dis que tout ça est très bien parti. On finit la journée au cinéma. En sortant je lui demande de rester, mais il ne peut pas, à regret, précisant que j'aurais dû lui dire plus tôt. Mais on prévoit de se revoir chez lui trois soirs plus tard.

Ce soir arrive et se passe à merveille. J'ai vraiment l'impression qu'on avance ensemble vers quelque chose de sérieux. Je reste dormir. Au lit il veut encore parler, me pose des questions sur ma vie, « veut me connaître encore plus ». Il ne cherche pas à faire de bêtises, il a sommeil – c'est bon signe, encore une fois… mais moi ça me démange vraiment. Je finis par lui faire une gâterie, qu'il semble clairement apprécier, et savoure sans gêne. On s'endort. Il est un peu câlin, mais a vraiment sommeil. Moi, moins. Au matin, câlins, et je le sollicite pour la gâterie retour parce que bon, une nuit comme ça, ça chauffe. J'avoue que je dois insister un peu avant qu'il ne s'exécute.

On se lève. Il me prépare un petit déjeuner complet, la totale, les petits plats dans les grands. Il la joue plutôt Rome-antique. On se sépare avec regrets. Son baiser semble significatif. Tout semble toujours sur la même pente.

Trois soirs plus tard, pas de message de sa part, ce qui est un peu étonnant. Je lui demande des nouvelles. Il tarde un peu à répondre. Je m'endors et lui souhaite bonne nuit. Deux jours après, toujours pas de réponse à mon « dors bien ». J'envoie un smiley sceptique. Un jour plus tard il s'excuse et parle de problèmes de wifi… Sauf que ces jours-ci je le vois bien connecté régulièrement sur les deux applis. Le lendemain je lui dis que j'avais l'impression qu'il me boudait. Il m'assure que non. On finit par convenir de se voir, dans trois jours. Mais comme je le vois toujours connecté sur ces foutues applis, je ne résiste pas à la tentation d'engager cette conversation qui vise à éclaircir les choses : « Et tu vas voir combien de mecs d'ici-là ? – Aucun, parce que je travaille. – Juste parce que tu travailles ? – Haha, il est jaloux : ) – Pas spécialement, mais clairement avec toi je tiens à l'exclusivité tu vois :o »… Et là sa réponse : « Ah tu veux ça ? »

Non non ! « Pas toi ? – Ben je sais pas… en plus on s'est vus que quelques fois. » Aïe… « Certes, et ? Tu savais ce que je cherchais non ? Si on n'est pas sur la même ligne il faut le dire... » Bien plus tard cette réponse : « En fait c'est que moi je sais pas ce que je veux. – Avec moi, ou en général ? – En général : ) – En gros tu ne veux pas d'une relation exclusive ? – Si je trouve la bonne personne, oui. »

Cette dernière réplique manifestement contradictoire me laisse songeur. Je ne le comprends pas.
Ce serait une girouette ? Il se fout de moi ? Pourtant il ne semblait pas chercher du cul, il en aurait profité autrement... En attendant, il est toujours connecté sur ces foutues applis, et pas seulement pour pouvoir me parler ! puisqu'il parle peu et rarement...

Voilà un mois qu'on parle et notre premier bisou remonte à trois semaines. Etant données nos attitudes réciproques je pensais les choses sur une pente assez claire. D'autant qu'il ne s'est jamais montré le moins enthousiaste, ni même le moins pressé (sauf cette nuit-là, certes). Bien sûr je ne demande pas à ce qu'il signe un contrat de mariage au bout de trois semaines… Mais la moindre des choses c'est de ne pas chercher ailleurs pendant cette période, qui plus est ouvertement, non ?

Pour ma part je n'embrasse pas un mec, ne tiens pas sa main pendant des heures en lui disant comme il me plaît et a de beaux yeux et cetera, si je ne ressens pas un minimum de choses et ne vise pas avec lui certains objectifs clairs…

En principe je ne m'emballe pas facilement. Et je ne veux rien précipiter. Mais clairement je n'ai j-a-m-a-i-s ressenti ça avec tous les mecs que j'ai rencontré jusqu'ici. A 25 ballets, vous comprenez que ça ne soit pas anodin ? J'en ai pas 15, quoi. Il me plaît terriblement. Il me manque. Je crois que je suis amoureux.

A sa dernière réplique j'ai répondu simplement la vérité : « Ben oui, moi aussi. Mais depuis qu'on se voit je ne juge pas utile de chercher ailleurs. » J'attends toujours sa réponse.

Quelle suite donner ? Comment réagir avec lui ? Ne pas faire de bêtises ? Vos conseils ? Vous pensez que c'est foutu ?...

Je suis un peu dans une situation inédite, j'en ai donc bien besoin.

Anonyme
Photo
Date 10/02/2017 16:49

Sur une application tu n'es qu'un produit à évaluer et il t'a "essayé". S'amuser, avoir des activités de loisir et coucher on peut le faire avec n'importe qui. Pour complimenter, tu peux aussi trouver beau n'importe qui. C'est un rapport à l'autre trop frivole pour durer. Tout cela peut se faire avec un call-boy, voire même un robot.

Le sérieux de la relation se trouve dans le patrimoine commun, les projets communs, les ½uvres communes. Sans ça, ça n'a aucune raison de durer. Si vous êtes unis juste parce que vous aimez tous les deux les beaux garçons, ça a toute les chances d'aboutir à la séparation dès que vous "trouverez mieux".

Laisse la vie t'amener à rencontrer des gens avec qui vous produisez ou gérez vraiment des choses ensemble, pas avec qui vous avez juste les mêmes envies.

Anthony350
Photo
Date 10/02/2017 18:57

Bon, par politesse j'ai lu jusqu'à la fin mais je connaissais la fin avant de la lire et je savais encore quels mots j'allais poser sur tout ça.

Ce type est un instable indécis, il le dit lui même en plus: il ne sait pas ce qu'il veut.
De ton côté tu cherches un amour que tu ne trouveras pas avec lui, tu as des attentes trop fortes qu'il ne peut pas combler et même si il le fait ça ne durera pas car ce n'est pas sa façon d'être, acceptes le.

Par ailleurs, de ce que j'ai compris vous n'étiez pas en couple, et tu commences déjà à le traquer sur des applis. Il n'a aucune fidélité à avoir envers toi il est toujours célibataire. Tu me fais ça à moi je te recadre illico: quand je suis en couple, je suis le plus fidèle homme de la Terre. Mais hors de ça, je fais CE QUE JE VEUX. Et si tu me traques sur les applis, c'est que tu as un gros manque de confiance en toi que tu fais rejaillir sur moi. Et il n'y a rien de plus incitatif à la fuite qu'une telle attitude.

Ce n'est pas l'amour que tu attends, mais travailles sur toi même, car en agissant ainsi tu en feras fuir plus d'un, et tu ne seras jamais heureux sentimentalement.

Xaipo
Photo
Date 10/02/2017 19:09

Merci pour vos réponses.

Augustus, tu n'es pas un peu excessif ?
On parle d'un flirt de début de relation, qui obéit à certains codes en principe, c'est tout. Et qui en l'occurrence laisse perplexe.

Anthony : Merci pour ta "politesse", mais tu n'as pas compris, je ne le traque en rien, lol. Comme je l'ai dit on ne communique que via appli, puisqu'il n'a pas de carte de sim, et moi ne suis sur aucun réseau social... Donc je ne traque rien, je vois simplement qu'il est souvent connecté sans pour autant me répondre, depuis une semaine, contrairement à jusqu'ici, où il m'assaillait de messages. Et par ailleurs, il s'est étonné quand j'ai parlé d'une relation exclusive, alors que c'était clair depuis le début. Donc ton troisième paragraphe est caduc.
Pour ce qui est de son caractère "instable indécis", c'est sans doute vrai. N'ai-je pas le droit de regretter cette ambiguïté sans que cela fasse de moi un psycho-fragile illusionné ?...

Je crois avoir compris à quoi m'en tenir avec lui. Il n'en reste pas moins que la faute est de son côté et non du mien.

En somme il semble me vouloir, sans renoncer à d'autres éventuelles (et possiblement déjà actuelles) relations. Mais moi, avec lui, je veux quelque chose d'exclusif.

Edit :
C'est un peu comme la situation suivante : Depuis plusieurs semaines, tu vois un mec, avec lequel il était clair que vous vous voyiez dans le but d'une relation sérieuse. Tout va crescendo et paraît plus que réciproque,et donc tu envisages des choses. Et puis un jour tu le vois attablé avec un autre avec lequel il flirte. Certes, vous n'êtes pas en couple, mais tu ne vas pas rester impassible, si ? Ben non, tu vas en déduire qu'il va aller se faire foutre.

Anonyme
Photo
Date 10/02/2017 19:41

C'est pas de ta faute. Mais tu n'as juste pas réalisé que tu avais en face de toi un consumériste qui n'a que des sentiments très superficiels pour toi. Je suis désolé mais ce que tu as écrit laisse imaginer qu'il ne te voit que comme une distraction qu'il a commandé sur son portable.
Et de ton côté, essaie de ne pas t'attacher au corps de l'autre, mais au projet commun que vous avez, c'est ça qui compte d'abord.

Xaipo
Photo
Date 10/02/2017 19:49

Oui, sans doute.
Tous des enc*lés, ces péd*s. : /

Anthony350
Photo
Date 10/02/2017 20:13

"la faute est de son côté et non du mien"
Il n'a commis aucune faute. Et là, on ne cherche pas un coupable en fait...tu es juste nostalgique d'un rapprochement que vous avez eu et qui n'est plus, est ce pour cela qu'il est coupable d'un crime innommable? Sur combien de temps tout ce que tu as raconté s'est il déroulé?

"je veux quelque chose d'exclusif"
Et lui, tu t'es préoccupé de savoir ce qu'il voulait? Lui même l'ignore. On ne bâtît rien avec ses seules envies.

"alors que c'était clair depuis le début"
Je n'ai vu nulle part dans ton histoire que c'était clair pour lui que la relation allait être exclusive; à vrai dire dans la façon dont tu relates les faits, il ne semble même pas avoir envisagé du sérieux avec toi de façon certaine.

Concernant ton Edit, c'est effectivement le genre de réaction que j'avais avant. Pourquoi? Parce que mon égo était blessé, je me sentais abandonné, trahi. Désormais si je vois ça, oui, avec lui ça ne collera pas, mais après? Tu vas inonder tous les forums du monde en criant que c'est un enculé parce qu'il a osé aller flirter avec un autre alors que, comme tu le dis, tu n'es pas en couple avec?

Quand bien même mon 3ème paragraphe serait caduque, je maintiens le 4ème même si ça ne te plaira pas (mais tu peux m'en vouloir, j'adore ça): travailles sur toi même. N'attend pas des autres un amour que oui, visiblement, tu as du mal à t'apporter à toi même. Tu n'es pas un psycho-fragile, et même si c'était vrai il n'y aurait aucune honte, tu dois juste arrêter de considérer que TA façon est la seule façon, et admettre que les plans d'amour préconçus et tracés que tu construis, ne te conduiront jamais vers des relations saines et/ou stables. Ce qui doit se faire, se fera, ce qui ne se fait pas, ne sera pas dramatique.

Anonyme
Photo
Date 10/02/2017 22:45

Mon conseil ultime, en tout cas, surtout si tu as 25 ans - maintenant que tu as passé la période "max-hormones" (je dirais 18-19) - est simple : ne fais aucune rencontre par internet ou application. Il faut du nature, concret, direct. Et crois-moi selon les endroits, tu peux avoir beaucoup plus de chances que tu ne le crois.

Si ça ne marche pas - le célèbre échange de regards voire de petits mots entre personne qui s'attirent beaucoup mais ne se parlent jamais - c'est que ça n'était pas fait pour. Que ni l'un ni l'autre était prêt à s'approcher suffisamment. Et souvent ce jeu des regards qui n'aboutit pas prouve beaucoup qu'il ne suffit pas d'attirer et d'être attiré pour construire une bonne relation mon avis. Encore une fois, des gens avec qui vous vous appréciez au regard, physiquement, ça peut très souvent être "n'importe qui"... Par contre si ça démarre par l'amitié voire en trouvant parmi des amis d'amis, là souvent c'est je pense un très bon début. Mais il faut laisser la vie l'amener et vivre pleinement pour ne pas manquer ça.

Les applications et internet c'est si vraiment tu penses que tu dois absolument soulager tes organes sexuels autrement qu'avec tes mains. A part dans les quelques rares cas où ça marche (mais ça en général c'est du par défaut dans les petites villes, qui forcent à rester ensemble contre la solitude). Mais ils ont le gros défaut de nous empêcher d'être nous même dans nos actes, et donc d'être en parfait accord avec ceux qui nous entourent - et de nous faire prendre plus que ce que l'on donne aussi ou donner plus que ce que l'on reçoit, ce qui a terme fait échouer la relation.

A chaque fois que je me suis privé d'internet, applications, etc, avec beaucoup de patience, j'ai rencontré des amis merveilleux (si ce n'est pas trop exagéré comme mot). Dont certains avec qui on dirait qu'on restera en contact jusqu'à que l'un d'entre-nous meure. On est sur la même longueur d'onde même après des années... Pas d'amour par contre, jamais dépassé les regards et petits mots, même très récemment. Mais bon, je laisse la vie faire, on verra bien - c'est avant tout à moi d'être capable de donner, d'être utile à l'autre. L'amour c'est tout donner, ce n'est pas vouloir ou désirer.

Et puis au pire... Ose la drague. C'est sans doute un peu comme la douche froide quand on voit comment certains en parlent. Mais bon ce n'est pas si sain. La séduction c'est souvent déjà un mensonge et donc le processus est un peu vicié. A toi de voir, pour ne pas dire vivre.

Enfin vois aussi un peu ce que c'est le bonheur de se sentir assez "pur". Si tu as de l'amour propre, tu te sentiras assez bien en ayant pas été trop désacralisé (déshabillé, utilisé comme loisir pour le sexe, etc) trop souvent.

BleenBird
Photo
Date 11/02/2017 2:41

Je partage à 70% ce que dit Augustus Maximus sur ce sujet et plus précisément ceci :

"Le sérieux de la relation se trouve dans le patrimoine commun, les projets communs, les ½uvres communes. Sans ça, ça n'a aucune raison de durer. Si vous êtes unis juste parce que vous aimez tous les deux les beaux garçons, ça a toute les chances d'aboutir à la séparation dès que vous "trouverez mieux".


Et à 95% ce que peut dire Mamie :




Voilà, j'ai pas de conseils bien précis à ajouter, juste que partager ou construire des choses en commun dans un couple ne suffit pas, la sincérité est cruciale.

Xaipo
Photo
Date 11/02/2017 9:36

Augustus : tu es crypto-évangéliste ? lol.
Je suis complètement hors milieu. La quasi seule chance de faire des rencontres pour moi c'est hélas les applis et internet... Quant à la patience... j'en suis coutumier ^ ^

Anthony : ta cruauté malsaine et cynique est inutile. Je ne suis pas venu gémir sur un forum mais demander conseil.

Enfin, je retiens une chose, que je dois l'oublier et l'envoyer se faire foutre, ce qui est acquis.

Anonyme
Photo
Date 11/02/2017 11:58

pseudo écrit:

Je suis complètement hors milieu. La quasi seule chance de faire des rencontres pour moi c'est hélas les applis et internet... Quant à la patience... j'en suis coutumier ^ ^


Quasi. Mais pas seule chance du coup. Avant beaucoup même arrivaient à se rencontrer dans des villages, car ils ne restaient pas la journée le nez collé sur le smartphone (haha).

Au contraire le milieu est source d'instabilité, car ça amène à essayer les autres comme avec les applications et tout.

Ce qui compte c'est juste que tu voies suffisamment de monde, notamment sur ton lieu de travail ou d'études. Garder assez d'amis pour avoir des amis d'amis qui deviennent amis ou plus, etc. Tu peux parler aux gens sans intermédiaire et avoir ta chance. Mais mieux vaut 50 amis réels, qu'un petit copain rencontré par application qui finit par te considérer comme une simple source de divertissement...

roukini
Photo
Date 11/02/2017 12:52

Je voudrais dire la vérité. J'aime la vérité. Mais elle ne m'aime pas. Voilà la vérité vraie : la vérité ne m'aime pas. Dès que je la dis, elle change de figure et se retourne contre moi. J'ai l'air de mentir et tout le monde me regarde de travers. Et pourtant je suis simple et je n'aime pas le mensonge. Je le jure. Le mensonge attire toujours des ennuis épouvantables et on se prend les pieds dedans et on trébuche et on tombe et tout le monde se moque de vous. Si on me demande quelque chose, je veux répondre ce que je pense. Je veux répondre la vérité. La vérité me démange. Mais alors, je ne sais pas ce qui se passe. Je suis pris d'angoisse, de crainte, de la peur d'être ridicule et je mens. Je mens. C'est fait. Il est trop tard pour revenir là-dessus. Et une fois un pied dans le mensonge, il faut que le reste passe. Et ce n'est pas commode, je vous le jure. C'est si facile de dire la vérité. C'est un luxe de paresseux. On est sûr de ne pas se tromper après et de ne plus avoir d'embêtements. On a les embêtements sur place, vite, à la minute, et ensuite les choses s'arrangent. Tandis que moi ! Le diable s'en mêle. Le mensonge n'est pas une pente à pic. Ce sont des montagnes russes qui vous emportent et qui vous coupent le souffle, qui vous arrêtent le c½ur et vous le nouent dans la gorge.
Si j'aime, je dis que je n'aime pas et si je n'aime pas je dis que j'aime. Et vous devinez les suites. Autant se tirer un coup de revolver et en finir. Non ! J'ai beau me sermonner, me mettre devant l'armoire à glace, me répéter : tu ne mentiras plus. Tu ne mentiras plus. Tu ne mentiras plus. Je mens. Je mens. Je mens. Je mens pour les petites choses et pour les grandes. Et s'il m'arrive de dire la vérité, une fois par hasard, par surprise, elle se retourne, elle se recroqueville, elle se ratatine, elle grimace et elle devient mensonge. Les moindres détails se liguent contre moi et prouvent que j'ai menti. Et… ce n'est pas moi qui suis lâche… chez moi je trouve toujours ce qu'il faudrait répondre et j'imagine les coups qu'il faudrait donner. Seulement sur place, je me paralyse et je garde le silence. On me traite de menteur et je la boucle. Je pourrais répondre : vous mentez. Je n'en trouve pas la force. Je me laisse injurier et je crève de rage. Et c'est cette rage qui s'accumule, qui s'entasse en moi, qui me donne de la haine.
Je ne suis pas méchant. Je suis même bon. Mais il suffit qu'on me traite de menteur pour que la haine m'étouffe, et ils ont raison. Je sais qu'ils ont raison, que je mérite les insultes. Mais voilà. Je ne voulais pas mentir et je ne peux pas supporter qu'on ne comprenne pas que je mens malgré moi et que le diable me pousse. Oh ! Je changerai. J'ai déjà changé. Je ne mentirai plus. Je trouverai un système pour ne plus mentir, pour ne plus vivre dans le désordre épouvantable du mensonge. On dirait une chambre pas faite, des fils de fer barbelés la nuit, des couloirs et des couloirs du rêve. Je guérirai. J'en sortirai. Et du reste, je vous en donne la preuve. Ici, en public, je m'accuse de mes crimes et j'étale mon vice. Et n'allez pas croire que j'aime étaler mon vice et que c'est encore le comble du vice que ma franchise. Non, non. J'ai honte. Je déteste mes mensonges et j'irai au bout du monde pour ne pas être obligé de faire ma confession. Et vous, dîtes-vous la vérité ? Etes-vous dignes de m'entendre ? Au fait, je m'accuse et je ne me suis pas demandé si le tribunal était en mesure de me juger, de m'absoudre.
Vous devez mentir ! Vous devez mentir tous, mentir sans cesse et aimer mentir et croire que vous ne mentez pas. Vous devez vous mentir à vous même. Tout est là ! Moi, je ne me mens pas à moi-même. Moi j'ai la franchise de m'avouer que je mens, que je suis un menteur. Vous, vous êtes des lâches. Vous m'écoutiez, vous vous disiez ! quel pauvre type ! Et vous profitiez de ma franchise pour dissimuler vos mensonges. Je vous tiens ! Savez-vous, Mesdames, Messieurs, pourquoi je vous ai raconté que je mentais, que j'aimais le mensonge ? Ce n'était pas vrai. C'était à seule fin de vous attirer dans un piège et de me rendre compte, de comprendre. Je ne mens pas. Je ne mens jamais. Je déteste le mensonge et le mensonge me déteste. Je n'ai menti que pour vous dire que je mentais.
Et maintenant je vois vos visages qui se décomposent. Chacun voudrait quitter sa place et redoute d'être interpellé par moi.
Madame, vous avez dit à votre mari que vous étiez hier chez votre modiste. Monsieur, vous avez dit à votre femme que vous dîniez à votre cercle. C'est faux. Faux. Faux. Osez me donner un démenti. Osez me répondre que je mens. Osez me traiter de menteur. Personne ne bouge ? Parfait. Je savais à quoi m'en tenir. Il est facile d'accuser les autres. Facile de les mettre en mauvaise posture. Vous me dites que je mens et vous mentez ! C'est admirable. Je ne mens jamais. Vous entendez ! Jamais. Et s'il m'arrive de mentir, c'est pour rendre service… pour éviter de faire de la peine… pour éviter un drame. De pieux mensonges. Forcément, il faut mentir. Mentir un peu… de temps à autres. Quoi ? Vous dites ? Ah ! je croyais… non… parce que… je trouverais étrange qu'on me reprochât ce genre de mensonge. Venant de vous ce serait drôle. De vous qui mentez à moi qui ne mens jamais.
Tenez, l'autre jour – mais non vous ne me croiriez pas. Du reste, le mensonge… le mensonge, c'est magnifique. Dites… imaginer un monde irréel et y faire croire – mentir ! Il est vrai que la vérité a son poids dur et qu'elle m'épate. La vérité. Les deux se valent. Peut être que le mensonge l'emporte… bien que je ne mente jamais. Hein ? J'ai menti ? Certes. J'ai menti en vous disant que je mentais. Ai-je menti en vous disant que je mentais ou en vous disant que je ne mens pas. Un menteur ! Moi ? Au fond je ne sais plus. Je m'embrouille. Quelle drôle d'époque. Suis-je un menteur ? Je vous le demande ? Je suis plutôt un mensonge. Un mensonge qui dit toujours la vérité

Cocteau va résumer ta situation en beauté

Pandaren
Photo
Date 11/02/2017 20:55

C'est horrible cette histoire. Je pense pas que ce soit un indécis, je pense qu'il sait TRES BIEN ce qu'il veut : le beurre et l'argent du beurre et ton cul à disposition.

Mon conseil : FUIR avant que la fuite ne soit impossible.

Xaipo
Photo
Date 12/02/2017 11:03

Pandaren écrit:

je pense qu'il sait TRES BIEN ce qu'il veut : le beurre et l'argent du beurre et ton cul à disposition.


Oui, c'est ça...

Augustus-Anonyme : Oui, certes. Mais je suis discret et n'ai pas d'homos, libres du moins, dans mes relations. Enfin bon.

Xaipo
Photo
Date 13/02/2017 19:47

Ce connard n'a toujours pas répondu à mon dernier message (cité en fin de mon premier post ici), plus de 72h après. Pour clore la chose, je me suis donc contenté de lui écrire qu'il pouvait garder le livre que je lui avais prêté (qu'il m'avait demandé que je lui prête avec insistance des étoiles dans les yeux)... même si c'est l'un de ceux auxquels je tiens le plus. Histoire de ne plus avoir à le revoir.
Cinq heures après, aucune réaction - bien qu'il soit sans cesse connecté à l'appli... et qu'il ait même ajouté des photos, dont une nouvelle torse nu et suggestive...
En fin de compte c'est comme s'il avait changé de personnalité ; ou plutôt, il a joué une parfaite comédie jusqu'ici avec moi.
Les enc*lés sont décidément sur-représentés dans la population pédéique.

kahooli
Photo
Date 14/02/2017 8:56

Xaipo écrit:

Les enc*lés sont décidément sur-représentés dans la population pédéique.



Je dirais que c'est tout à fait normal...

pour ce que ça vaut, désolé pour toi et bonne chance, tu finiras par trouver.

Anthony350
Photo
Date 27/02/2017 19:00

Xaipo écrit:

Augustus : tu es crypto-évangéliste ? lol.
Je suis complètement hors milieu. La quasi seule chance de faire des rencontres pour moi c'est hélas les applis et internet... Quant à la patience... j'en suis coutumier ^ ^

Anthony : ta cruauté malsaine et cynique est inutile. Je ne suis pas venu gémir sur un forum mais demander conseil.

Enfin, je retiens une chose, que je dois l'oublier et l'envoyer se faire foutre, ce qui est acquis.



Je ne vois pas pourquoi tu parles de cruauté ni de cynisme, mais si tu veux le préciser je pourrais m'en expliquer on s'est peut être mal compris. Je suis passé par toutes les émotions que tu décris dans ton dernier post sur ce topic, et je ne dis que posément ce que je pense de ton histoire; si tu ne souhaitais pas d'avis, ou du moins pas d'avis contraire au tien, il fallait soit ne pas en demander, soit le préciser.

Mais, ce n'est pas moi qui trace le temps qu'il met à répondre, le temps qu'il passe sur l'appli, les photos qu'il a publié en ayant mal car elles sont faites torse nu, qui lui dit qu'il peut garder un livre auquel je tiens dans l'espoir que ça le fasse réagir, et qui finit par ouvrir les yeux sur une comédie qu'on a joué avec ma personne. Ceci te donnera peut être de la colère, mais qu'elle s'exprime contre moi ou lui peu importe: la colère doit jouer son rôle libérateur dans ce genre de situation.

 
17 messages - Page 1 sur 1 

Une seule page de résultat.

Poster une réponse


Relatif : J'le comprends pas ?

Carré de latex (pour fille)
par le 15/07/2009 17:18 - Lu 398 fois
je comprends la reaction de nananis. mais je suppose qu'elle ne le ferait pas pour n'importe qui. si ? dans ce cas je ne comprends pas o_o !
J'admire Nicolas Sarkozy
par swagg le 02/11/2014 1:38 - Lu 2275 fois
je comprends encore qu'il ait été élu président contre sarkozy, mais je comprends toujours pas comment il a gagné les primaires.
CRITIQUE?
par ikissed le 29/08/2008 22:34 - Lu 393 fois
+ 1 je ne comprends pas non plus pourquoi tu décides de faire ta croisade contre tout ce que tu ne comprends pas et qui nous vaut un post différent à chaque fois
Comment je suis tombé dans la prostitution.
par kankar75016 le 23/04/2014 9:26 - Lu 2621 fois
cash. je te comprends, je ne t'envie pas du tout, mais je te comprends.
Google n'aime pas Sarko !
par NicoTouch le 04/11/2007 15:54 - Lu 278 fois
maintenant, on comprends pourquoi, lorsqu'on traduit un texte d'une langue étrangère en français, on ne comprends rien ! :-p mais là... c'est grave quand même. xd

Infos et prévention