[VIH-IST] Zoom sur la prévention des IST en septembre 2016

allomat69
Photo
Date 31/08/2016 22:50

Dans un post récent j'avais promis un papier, le voici...


La prévention des infections sexuellement transmissibles (IST) repose actuellement sur leur connaissance, le préservatif, les dépistages des IST dont le VIH, plus 3 méthodes pour tenter de contrôler l'épidémie de VIH (virus d'immunodéficience humaine).

Ces 3 méthodes combinées dans un ordre ascendant, sont orientées au moment du dépistage en fonction de l'âge, du niveau d'exposition au risque de chopper le VIH, ou d'une éventuelle découverte de séropositivité au VIH :

-1) le préservatif, et le traitement d'urgence (TPE ou PEP) en cas de prise de risque, et des dépistages périodiques au moins annuels ou en cas de prise de risque pour vérifier si tout c'est bien passé ;

-2) le préservatif, et la prophylaxie médicamenteuse pré-exposition au VIH (PrEP, gratuite en France), style pilule journalière, pour les gays et trans majeurs qui seraient à haut risque de chopper des IST dont le VIH, avec dépistage trimestriel préalable obligatoire car la PREP n'est pas appropriée comme traitement antirétroviral ;

-3) le préservatif, et le traitement antirétroviral pour les gens déjà dépistés séropositifs, qui leur permet dans une majorité de cas et après un certain temps de ne plus transmettre le VIH, avec dépistage des autres IST.


Il en résulte que personne ne devrait se retrouver dans la situation d'entendre "pas de préservatif car je suis clean", sauf quand il connaît intimement son partenaire et sait que c'est vrai.


Un visuel valant mieux qu'un long discours, je reposte l'image que j'avais posté l'année dernière, toujours d'actualité chez les jeunes de 15-25 ans.
(la flèche --→4 c'est la sortie vers le cimetière...)






Zoom sur le plan pratique :

- les conseils sont disponibles dans les centres de dépistage anonyme et gratuit CEGIDD, sur des sites de prévention tels que Sida-Info-Service (SIS) et leurs permanences téléphoniques, et auprès des assoces de prévention notamment lorsqu'elles sont présentes dans les lieux gays ou sur les festivals gays ;

- les préservatifs qui sont en vente partout, et donnés gratuitement dans les CEGIDD ( ) et certaines assoces de prévention ;

- le traitement d'urgence du risque de VIH moins de 24 a 48 heures après une prise de risque se fait aux urgences des hôpitaux (sans autre souci qu'une éventuelle contre-indication médicale, car c'est un traitement brutal d'un mois), et gratuitement ;

- les dépistages VIH fiables 6 semaines après une prise de risques se font dans les CEGIDD ( ) ou sur prescription de son médecin, les dépistages rapides fiables à 12 semaines accessibles dans des associations de prévention (telles que AIDES partout, le Kiosque à Paris, etc), des kits de dépistage VIH en vente dans les pharmacies et bientôt offerts par les CEGIDD et assoces mais peu appropriés aux mineurs ;

- la déclaration et dépistages trimestriels obligatoires, prescription et délivrance de la PREP journalière ou encadrant la prise de risque avant et apres, se fait dans certains CEGIDD et hôpitaux ( ), gratuitement en France ;

- le traitement des IST autres que le VIH se fait en pharmacie sur ordonnance, voire si nécessaire à l'hosto si elle est aiguë ou devient chronique, comme pour toute maladie ;

- la confirmation d'un diagnostique de séropositivité au VIH, prescription du traitement, déclaration obligatoire de la maladie, consultations médicales périodiques et analyses de suivi se font dans des consultations spécialisées, sur orientation des services qui ont diagnostiqué la séropositivité, les médocs sont disponibles en pharmacie.



Zoom sur les risques du VIH :

Le VIH se transmet par le sang, le sperme, les sécrétions vaginales, lorsqu'ils sont en contact avec une plaie ou une muqueuse (anus, sexe, bouche, etc), ou direct par voie sanguine (rasoirs partagés, piquage par seringue partagée souillée, accouchement ou transfusion sanguine non sécurisés, etc).

Quelques jours ou semaines après avoir pénétré l'organisme il peut pendant quelques jours ou semaines entrainer un symptôme de type grippal, ou pas du tout, puis reste silencieux pendant des années (parfois jusqu'à 10 ans) tout en épuisant progressivement les défenses immunitaires, puis il devient progressivement ou brutalement symptomatique lorsque les défenses immunitaires deviennent trop basses. Le moindre germe intérieur ou extérieur à l'organisme devenant pathogène, des maladies dites opportunistes se développent, c'est le stade appelé Sida. Ces maladies qui dans un premier temps empoisonnent la vie, puis peuvent rapidement devenir graves sont plus ou moins soignables, mais leur enchainement et leur simultanéité épuisent le corps, le virus continuant à affaiblir les défenses et s'attaquant désormais lui-même à des organes, la mort devient inévitable en quelques années.

Sauf dépistage permettant de prendre un traitement antirétroviral journalier empêchant le virus de se reproduire, et permettant généralement à stopper cette évolution, au pire de la ralentir. Mais ne sait pas encore le déloger car il se cache dans des cellules inaccessibles, bien que la recherche avance dans ce sens.
Et plus le VIH est dépisté tôt mieux son traitement fonctionne.

Comme évoqué récemment sur un autre topic, pour que les gens prennent l'habitude de se faire dépister régulièrement sans s'inquiéter au-delà du raisonnable, on répète que le dépistage du VIH pendant sa phase silencieuse, ou bien son diagnostique quand l'infection devient Sida, permettent d'en faire une maladie chronique en se soignant quotidiennement jusqu'à la fin de sa vie, et de garder une espérance de vie comparable.

Ce discours salvateur de l'esprit est tout de même un peu optimiste pour le corps.

Une maladie chronique est une complication quotidienne, avec prise de médoc à heure fixe toute sa vie, nécessitant un suivi médical et des analyses plusieurs fois par ans. Et les médocs ne sont pas des bonbons sans impact sur la santé, que ce soit des effets secondaires possibles au quotidien, où un impact à long terme sur certains organes.

Les médecins traduisent laconiquement cela par effets secondaires possibles, effet à long terme probables, certaines souches résistantes (édité), vieillissement biologique accéléré, et comorbidités plus fréquentes. De quoi assurer la pérennité leur taffe lol, mais si personne ne doute de leur efficacité et dévouement, moins on voit les médecins au-delà du nécessaire, mieux on se porte xD.

Sans compter les complications administratives, surtout en déplacement dans certains pays étrangers, médicales en cas de chirurgie ou d'aide à la personne, la contrainte de l'accès aux médocs, l'épée de Damoclès de la pérennité de leur gratuité car ils sont hors de prix si on devaient les payer soi-même (l'unité de mesure est en milliers d'euros par mois). Et la désocialisation qui touche de nombreux séropositifs, notamment en cas de symptômes du VIH-Sida malgré les médocs, ou si ils sont mal tolérés.

Et il y aurait encore plusieurs centaines de mort en France par an, ce qui signifie encore plus de malades hospitalisés, y compris parfois des gens jeunes. Par contre difficile d'être plus précis, les chiffres ne sont pas publiés.

Bref, cette maladie n'est pas vraiment une plaisanterie, et si la peur est très mauvaise conseillère, une petite crainte maintenant la vigilance n'est pas superflue. Comme dans les transports, où la prévention permet de se déplacer à 130km/h sur la route ou à 950 km/h dans les airs sans risque excessif, à condition de rester vigilants.



Zoom sur la PrEP :

En complément de l'usage des préservatifs, c'est une prophylaxie médicamenteuse au fonctionnement comparable à celle contre le paludisme (pour les gens d'outremer qui connaissent), qui ne laisse pas le germe s'installer si le médoc est dans le sang avant le virus, et pendant suffisamment longtemps après son intrusion. A certaines conditions d'exposition aux risques de chopper le VIH, de séronégativité, d'état de santé, d'observance de la posologie, tolérance du médoc, etc.

Elle autorise deux posologies à définir d'avance avec le médecin prescripteur, soit journalière dite "en continu", soit "non continue" lorsque nécessaire (style deux pilules à prendre au moins 2 heures avant le risque, puis une par jour pendant le risque, puis après pendant deux jours, précisé par le médecin prescripteur).

Sous réserve d'une surveillance trimestrielle médicale stricte, notamment des reins, de la sérologie VIH de façon à ce qu'elle reste bien négative, et de la sérologie VHB (hépatite B ). Parce que le médoc n'est pas un bonbon inoffensif à court et à long terme, ne serait pas un traitement suffisant si le virus s'installait et pourrait même compromettre son traitement futur en cas de développement d'une résistance au médoc, et enfin parce le traitement non continu est contre-indiqué en cas de séropositivité au VHB (hépatite B ).
Elle peut avoir des effets indésirables tels que troubles gastro, mal de tête, vertiges, boutons, allergie sérieuse, etc.

Cette prophylaxie médicamenteuse a actuellement une indication en France (et depuis peu en Europe) lorsqu'elle apporte plus de bénéfices à une personne à hauts risques de chopper le VIH, que de risques liés au médoc utilisé.

Plus précisément en France elle est notamment recommandée pour les gays et trans majeurs à haut risque de s'infecter au VIH par voie sexuelle, qui replissent une des conditions suivantes :
- rapports sexuels anaux non protégés avec au moins 2 partenaires sexuels différents dans les six derniers mois
- épisodes d'infections sexuellement transmissibles (IST) dans les 12 derniers mois (Syphilis, gonococcie, infection à chlamydia, primo-infection hépatite B ou hépatite C
- plusieurs recours à la prophylaxie postexposition (TPE = PEP) dans les 12 derniers mois
- usage de drogues psycho-actives (cocaïne, GHB, MDMA, méphédrone) lors des rapports sexuel.

Autrement dit des gens qui rapportent qu'ils sortent souvent et ont du mal à se protéger avec des préservatifs, ou choppent des IST, ou ont recours plusieurs fois à des TPE, ou qui se droguent pendant leurs rencontres, qui sont des situations évoquant des difficultés voire une impossibilité se protéger.

Les consultations et médoc sont gratuits, ce qui représente un effort considérable pour la sécu puisque cela lui coûterait pas loin de 1000 ¤ par mois tout compris, mais qui resterait moins élevé que le traitement mensuel d'un séropositif.



Bon j'arrête là, on pourrait écrire un roman sur les joyeusetés et douleurs des autres IST, mais il y a des sites et applis pour ça, et ce pavé est apparaît déjà suffisamment long et dense.

Place aux questions, et n'hésitez pas à apporter vous mêmes des précisions

En ligne 93430
Photo
Date 02/09/2016 0:36

Qui es-tu allomat ?

allomat69
Photo
Date 02/09/2016 8:38

Question hors sujet

Mais pour te répondre, je connais plutôt bien les sujets relatifs aux préventions quelles qu'elles soient, et m'y intéresse d'autant plus qu'elles sont fortement évolutives.

En outre lorsque les alarmes passent au rouge j'estime normal de le signaler, en prenant toujours soin d'y opposer les solutions existantes. C'est la définition basique de la prévention.

 
3 messages - Page 1 sur 1 

Une seule page de résultat.

Poster une réponse


Relatif : [VIH-IST] Zoom sur la prévention des IST en septembre 2016

Amateur photo : Reflex, Bridge, Hybride ou Compact ?
par Desperate le 12/05/2014 2:09 - Lu 187 fois
pour le zoom regarde le zoom optique, pas le zoom max car le zoom numérique n'a aucun intérêt
Voyager en septembre 2016
par hedge16 le 14/07/2016 21:41 - Lu 68 fois
bjr à tous, je cherche une ou plusieurs personnes pour voyager en septembre, entre le 5 et le 18 septembre 2016. maximum à 4. j'aimerais par exemple aller en corse mais je suis...
Éventuelle idée de forum...
par Jevico le 01/08/2016 14:24 - Lu 124 fois
je ne veux pas répondre à leur place, mais je crains que les modos ne puissent pas grand chose xd. le site n'évolue plus, ce serait déjà pas si mal que le nom de domène soit prolongé en...
Quel est ton dernier / prochain concert ?
par logologue le 30/12/2015 15:32 - Lu 360 fois
paramore - septembre 2013 ... ... grimes - mars 2016
Vos meilleurs GIF !!!!!!
par charlyb le 19/05/2016 23:26 - Lu 1777 fois
best topic ever !!! <3 sur ce, voici ma maigre contribution : le visiteur du futur o/ et enfin

Infos et prévention

Videos

  Prévention SIDA Guyane (Moun Production)
Ajouté le 31/03/08
Affichée 1090370 fois
2 votes, 5/5
  Mal à dire - Le sida n'a pas de visage
Ajouté le 29/05/11
Affichée 1112071 fois
6 votes, 4/5
  Carton rouge contre l'homophobie
Ajouté le 31/05/11
Affichée 1111461 fois
5 votes, 5/5
  Voilà pourquoi il ne faut pas accepter des inconnus sur Facebook !
Ajouté le 04/02/12
Affichée 1017169 fois
4 votes, 2/5
  Haro sur les homos - Partie 1/3
Ajouté le 06/08/07
Affichée 1124184 fois
18 votes, 5/5

Les News

Test de dépistage du VIH Tout sur le test de dépistage du VIH  
Quelles protections pour quelles... Sans jugement aucun, voici un énoncé des diverses pratiques sexuelles et de la vigilance à y accorder.  
Vente d'alcool interdite aux... En 2009, Mme Bachelot annonce l’interdiction totale de la vente d’alcool aux mineurs dans les bars, discothèques, supermarchés, épiceries et autres endroits.  
L'évolution des prises de risque ! Quid des représentations sociales du VIH et de l'évolution des prises de risques ? Une nouvelle enquête du KABP (Knowledge, Attitudes, Beliefs and Practices) nous apporte des éléments de réponses alarmants.  
Comment se protéger lors de... Les lesbiennes peuvent-elles attraper des IST ? Quels sont les moyens de prévention entre filles ? Autant de questions que peuvent se poser les filles avant de passer à l'acte...