Don du sang aux homosexuels : une avancée rétrograde - commentaires

kyuso21
Photo
Date 09/11/2015 2:27

Actu : Don du sang aux homosexuels : une avancée rétrograde À l'heure où le sang est en manque dans les banques, de vastes campagnes de dons se font actuellement à travers toute la France dans les centres-ville et les campus universitaires. Le Ministère de la Santé a annoncé une ouverture au don du sang par les homosexuels sous une certaine condition.

Laissez vos commentaires à propos de l'article : Don du sang aux homosexuels : une avancée rétrograde

allomat69
Photo
Date 09/11/2015 8:22

On peut surtout leur reprocher que leurs décisions soient prises sur des critères opaques, non communiqués, autrement dit qu'elles soient non motivées.

Si l'on s'en tient aux peu d'informations publiées au compte goute sur les tendances de l'épidémie par orientation sexuelle, ethnie, et âge, ainsi que sur les possibilités actuelles de dépistage du virus dans les prélèvements sanguins, toutes opaques alors qu'apparemment elles existent, ce n'est pas une détente des critères qu'il faudrait, mais au contraire un durcissement. Ne serait-ce que sur le critère de la progression du virus VIH chez les jeunes gays et blacks, qui nous rapproche progressivement d'une situation critique à l'africaine (désolé pour l'adjectif, que nos amis africains qui en souffrent me pardonnent), où le virus ne cible plus seulement les gens imprudents mais aussi les jeunes vulnérables dès la puberté, à la préférence sexuelle pas encore assurée, et où trouver du sang de qualité comme les dépister et les soigner doit être un vrai casse-tête.

Je n'ai jamais été partisan du laxisme en matière de don du sang, pourtant il y a quelques années j'écrivais que les jeunes et couples stables ne méritaient statistiquement pas l'ostracisme qu'on leur opposait. Mais à l'allure où vont les choses, avec une quasi absence d'éducation à la prévention depuis des années chez les plus jeunes, un accès aux préservatifs gratuits rationné, une progression probablement rapide du VIH en direction des plus jeunes, et des gays adultes qui ne semblent pas prêts à renoncer aux prises de risque en attendant qu'on leur offre une protection chimique, on est orienté vers la pente et même pas le pied sur le frein...

Bon après désolé, je ne vais pas pouvoir t'expliquer un critère que moi-même je ne comprend pas, tu emploies les termes "en vérité il s'agirait", j'emploierais le terme "apparemment", sur les sujets graves je n'ai pas envie de dire de la mer**, et attendrai qu'on nous explique.

skinny-boy
Photo
Date 10/11/2015 0:19

Je sais pas si c'est fait exprès mais il y a une contradiction dans le terme "avancée rétrograde"
Après comme ça été dit dans l'article c'est avant tout symbolique puisque il y a toujours la possibilité de mentir.
Passer par une étape de 12 mois d'abstinence est du n'importe quoi parce que c'est assez rare qu'un homo actif sexuellement soit abstinent pendant 12 mois. C'est une mesure cosmétique pour rassurer la population et pour montrer que le gouvernement prend la maximum de précautions en procédant par étape.

Au niveau de la peur, il faut pas oublier que la France a été traumatisé par l'affaire du sang contaminé.
Le fait d'être homo n'augmente pas les risques. C'est les comportement à risque qui l'augmente et il se trouve que les homos ont plus de comportements à risque. C'est le comportement à risque qui devrait être le critère sélectif et pas l'orientation sexuelle. Ensuite, si on suit la raisonnement d'allomat69 en durcissent les conditions, il faudrait aligner les critères des hétéros sur ceux des homos

Au sujet de la recrudescence des IST, j'ai l'impression que dans l'esprit général maintenant on pense qu'ont peut quasiment vivre normalement avec une IST et certains pensent même qu'au vu des progrès de la médecine le VIH sera guérissable dans quelque années. Il y a un certains relâchement depuis les années 2000 à cause de l'amélioration des traitements. Les générations qui sont nées après la fin des années 80 n'ont pratiquement pas connu l'époque où de nombreuses personnes étaient quasiment foudroyées par le VIH quotidiennement. L'espérance de vie d'un malade n'était pas très élevée. Cette peur a un peu servi de leçon aux anciennes générations même s'il y a toujours des "vieux gays" qui sont inconscients sur ce sujet. Après je parle de tout le monde y compris des hétéros.

allomat69
Photo
Date 10/11/2015 8:54

Perso je pars du principe éprouvé que la prévention passe par l'éducation, à la fois de façon théorique et pratique, et la facilité d'accès à cette prévention.

Je ne nie pas que la crainte a été inventé par le monde du vivant pour préserver ses fragiles longues chaines carbonées, mais la peur sous sa forme panique est toujours mauvaise conseillère. Lorsqu'un petit enfant s'est brulé une ou deux fois, pas trop sévèrement parce que les adultes sont à ses cotés pour l'enseigner et le préserver, la théorie et la pratique le rend méfiant du chaud, mais cela ne l'empêchera pas d'utiliser et maitriser ce chaud, pour cuire ses aliments par exemple.

Pour prendre le volant d'une voiture on a du accumuler tout un savoir théorique et pratique, et lorsqu'on a fait un stage sur route mouillée, puis fait du secourisme ou visité un centre de réadaptation où des jeunes souffrent pendant des années pour récupérer un tout petit peu de mobilité, on a quasiment plus besoin de gendarme derrière soi pour se convaincre du bien fondé de la prévention, ne reste plus qu'à gérer les défaillances humaines.

Ce n'est pas le premier degré de la peur qui préserve le conducteur et ses passagers sur une route, ni le grimpeur sur une paroi verticale, ou n'importe quel autre sportif de haut niveau : c'est sa connaissance, son expérience, et la connaissance de circonstances dégradées (météo, niveau d'alerte, etc) qu'il va devoir compenser, ou sinon renoncer.

Or les virus ont des stratégies tellement complexes, notamment le virus de l'Immunodéficience Humaine (VIH) qui conduit irrémédiablement à la mort par épuisement physique en moins de 10 ans si on le dépiste pas et soigne pas assez tôt, que cela conduit à leur opposer une stratégie tout aussi complexe qui ne se limite pas à l'utilisation du préservatif, nécessite une éducation, et un accès facile aux moyens de prévention.

Perso je n'accepte pas sans discuter l'argument que les jeunes se sentent "invincibles" ( ). Le sentiment d'immortalité est habituel à cet âge, permet à l'humanité d'avancer, mais il peut être significativement compensé par éducation, qui est de la responsabilité des plus vieux.

Ce qui m'agace un peu depuis quelques années, et qui doit finir par se sentir dans ce que j'écris sur les forums lol, c'est que tous les ans une nouvelle classe de jeunes émerge avec la régularité d'un métronome, et qu'il y a de moins en moins de gens et de moyens pour les former à la prévention. En dehors de sites de prévention des IST, où personne ne va sauf grosse frayeur nécessitant de se rassurer, c'est le calme plat, on entend plus parler de prévention, y compris dans les media. Ici je fais de la veille technologique à minima, mais c'est souvent pire ailleurs où tout ronronne à minima, alors que les IST progressent à plein régime.

Alors c'est vrai qu'on compte beaucoup sur les médecins, et qu'ils se sont montrés particulièrement efficaces ces dernières dizaines d'années, transformant une maladie mortelle le VIH en maladie chronique handicapante, trouvant des solutions élégantes pour les hépatites, et pilonnant le reste des IST aux antibiotiques et traitements de surface. Mais le fait est qu'ils sont actuellement le tout dernier rempart du VIH, et que ce rempart a de sérieuses brèches, qui s'élargissent, surtout en direction des plus jeunes.

Il faut croire que personne n'a pris conscience du retour d'expérience de l'Afrique, où dans certains coins un quart des jeunes s'infectent avant d'attendre l'âge adulte. Les tres jeunes sont des populations d'une extrême vulnérabilité, où la notion de préférence sexuelle n'est pas affirmée comme chez les adultes (bisexualité), où les filles deviennent aussi vulnérables que les mecs, et où se pose le souci de la transmission mère-enfant. A ne plus faire de prévention, on se met dans le sens de la plus grande pente, même en interposant des médicaments. Bon en Afrique ils n'ont même pas toujours ces médocs, ce qui accélère les choses...

On voit régulièrement apparaitre le thème du miracle de San Francisco, ville d'adultes gays très infectés par le VIH par le passé, qui a réussi à rejoindre le peloton, et continue efficacement à la baisse sur sa lancée. Le vrai miracle de cette ville, c'est la mobilisation par tous les moyens de prévention, en allant quasiment chercher les gens les plus vulnérables pour les sécuriser, pas uniquement par saupoudrage de poudres forcément très chères puisqu'elles sont magiques.

Bref, tout ça pour dire que dans cette affaire des dons du sang, ils tâtonnent avec les gays, ne règlent pas le problème des blacks, et risquent bien de se retrouver à terme avec un soucis hétéro...

allomat69
Photo
Date 11/11/2015 10:15

Je flood parce que j'ai trouvé une explication sur VIH.org, que je vous laisse le soin de la lire en détail :
 

Il ressort qu'il s'agit d'un scénario étudié depuis plusieurs années, où :

- « la part attribuable aux donneurs HSH dans le risque résiduel de transmission du VIH par transfusion en France est prise en compte dans les calculs. Elle s'explique principalement par le non-respect de l'exclusion permanente jusqu'à présent en cours.»,

- « L'exclusion des seuls HSH multipartenaires sur les 12 derniers mois, proche de celle utilisée pour les hétérosexuels multipartenaires (exclusion de 4 mois) pourrait aboutir à un risque […] 3,6 fois plus élevé que le risque actuel […] L'application de cette règle pourrait donc être étudiée, à condition bien sûr qu'elle soit comprise et respectée.»,

- le risque d'accepter les seuls HSH abstinents a été estimé au Canada, aux US, et en Angleterre,

- la décision est concertée avec des « associations de donneurs de sang, de patients, de personnes homosexuelles ainsi que les opérateurs sanitaires », « Cinq associations se sont prononcées en faveur du délai d'ajournement à douze mois […] Quatre ont rejeté l'ensemble des scénarios proposés »,

- la solution retenue quant au délai d'ajournement est identique à celle d'ores et déjà progressivement mise en ½uvre ces dernières années dans un nombre croissant de pays: l'Australie, le Japon, la Hongrie, le Royaume-Uni, la Suède, le Canada, la Finlande, la Nouvelle-Zélande ou les États-Unis. En revanche, la quasi-totalité des pays de l'Union européenne demeurent sur le modèle de la contre-indication permanente.

Le scénario :

« La première étape de l'ouverture débutera au printemps 2016 par la fin de l'exclusion définitive du don. Le don de sang total sera ouvert aux hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes à l'issue «d'une période de contre-indication de douze mois, durée pour laquelle le niveau de sécurité transfusionnelle est le même que pour les donneurs actuels». Les hommes qui, au cours des 4 derniers mois, n'auront pas eu de relation sexuelle avec un homme ou auront eu un seul partenaire, pourront donner leur plasma grâce à la création d'une filière sécurisée par quarantaine. »

« La deuxième étape commencera environ 12 mois après, avec le rapprochement des durées d'ajournement entre les hommes ayant des rapports avec HSH et les donneurs hétérosexuels. La filière sécurisée par quarantaine pour le plasma, va permettre aux autorités sanitaires de bénéficier d'une étude «en vie réelle». Si cette étude démontre qu'il n'y a pas de risques, les règles relatives au don des HSH seront rapprochées des règles générales. (La mise en place de cette deuxième étape pourrait prendre plus de temps, jusqu'à deux ans, selon la vitesse de recueillement des données.) »

Sa justification :

« Plusieurs études poussent effectivement à la prudence puisque les HSH restent aujourd'hui particulièrement exposés au VIH (200 fois plus que la population générale, selon l'Invs)  
Aujourd'hui, à Paris, l'incidence chez les HSH participant à iPergay, soit le nombre de personnes infectées par an, est de 9% (contre 17 pour 100 000 personnes pour la population générale) et la prévalence , le nombre de personnes vivant avec le VIH, est presque 18% dans l'enquête Prévagay1 Ces chiffres sont tellement élevés que même si tous les dons de sang sont testés par sérologie (détection des anticorps anti-VIH) et par PCR ARN-VIH pour détecter le virus, la fenêtre de quelques jours restants(7 à 10) pendant laquelle les tests peuvent ne pas détecter l'infection, présente un risque significatif pour les receveurs. »

Mon avis…

Je ne discute pas l'objectif de sécuriser au maximum les transfusions de sang tant qu'il n'y a pas pénurie de dons, ni ne discute pas non plus le sérieux de l'épidémie chez les gays, car je n'ai de cesse de m'en inquiéter.
Mais comme d'habitude ne sont pris en compte que les gays « visibles », largement sur-exposés au VIH, alors que les gays souterrains sont probablement beaucoup plus nombreux, tout en étant eux-mêmes sous l'épée de Damocles comme la population générale. Sans compter que le second groupe à risque des blacks, voire même une part des nouveaux migrants, difficilement contrôlable.

Par estimation de coin de table, une incidence de 9 % par ans entraînant 3500 nouvelles infections par an conduirait à une population gay masculine de 40000 personnes. Or les gays masculins français sont sans doute au moins 10 fois plus nombreux, si ce n'est pas 20. Comment expliquer ce décalage d'un ordre de grandeur, si ce n'est que la population gay n'a pas l'homogénéité et la visibilité estimée... ?

Edit : L'incidence de 1% évalué par l'Invs est probablement dans le bon ordre de grandeur, mais l'auteur ne l'évoque pas.

L'abstinence n'a aucun sens, sauf peut-être la disette chez les mineurs et encore de moins en moins, même pas chez les curés, alors que la prudence en a un.

Ce n'est pas tant la sécurité du don du sang qui m'inquiète dans ces estimations réchauffées périodiquement, prendre en compte la situation la plus défavorable est une approche conservatrice du point de vue de la sécurité, que de probables mauvaises surprises sur le potentiel de progression de l'épidémie à long terme, au-delà des populations actuellement les plus exposées.

Se battre pour l'égalité de la sécurité n'a jamais été se battre pour la liberté des risques, mais tout le contraire…

kyuso21
Photo
Date 13/11/2015 10:39

@skinny-boy : Oui le titre "avancée rétrograde" était fait exprès car s'appelle un oxymore. C'est pour appuyer le fait que le Gouvernement veut s'accaparer une communauté afin de récupérer des voix pour le peu d'existence qu'il leur reste. C'est également une idée de Marisol Touraine qui a beaucoup d'idée très saugrenues.

allomat69
Photo
Date 13/11/2015 14:25

Si le gouvernement peut garder la main sur les décisions financieres, et pourrait mieux expliquer les choses aux gens, sur ces sujets il n'a en pratique pas la possibilité de contester les recommandations des instances et groupes d'experts mandatées pour le conseiller, et qu'une faible marge de manoeuvre dans la concertation avec les assoces.

Toute promesse ambitieuse ne pourrait etre qu'une fausse promesse. Bon apres que le gouvernement soit à la chasse aux voix c'est bien possible . Toutefois en général les gens sont sensibles aux promesses, mais pas reconnaissant de l'aide qu'on leur a apporté. Normalement le mariage pour tous, ou la lutte contre l'homophobie, ne devraient leur apporter aucune voix de la part d'un électorat gay adulte plutot libéral, plutot égoiste car n'ayant pas l'expérience d'une charge de famille à part celle de leurs vieux parents, et qui votent plutot à droite. C'est moins le cas des jeunes mais ils ne pèsent rien politiquement...

Bref le gouvernement serait bête de faire ce calcul, il est probable que c'est plus par principe. Mais encore faudrait-il que les gens comprennent les décisions, autrement dit qu'elles soient comprèhensibles et qu'on leur explique

skinny-boy
Photo
Date 13/11/2015 18:28

Au sujet de la remarque sur la prévention, je pense que ça vient aussi de la crise du milieu associatif LGBT (en y incluant les associations de luttes contre la VIH).

J'ai l'impression qu'ont est arrivé depuis quelques années dans la fin d'un cycle et les associations doivent un peu se réinventer pour toucher un large public. J'ai l'impression qu'elles n'ont pas encore pris le virage d'internet, des réseaux sociaux etc dans le sens où avant tout ça les seuls lieux de rencontre entre gays était les établissements gay-friendly (boite, bar etc) et le milieu associatif LGBT. Il fallait passer par le milieu gay pour se rencontrer. Tandis que maintenant avec internent, les réseaux sociaux, les applications de rencontre sur smarphone etc les gays passent de moins en moins par le milieu gay et donc les associations perdent en influence sur les gays et la prévention baisse. Les associations ont toujours joué un grand rôle dans la prévention.

Paradoxalement, il y a de plus en plus de gays qui sont visibles mais les associations ont de plus en plus de mal à venir vers eux ou les gays vont de moins en moins vers elles.

Après, plus globalement, le militantisme est en pleine révolution. Aujourd'hui, il faut faire le buzz et il y a une sorte de concurrence entre les différents causes. Les gens réagissent beaucoup qu'à la vue de photos, on peut prendre les exemples de l'enfant syrien, du mec en slip dans les Landes ou du couple gay tabassé à Montpellier. Il faut une photo qui fait le buzz pour que les gens s'intéressent à la cause concernée.

Par rapport à l'Afrique, c'est un continent pauvre donc les laboratoires s'en foutent parce qu'ils peuvent pas se faire de fric dessus. Par exemple, on a commencé à s'intéresser à Ebola qu'à partir du moment où ça a touché des occidentaux.

kyuso21 écrit:

C'est pour appuyer le fait que le Gouvernement veut s'accaparer une communauté afin de récupérer des voix pour le peu d'existence qu'il leur reste.



C'est plus ou moins la définition de la politique Le témoignage de la conseillère régionale PS Céline Pina est très intéressant à ce sujet (clientélisme etc).

Je savais pas que les gays votaient majoritairement à droite. Au niveau des promesses, les gens sont plus ou moins crédules et sont pas toujours au courant des rapports de force et des contraintes réglementaires ou constitutionnelle. On peut prendre l'exemple du droit de vote des étrangers dont tout le monde impute la responsabilité au PS alors qu'il fallait l'accord de la droite pour le faire (réforme constitutionnelle).

Raiif
Photo
Date 24/11/2015 17:21

Mais vous êtes tous fou ...

Moi, je dois dire, pour une fois, j'adresse toutes mes plus chaleureuses félicitations à la brillante Marisol !
Nan mais ho, ca va pas bien, non ?
On va pas laisser des pds tout dégueulasses donner leurs sang, et puis quoi encore !

En plus, ca voudrait dire que je serais autorisé à le donner, que j'aurais plus mon excuse toute trouvée pour ne pas affronter l'aiguille ...

Clementoss94
Photo
Date 31/12/2015 17:12

L'année dernière j'ai été interviewé par des personnes qui travaillaient dans le cadre du SIDA. Ils m'ont demandé à mon avis qui étaient le plus touché par le SIDA, j'ai dis les gays comme beaucoup d'entre nous le pensent. Et bien non ! Ce sont les femmes qui sont les plus atteintes. Alors il faut qu'ils arrêtent de stigmatiser les homosexuels et par extension les bisexuels. Et puis si l'on est clean je doute qu'un blessé qui a perdu trop de sang en a quelque chose à faire que le sang viennent d'un gay ou autre. Cela vient d'une personne et ça lui permet de survivre. C'est à cause de ce genre de comportements que l'on a connu ces horreurs de la Seconde Guerre mondiale. J'espère qu'ils se rendront compte que stigmatiser n'entraine que de mauvaises choses car apparemment l'Histoire ne leur suffit pas d'exemple.

 
10 messages - Page 1 sur 1 

Une seule page de résultat.

Poster une réponse


Relatif : Don du sang aux homosexuels : une avancée rétrograde - commentaires

Le don du sang bientôt ouvert aux homosexuels ? - commentaires
par Iwaly le 07/07/2012 11:00 - Lu 145 fois
actu : le don du sang bientôt ouvert aux homosexuels ? nombreux sont ceux qui l'ignorent encore : en france, les hommes ayant (ou ayant eu) des relations sexuelles avec des hommes (hsh)...
Les homosexuels exclus du don du sang - Commentaires
par le 29/02/2012 14:08 - Lu 241 fois
la demande de sang est aujourd’hui encore toujours aussi importante. malgré les campagnes d'appel aux donneurs on constate que ceux-ci ne sont toujours pas assez nombreux. on se sent tous...
Exclusion des homosexuels du don du sang à travers l'Europe - commentaires
par Ulysse le 11/04/2012 15:40 - Lu 359 fois
actu : exclusion des homosexuels du don du sang à travers l'europe un petit bilan sur les récentes déclarations des divers gouvernements européens à propos de la...
Don du sang : Pétitions pour l'ouverture aux homo/bi-sexuels - commentaires
par EdRadical le 30/12/2012 12:19 - Lu 304 fois
actu : don du sang : pétitions pour l'ouverture aux homo/bi-sexuels pour que les homosexuels et bisexuels puissent eux aussi donner leur sang, trois associations se mobilisent et...
Finlande : Don du Sang en Finlande : les gays « persona non grata » - Commentaires
par Maloo le 09/07/2008 2:41 - Lu 82 fois
lundi dernier, le gouvernement finlandais a statué sur la politique de la croix rouge interdisant aux hommes homosexuels de faire don de leur sang. pour le gouvernement finlandais, cette...

Infos et prévention

Videos

  Don du sang homosexuel, coup de gueule.
Ajouté le 08/01/13
Affichée 1645962 fois
31 votes, 5/5
  Le Magazine de la Santé (dons du sang homos)
Ajouté le 04/01/12
Affichée 1697171 fois
3 votes, 5/5
  Roselyne Bachelot et le don du sang (RMC le 19/08/09)
Ajouté le 19/08/09
Affichée 1754112 fois
4 votes, 5/5
  Don du sang, Jérémy Ferrari
Ajouté le 12/04/12
Affichée 1652726 fois
24 votes, 5/5
  Rama Yade sur Christian Vanneste et l'UMP
Ajouté le 14/05/09
Affichée 1718722 fois
2 votes, 4/5

Les News

Don du sang : Pétitions pour... Pour que les homosexuels et bisexuels puissent eux aussi donner leur sang, trois associations se mobilisent et lancent deux pétitions en vue de la présidentielle de 2012.  
les 25 000 auront leur dose "La sécurité doit être assurée, il n'est pas question de prendre le moindre risque en terme de transfusion mais le critère ne peut pas être (...) l'inclination sexuelle" Marisol Touraine, Ministre de la Santé et des Affaires sociales.  
Une avancée importante dans la... Le professeur Alexandre Carpentier, jeune praticien a réussi à détruire des tumeurs métastatiques situées au cerveau sans ouvrir la boîte crânienne. Pour cela, il a combiné les effets du laser à l’Imagerie par Résonance Magnétique nucléaire ( IRM ).  
Berlin : Mémorial des victimes... Une vidéo d'un baiser homosexuel masculin est actuellement affichée au mémorial des victimes homosexuelles de Berlin, et devait être remplacé par une vidéo d'un baiser lesbien.  
Finlande : Don du Sang en Finlande... Lundi dernier, le gouvernement finlandais a statué sur la politique de la Croix Rouge interdisant aux hommes homosexuels de faire don de leur sang. Pour le gouvernement finlandais, cette interdiction est légitime.