Un Nouveau Pixar : Vice-Versa

Bonjour chers Zaguiennes et chers Zaguiens ! Aujourd'hui un sujet culturel (il en faut un peu ^^). Le studio américain Pixar vient de sortir son dernier film, Vice-Versa, qui tente d'illustrer tout ce qui peut se passer dans la tête de chacun. Ces derniers temps en perte d'inspiration, Disney, qui a racheté ce studio pionnier de l'animation numérique, semble s'être mis en retrait au profit des dirigeants historiques de Pixar. Il n'en fallait pas plus pour assister à la création d'un nouveau chef-d'œuvre. Je ne dévoile rien du film, j'y ai bien pris garde.

Riley, une petite fille du Minnesota, part vivre avec ses parents à San Francisco. La jeune héroïne est alors confrontée à plein de changements. Mais comment réagit-elle à ces bouleversements ? Dans son esprit, nous assistons à la collaboration quotidienne de Joie, Tristesse, Peur, Dégoût, et Colère, le quintet qui gère son comportement, et détermine les émotions qu'elle va ressentir. Voilà, le sujet est planté ! Mais comme il est vaste... Et le film ne s'adresse pas à quelques psychologues échevelés ! D'ailleurs, ses créateurs ne sont pas non plus des psychologues (échevelés) ! Le premier défi est donc d'imaginer une personnification du fonctionnement de l'esprit. Cette personnification passe par cinq émotions majeures, qui sont ''aux commandes'', mais une quantité d'autres éléments, vivants ou techniques, imaginés par les équipes du studio, servent la vulgarisation du sujet. Mais, contrairement à Il Etait une Fois la Vie, excellente série à laquelle j'ai immédiatement pensé en voyant le principe du film, la vulgarisation n'est pas une fin en soit ! L'oeuvre est plutôt un essai sur l'esprit... Mais construite comme un film, avec une narration propre (initiation, noeud, péripéties, dénouement, conclusion), des personnages, et toute une structure qui la rend très distrayante.


Au cours des années 1990, les films d'animations ont été perçus comme une petite révolution pour le cinéma, avec plein de nouvelles idées, de nouveaux talents... Apparaissent alors des longs métrages comme Toy Story, et un peu plus tard Monstres et Companie. C'est l'émergence d'un genre inédit où tout est nouveau, et qui connaît bien moins de limites que le cinéma traditionnel. D'ailleurs, j'en profite ici pour rappeler qu'un film d'animation, sous des apparences enfantines, n'est pas forcément pour les plus jeunes... Enfin, j'en reparlerai !

Bref, pendant une dizaine d'année, le genre flamboie avec des films comme Cars, Ratatouille, et surtout - surtout - Wall-E, en 2008. Cependant, depuis la fin des années 2000, il semble que l'originalité s'essouffle. Il y a de plus en plus de suites, le renouveau initial n'y est forcément plus. Et ces nouveaux films déçoivent. Ils demeurent distrayants, mais deviennent de plus en plus banals. Il y a encore quelques sursauts, avec entre autres Toy Story 3 (qui est très bon, même si c'est une suite). Dreamworks, studio concurrent, s'il n'a jamais atteint le niveau de Pixar, nous avait habitué à des productions soignées et de bonne qualité (Shrek, rien de moins), semble également végèter.

Par ailleurs, en 2006, les studios Pixar sont rachetés par le géant Disney (qui rachète ensuite Marvell, et plus récemment Lucas Film). Cependant beaucoup de projets sont en cours, et la réelle mainmise des nouveaux patrons ne se fait ressentir qu'à l'orée des années 2010. Or ces dernières années, Disney ne nous a plus habitués à de grands films comme avant, mais plutôt à des oeuvres convenues et sûres économiquement (Les Mondes de Ralph parvient cependant à sortir du lot). Je n'évoquerai pas leur dernier éteron vidéo-musical (désolé pour les fans !). Mais c'est donc le marasme chez Pixar. Or John Lasseter, l'un des génies et pilliers de Pixar, a réussi a reprendre il y a peu un certain pouvoir, et a pu initier le projet qui est devenu ce film dont je vous parle, réalisé en outre par un autre génie et pillier, Pete Docter, à qui l'ont doit Monstres et Companie et Là-Haut.


Après quelques petites explications historiques, parlons du film en lui-même. L'esthétique d'abord. La qualité des films d'animation actuels est formidable, tout le monde en conviendra (et d'ailleurs cela ne fait pas tout !). Mais l'une des richesses de ce film, c'est bien son esthétique. On enchaîne des vues du monde extérieur (avec un grand réalisme), et des vues de l'esprit de Riley. Ce sont celles-ci qui sont les plus nombreuses et les plus intéressantes. Et louons ici les équipes de Pixar ! Quel travail ! C'est d'abord un univers extrèmement coloré, chatoyant, mais où chaque couleur est choisie à dessein (une sorte d'expressionnisme en couleurs, si vous me permettez cet anachronisme !). Ensuite viennent les décors. L'animation présente un avantage énorme : la presqu'absence de limites visuelles. Et les créateurs ont très bien su tirer partie de cet avantage. Chaque partelle de décors a fait l'objet d'une réflexion profonde. Et c'est merveilleux pour les yeux.

Ensuite le traitement psychologique. Précisons d'abord que je ne suis pas psychologue, et que je ne possède aucune compétences en la matière... Je me suis arrêté en philosophie au ça, au moi, et au surmoi ! Et je n'en ai que plus apprécié le film. Ce n'est finalement qu'une interprétation, si je puis dire, de ce qui se passe dans nos têtes. L'interprétation des créateurs. mais encore une fois, il y a eu un soin formidable, beaucoup de recherche et de réflexion, et une originalité formidable ! Il n'y a pas d'invraisemblances, ou d'incohérences dans le fonctionnement de la pensée tel qu'il est interprété. Et tout a été réalisé avec une grande finesse. Pixar nous dévoile une explication du fonctionnement du cerveau qui paraîtrait presque recevable, même si ce n'est pas leur but.

Et finalement les ingrédients d'un grand Pixar. L'action (attention, ce n'est pas un blockbuster non plus, préférez Mad Max dans ce cas, ou le nouveau Terminator...), le film dure une heure et demi, et je ne me suis pas ennuyé une minute. Le rythme est bien tenu et assez homogène. Il y a une bonne dose d'humour, j'ai souvent ri ! La salle aussi d'ailleurs. Et l'histoire est très bien ficelée, avec bon nombre de rebondissements, et d'inattendus. De la distraction de grande qualité. Et un film qui fait réfléchir, en s'interrogeant sur la construction psychique des enfants, et des humains en général, mais sans lourdeurs...




En quelques mots, un très bon film qui ne m'a pas du tout déçu, je crois qu'il vaut vraiment le coup d'être vu, surtout si vous avez apprécié d'autres productions de Pixar, Dream Works, ou Disney... Mais attention, ce n'est pas vraiment un long métrage pour les enfants. Rien ne fait peur, mais je pense qu'en dessous d'une dizaine d'années, le moutard ne sera pas forcément intéressé par le sujet, qui est d'une certaine profondeur. Et c'est l'intérêt de ce film, enfin un sujet original et intéressant !

Tags
Partager cet article

Répondre à Un Nouveau Pixar : Vice-Versa - commentaires sur le forum
Ketamine
 
Date 16/08/2015 20:05

Non ça m'a aussi interloqué, mais après c'est un truc minime, ça ne gêne pas vraiment le déroulement du film u_u A la limite, j'ai lu un article qui disait que la stéréotypation (si je puis dire)...


Fireko
 
Date 16/08/2015 17:21

Euh... Il n'y a que moi qui trouve cela bizarre qu'elle ait des garçons et des filles dans sa tête alors que ses parents n'ont qu'un seul genre ??


Crime
 
Date 08/08/2015 11:21

Voilà, on est d'accord. C'est pas vraiment un film pour enfant. Ça se comprend mieux en étant plus grand !


gars13
 
Date 06/08/2015 22:30

J'ai trouvé ça sympa, c'est pas le meilleur dessin animé, c'est pas le meilleur pixar mais ça change de d'habitude et comme tout les dessins animé du genre tu souris et tu passe un bon moment mais ça...


Ketamine
 
Date 05/08/2015 19:00

Bah il est sympa oué Assez drôle, soutenu, les émotions sont vulgarisées mais c'est fait exprès... Le film n'est pas une révolution en soi, mais il est assez agréable, et pour le coup, j'ai...


Septentrion
 
Date 05/08/2015 13:34

Actu : Un Nouveau Pixar : Vice-Versa Bonjour chers Zaguiennes et chers Zaguiens ! Aujourd'hui un sujet culturel (il en faut un peu ^^). Le studio américain Pixar vient de sortir son dernier film,...


Répondre à Un Nouveau Pixar : Vice-Versa - commentaires

Qui est le rédacteur?

Septentrion Homme 22 ans
FR, 75
Message privé
Ses articles
Offrir Premium
Profil de Septentrion
Voir ses photos

Image relative

Voter pour cet article

Sujets proches

{news.titre}

{news.description}