Train_Thalys_728x90

Portrait : Hillary Clinton, une femme pour l'Amérique ?

Ira ou n'ira pas ? Voilà la question qui bouleverse l'univers politico-médiatique du moment. Hillary Clinton n'est pas femme à abandonner une longue marche vers le destin de si tôt. De Madame Bill Clinton à la Secrétaire d'Etat de l'administration Obama, la - possible - future candidate démocrate à la Maison Blanche n'a jamais caché son soutien à la cause LGBT. Portrait.

Hillary Diane Rodham voit le jour dans l’Illinois à Chicago en octobre 1947. Son père est républicain et la famille fréquente de prés le méthodisme. Sa mère est une démocrate. La jeune femme va très vite côtoyer un monde en constant mouvement en découvrant le mouvement des droits civiques et son leader, Martin Luther King. Hillary assiste à son discours à Chicago. Autrement dis, la future madame Clinton berce déjà dans une atmosphère de tolérance et de progressisme qui forgera son goût pour des Etats-Unis avançant toujours plus loin, toujours plus unis.

Ses premiers pas en politique sont hésitants. Probablement par tradition familiale, elle soutient en 1964 un républicain, Barry Goldwater, qui concourt à la présidence. Néanmoins, de plus en plus opposée à la guerre au Vietnam et en désaccord avec le choix Richard Nixon en 1968, elle rompt avec les Jeunes Républicains. Elle n’y reviendra jamais. La jeune femme entre à l’université de Yale où elle suit les cours de droit. C’est là-bas qu’elle rencontrera Bill Clinton, son futur mari. Dans la bibliothèque de la Law School où tout deux se trouvent, elle s’approche du garçon et lâche : « Si tu dois continuer à me fixer ainsi, et moi à en faire autant, nous ferions mieux de nous présenter. Je m’appelle Hillary Rodham ». Le ton est donné et la féministe chevronnée s’impose déjà.

 

 « Moi j’ai décidé d’aller travailler. »

 

Néanmoins, la jeune femme va rejoindre les coulisses : celles de la réussite de Bill Clinton. En privé, elle déclare qu’elle est convaincue que son mari entrera à la Maison Blanche. Elle n’aura dés lors pas tord en devenant, en 1992, Première Dame des Etats-Unis d’Amérique. Hillary Clinton fait de ce titre ce que l’on en connaît aujourd’hui. La First Lady devient le pendant moral de la présidence, profitant d’un statut particulier et de moyens conséquents. Elle fait de cette fonction un vrai rôle de premier plan. La féministe est de retour après bien des années de réserves, rompant avec le rôle traditionnel de l'épouse du président, discrète et potiche. Elle a jeté un coup de pied dans la fourmilière du formalisme américain. On ne l’arrêtera pas, en dépit des scandales qui vont toucher le couple Clinton, Hillary restera toujours digne d'elle-même.

La presse s’empare des infidélités du président, des témoignages des potentielles maîtresses, et les attaques personnelles pleuvent. Cependant, rien ne tâchera durablement l'épouse du président. A l’inverse, le clan Clinton se soude davantage. C'est une surprise pour le puritanisme américain. Qu’à cela ne tienne, elle soutient que la femme au foyer est une esclave. Dans une interview, elle confie : « Vous auriez préféré que je reste chez moi, à préparer quelques cookies, mais moi j’ai décidé d’aller travailler. » Madame Clinton bénéficie de ses positions progressistes mais le public retient le parfum de scandale. On la considère trop à gauche, pas assez proche du peuple et un peu trop féministe. Répondant aux critiques, elle se lance dans un concours de préparation de cookies avec Barbara Bush, œuvrant habilement un mea culpa envers les ménagères américaines. Elle sauve ainsi son avenir politique tout en conservant une image de grande modernité et d'audace.

 

 « Être gay n’est pas une invention occidentale, c’est une réalité humaine. »

 

Après les deux mandats de Bill Clinton, Hillary réussit là où aucune First Lady ne s’est aventurée. Elle est élue sénatrice de New-York, devenant ainsi la première femme élue à cette mandature. Aux élections de mi-mandat, sous l’administration George W. Bush, elle sera réélue en prouvant qu’elle n’est pas prête à retourner dans l’ombre.  On devine ensuite très bien son parcours, échos plus contemporains. Candidate à la primaire démocrate en 2008, son parti lui préférera Barack Obama. Il deviendra le premier président afro-américain et il lui réservera un poste important : celle de secrétaire d’État. On lui connaît alors un discours historique, prononcé devant un parterre de diplomates à Genève. Hillary Clinton parle des droits des homosexuels et plus largement des LGBT. Dans le public, certains viennent de pays hautement homophobes mais elle soutient le progrès : 

« Je parle des gays, des lesbiennes, des bisexuels et des transgenres, ces êtres humains né libres, dignes et égaux - et qui ont le droits de le clamer haut et fort, ce qui est aujourd’hui l’un des plus important défi des Droits de l’Homme à notre époque. […]Être gay n’est pas une invention occidentale, c’est une réalité humaine. Protéger les droits des êtres humains, gays ou hétéros, n’est pas seulement l’affaire des pays occidentaux. […] Il faut se demander : Comment me sentirais-je si c’était un crime d’aimer la personne que j’aime ? Comment me sentirais-je si j’étais persécuté pour quelque chose me concernant que je ne pourrais pas changer ? »

 

Une femme Présidente ?

 

A la suite de son départ de l’administration Obama au terme du premier mandat, Hillary Clinton semblait hésiter à se porter à nouveau candidate pour la présidence. Pourtant, la rumeur gronde de plus en plus. Candidate en 2016 ? La progressiste ne se prononce pas encore – enfin pas vraiment. Hyperactive sur les réseaux sociaux, attaques contre la politique extérieure de la seconde mandature fédérale actuelle, la démocrate prépare le terrain d’un retour au premier plan politique. Invitée dans le Daily Show en juillet, l’animateur Jon Stewart lui lance : «  Je crois que je parle pour l’assemblée quand je dis que tout le monde se fiche des autres sujets. Ils veulent seulement savoir si vous vous déclarez candidate. » Madame Clinton répond : « Jon, je m’apprêtais à faire une grande annonce, mais vous l’avez un peu gâchée. » Pour le reste, silence radio. Sans doute la rentrée politique nous en apprendra davantage sur ce destin si particulier. Hillary Clinton, une femme pour l’Amérique : cela ne fait aucun doute.

Partager cet article

Ginparis
 
Date 27/08/2014 19:27

Actu : Portrait : Hillary Clinton, une femme pour l'Amérique ? Ira ou n'ira pas ? Voilà la question qui bouleverse l'univers politico-médiatique du moment. Hillary Clinton n'est pas femme à...


Laisser un premier commentaire

Image relative

Voter pour cet article

Sujets proches

Droits LGBT : ça bouge aux Etats-unis !

Mais que se passe-t-il aux Etats-unis ? Barack Obama a fini par réussir à abroger le DADT, celui-ci en profite ainsi pour évoquer le sujet du mariage homosexuel, Joe Biden le pense contre toute...

Légalisation du mariage gay dans l'État de Washington

La nouvelle est tombée mardi : l'État de Washington est le septième État des États-Unis à légaliser le mariage homosexuel. Focus sur cet évènement majeur cette semaine.

Mais qui est Donald Trump ?

Depuis plusieurs semaines, une rumeur vient d'Amérique : le successeur du premier Noir-américain président des Etats Unis d'Amérique pourrait bien ne pas être la première femme et deuxième Clinton,...

Les Gays, pour les candidats Démocrates

Barack Obama et Hilary Clinton sont les deux principaux candidats démocrates à la présidentielle des Etats-Unis, voici leur position face à l'homosexualité.

homo economicus: mythe ou réalité?

On entend souvent parler de la logique du marché et du fait que l'offre et la demande sont la règle absolue qui définit toute relation économique. A tel point qu'il existerait un comportement humain...

Femmes en politiques : Le portrait travesti de Stephane Foenkinos

Élection présidentielle oblige, la France est actuellement plongée dans un tourbillon médiatique où chacun est emporté, tout appelé qu'il est scruter candidats et partisants, hommes, femmes et...

Interview : vivre son homosexualité en Tunisie

La rédaction de Za-gay a accueilli pour vous Walid, un tunisien âgé de 19 ans qui a accepté de répondre aux questions des membres de Za-gay.org autour du thème de l’homosexualité en Tunisie.

Élections et réseaux sociaux : amour ou indifférence ?

Vous l'avez sûrement remarqué, nous sommes en période électorale. Cependant, cette élection apporte une petite nouveauté par rapport aux précédentes : les réseaux sociaux. Facebook, Twitter, ou même...

Scandale chez Apple

Une application d'Apple Store jugée homophobe fait scandale.

Meurtre Homophobe au Texas

Au Texas, un père du nom de Jose Alfonso Aviles a été arrêté pour le meurtre de deux personnes. La prison à vie ou la peine de mort sont les deux sentences qui...