Angie Doll – An EP is born

Je n'aurais jamais pensé qu'on pouvait animer une émission sur Cartoon Network et sortir un EP d'électro-pop lorgnant parfois vers le rock. Angie Doll vient de me prouver que j'avais tort. En quatre chansons, elle donne un avant-goût de son album à venir, « Interview ». Et si on parle d'Interview, vous trouverez à la suite de cet article les réponses qu'Angie Doll a bien gentiment voulu donner à nos questions. Sortie de l'EP : 14 Mai.

J’ai tendance à être particulièrement intransigeant avec les morceaux mis en première position d’un CD. C’est un choix réfléchi, ça donne dès le début une couleur à l’album : c’est son visage. On me dira que le physique ne fait pas tout, ouais, mais quand même. Premier morceau de l’EP, « A Priori » (le clip est disponible ici) n’est clairement pas la bombe électro-glam que l’on pouvait être en droit d’attendre au vu de ce qui a déjà été écrit.

Attention, loin de moi l’envie de dire que le morceau est mauvais : une guitare électrique se mêle à des rythmiques électro pour filer une envie de sautiller sur place assez efficace. On peut se dire que le texte ici n’est pas l’intérêt premier de la chanson, et n’est pas particulièrement travaillé. Si ça n’était pas une sorte d’injure, on pourrait penser à Discobitch et son « C’est beau la bourgeoisie » au niveau du style (les paroles pseudo-rebelle gnan-gnan en moins, reconnaissons cette qualité au texte). La chanson semble même un peu à part, en comparaison avec les autres. Vous l’aurez compris, pour moi, la valeur de cet EP se trouve dans les autres morceaux.

C’est à partir de la seconde chanson (« Les points sur les i ») que l’on commence à penser un peu à Alizée : la Alizée récente pour la musique, la Alizée de ses débuts pour le texte. On y rajoute une petite pointe de franc-parler, une voix un peu plus rauque, qui dans la retenue se révèle comme plus intéressante que ce qu’on avait pu penser à l’écoute du titre précédent. A l’image de son texte, la musique ne cherche pas les fioritures inutiles : on va à l’essentiel, une rythmique simple, des harmonies efficaces, une instrumentation présente mais sans superflu, on commence à glisser dans un style moins pompier du meilleur effet.

Impression confirmée avec la chanson suivante, « Aftershow », qui remplace les sons saccadés par des nappes électroniques. L’ambiance est de ce fait plus intime, les intonations, après Alizée, font même penser à Mylène Farmer dans son époque « Anamorphosée ». Dans cette chanson, rien à redire : le texte est enfin mis en valeur par des jeux de sonorités, il quitte son rôle de décoration pour devenir pleinement un élément à part entière de la musique. Alors qu’on craignait un peu une musique sans grande cohérence à l’écoute d’ « A Priori », on révise nettement son opinion ici. L’instrumentation est d’une grande délicatesse, d’une grande finesse, et malgré l’air un peu rebelle de la jeune fille, d’une grande élégance. Pour moi, la meilleure chanson de l’album.

Retour à une chanson au style plus proche de la première : « Conversation » reprend le même genre de rythmes, mais conserve le son un peu étouffé d’« Aftershow ».  Les sons restent électroniques, la voix reste un peu en retrait, étouffée elle aussi, comme derrière une nappe de fumée. On découvre enfin ici le côté « trash » qu’on promettait à l’écoute d’«A Priori », dépouillé de son côté un peu exagéré. C’est simple, c’est direct, c’est pas très gentil pour les hommes, mais c’est vraiment bon.

En résumé, après écoute de cet EP, je n’ai qu’une envie : écouter l’album qui suivra. « Interview », à nous deux. En attendant, voici son nouveau teaser, disponible depuis peu.

________________________

Tout d’abord, peut-être que les gens qui liront ceci ne savent pas qui tu es. Peux-tu te présenter rapidement ? Qui tu es, ton histoire, comment tu en es arrivée à la musique ?

Je suis originaire de Grenoble. Et depuis toute gamine, je me suis toujours  sentie « différente », je ne faisais rien comme les autres et passait mon temps à écouter des disques dans ma chambre remplie de posters, en me disant qu’un jour ça serait mon tour!!!

J’ai fait des études de Lettres et de Théâtre et parallèlement, je chantais dans un groupe de Rock « Alambic ».Très vite, j’ai attrapé le virus et Grenoble étant trop limité au niveau des contacts, je suis montée à Paris. J’ai chanté dans les pianos bars. J’ai très vite rencontré mon mentor, Demarquise, qui m’a conseillée, encouragée, poussée à écrire, composer, ce que je faisais déjà. J’ai pris des cours de guitare et je me suis « trouvée » après quelque temps d’expériences musicales diverses. J’ai compris qu’il fallait avant tout être authentique sans se fixer de limites pour « se plaire à soi même et mieux partager avec les autres... C’est là qu’ « Angie Doll » est vraiment née.

« A Priori » est un peu à l’écart des quatre autres chansons, au niveau des sons, du style. Pourquoi mettre une chanson qui apparaît comme « unique » en premier dans cet EP ? Qu¹a-t-elle de différent des autres, pour toi ?

Je voulais mettre en avant le côté « fun » et « décalé » de ma personnalité avant de montrer ma face plus sombre. Cette chanson n’est pas différente des autres, elle a peut être un côté “ pétage de plombs ». Ceci dit, Blondie avait rarement un titre qui ressemblait à un autre et pourtant on savait que c’était elle ! Je ne veux pas être enfermée dans une case! Et puis l’époque veut qu’on ait besoin de titres « happy » pour contrer la morosité ambiante. Et comme l’album sort au début de l’été. C’était une évidence pour moi…

Concernant le texte des chansons, j’ai cru reconnaître dans l’utilisation de la langue des « motifs » qu’on peut trouver chez Mylène Farmer, et ensuite chez Alizée. Font-elles partie de tes inspirations pour cet album ?

Non bien sûr même si j’admire le travail de Laurent Boutonnat et même si Mylène est une immense artiste. Je suis très loin dans l’univers et l’imagerie. Il suffit de regarder mes clips (bientôt dispos). Peut être partageons-nous le même goût pour le côté « glamour » et le côté « hors-normes », mais je me sens plus proche d’une Gwen Stefani ou d’une Katy Perry.

En parlant des influences, j’ai pu voir dans une ancienne interview que tu avais, assez logiquement, cité Blondie, Bowie, Soft Cell, du grand classique en somme. Moi, ce qui m’intéresse, c’est les influences pas logiques. Quels artistes, qui n’ont rien à voir avec la musique que tu fais, t’ont inspirés ?

Bashung pour les textes très « cérébraux », Gainsbourg et Polnareff  évidemment pour la provoc, Vanessa Paradis pour sa magie, les Rita Mitsouko parce qu’ils sont uniques, Rihanna pour son sens du show et actuellement tout David Guetta car il est trop fort !

Question un peu bête mais révélatrice, en général : tu préfères qu’on écoute ta musique dans un bar, dans une boîte de nuit, dans une fête improvisée dans une cave, dans sa chambre... ? Et surtout, pourquoi ?

Ma musique peut s’écouter partout, dans un bar ou dans une boîte de nuit, ça me va, car je suis un oiseau de nuit, et j’ai imaginé ma musique me suivre partout où je vais, comme une seconde peau. Mais la musique que l’on fait, ce sont surtout des ondes que l’on balance et qui s’envolent pour ne plus vous appartenir et appartenir...aux autres! Et comme je crois au pouvoir des ondes ... ma musique a des ondes positives...

Nous avons beaucoup travaillé avec Demarquise sur cet aspect mystérieux des choses qui joue sur le bonheur des gens !!!

Si on te laissait le choix, dans ta musique, tu garderais l’instrumentation ou les textes ? A nouveau, je ne veux pas juste une réponse, je veux le pourquoi de la réponse.

C’est difficile car l’un ne va pas sans l’autre ! Ma musique est « pop ». Je dirai les mélodies et les textes. « L’instrumentation « est une chose que l'on fait à un moment donné avec son équipe, on sait dans quel univers on veut évoluer, puis c’est une pierre que l’on polie... Ensuite on peut décider de réarranger ses titres pour le live ou faire à n’importe quel instant des remix, de nouvelles versions complètement différentes voir opposées, exemple : Soap & skin (Sublime!) en matière d’ « instrumentation » tout est ouvert! C’est une histoire d’instinct, d'émotions vécues et partagées avec ses musiciens.

 Les gens qui vont te lire, ici, ont pour la grande majorité entre 15 et 25 ans. Si tu avais un truc à leur dire, ce serait quoi ?

 Viens dans mon «  After Show «  électrique et coloré où tout est chaud !!!

Partager cet article

LoupBlanc
 
Date 19/05/2012 17:48

Actu : Angie Doll – An EP is born Je n'aurais jamais pensé qu'on pouvait animer une émission sur Cartoon Network et sortir un EP d'électro-pop lorgnant parfois vers le rock. Angie Doll vient de...


Laisser un premier commentaire

Qui est le rédacteur?

LoupBlanc Homme 25 ans
FR, Haute-Garonne
Message privé
Ses articles
Offrir Premium
Profil de LoupBlanc
Voir ses photos

Voter pour cet article

Sujets proches

La VerVe et la Joie- Le nouvel album de Nicolas Bacchus.

Nicolas Bacchus. Qui est-ce ? Que ceux qui ne le savent pas se rattrapent rapidement ! Nicolas Bacchus, c'est un nom de scène qui en dit déjà long, la gouaille pour mot d'ordre, les mots comme...

Mika est gay ... et alors?

"Si vous me demandez si je suis gay, je vous réponds oui". Dans une interview au magazine américain Instinct, le chanteur pop anglais Mika a fait son coming-out… Prenons de la hauteur de...

Interview de MissDiane , une femme hors du commun

Dans le cadre de la semaine T (du 27/02 au 04/03 sur zag), des documents informatifs sur le thème de la transidentité et des interviews de zagguiens transgenres seront publiés. Le but de cet évènement...

Interview de Morgan , un jeune homme hors du commun

Dans le cadre de la semaine T (du 27/02 au 04/03 sur zag), des documents informatifs sur le thème de la transidentité et des interviews de zagguiens transgenres seront publiés. Le but de cet évènement...

Interview de LadyBushi, un mec comme les autres (mais pas vraiment)

MissDiane, jeune transgenre de Zag, a réalisé cette interview. Les phrases n'ont aucunement été modifiées et ont été retranscrites telles quelles. La personne interviewée, LadyBushi, est un jeune...

Radio Fréquence Gaie, les 30 ans !

Nous sommes en l'an 1982, une toute nouvelle autorisation de diffusion sur la bande FM vient d'être obtenue pour une radio destinée à la communauté LGBT : "Fréquence Gaie" est née !

Interview : vivre son homosexualité en Tunisie

La rédaction de Za-gay a accueilli pour vous Walid, un tunisien âgé de 19 ans qui a accepté de répondre aux questions des membres de Za-gay.org autour du thème de l’homosexualité en Tunisie.

France Télévisions ou l’art de la calomnie, de l’improvisation et de la désinformation

France 2 au journal télévisé de 13h injurie et diffame Za-gay.org

Flash Test VIH - Semaine de depistage !

La semaine du 23 au 29 septembre 2013, les centres de dépistage se déplacent près de chez vous pour une opération de grande ampleur visant à dépister les populations à risque. Il s'agit de la plus...

Les francais découvrent l'asexualité.. grâce à Plus belle la vie

Vendredi 9 novembre, lors de l'épisode quotidien de Plus belle la vie, Léa, un personnage de la série a fait une révélation : elle est asexuelle. Suite à ça, la page Wikipédia dédiée à ce terme a...