De la psychiatrie

Sujet ignoré par l'actuelle campagne, la psychiatrie française est en grand danger. L'hôpital, censé être un lieu de soin, devient une prison pour indésirables non-punissables par la loi. Je cherche à entamer un débat oublié et à donner des pistes de réflexion avant tout.

L'hôpital psychiatrique d'aujourd'hui n'a rien a voir avec les asiles d'autrefois. Les patients ne sont plus des prisonniers, ils ne sont plus enfermés dans des cellules ou retenus par des liens. On a su donner une parole à la folie, on a appris à écouter le malade et on y a entendu un discours humain. De grands mouvements ont donc, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, conduit à la reconversion des asiles pour le bien des patients. Car l'asile, des psychiatres comme Tocqueville s’en étaient rendu compte, alimentait la maladie. L'environnement lui-même devenait pathogène.

Aujourd'hui pourtant, la situation n'a peut-être pas autant évolué qu’elle n’y paraît. Je vais citer quelques facteurs pour argumenter mon discours :

- Les médicaments.  Depuis 1945, les découvertes pharmacologiques ont été impressionnantes notamment par l'invention des antipsychotiques et des antidépresseurs. Les premiers ont pour fonction de calmer les délires et les second d'apaiser les états dépressifs. Ils fonctionnent bien mais sont utilisés de manière abusive car ils ne guérissent pas le problème : ils l'apaisent et le masquent. En comparaison avec une maladie purement organique, ce serait comme se gaver de calmants. On ne sent plus rien, mais la maladie est toujours là, et elle croît. Le problème est d'autant plus important que dans le cas de maladies comme la schizophrénie, les délires cèdent la place à une dépression en aucun cas comparable à ce qu'une personne saine peut ressentir. 

Il ne faut donc pas se limiter aux médicaments. Pourtant, quelles autres solutions ? Une thérapie ?

 

- La remise en cause de la psychanalyse.  La psychanalyse, thérapie inventé à la fin du XIXème par Sigmund Freud, a pour vocation de traiter les névroses : l'hystérie, la névrose obsessionnelle, entres autres. Sa portée semblait difficilement accessible aux psychotiques, les schizophrènes, les paranoïaques et les maniaco-dépressifs. Malgré tout, une technique est née : la psychothérapie institutionnelle. Elle est capable, non pas de guérir, mais d'améliorer la vie des malades, d'apaiser leurs souffrances et pour certains, de leur permettre d'avoir une vie presque normale.

Cette technique est décriée, d'une part par les fondamentalistes de la psychanalyse qui la jugent comme une transgression, d'autre part par le courant athéorique (prochain point). Cette technique n'a donc jamais connu d'heure de gloire et n'en connaîtra sûrement pas prochainement. En effet, la haute autorité de la santé a récemment menacé de rendre illégale la pratique de la psychanalyse et de tous ses dérivés (elle s'est abstenue en n'interdisant qu'une pratique que certains analystes ont "vendue" pour sauver leur peau). 

Un autre courant de pensée, l'approche comportementale ou behavioriste, se pose en concurrent direct des théories psychanalytiques.  Ces théories ont néanmoins une limite : elles se concentrent sur le symptôme et sa suppression, ce qui laisserait la porte ouverte, d'après les critiques, à l'apparition d'un autre symptôme qui s'y substituerait. Leur côté trop "scientifique", basé sur des échelles de mesure, des critères de réussite très standardisés, est également décrié car tendant à appliquer des théories visant l'objectivité à une discipline où la subjectivité est centrale.

Bref, les médicaments ne soignent pas, et les thérapies sont en déclin. Mais pourquoi ?

 

- Le courant athéorique. De nos jours, le courant majoritaire mondial en matière de psychiatrie est le courant athéorique ou "sans théorie". En opposition à d'autres courants comme la psychanalyse, ils bannissent les théories et ne cherchent que des données chiffrés. Le résultat est un recueil de maladies classées par symptômes récurrents, observés par des psychiatres. Il y a par exemple le Diagnostic and Statistics Manual of Mental Disorders, publié par l'Organisation Mondial de la Santé.

Ces Bibles de la psychiatrie ne nous informent ni sur l'origine des troubles ni sur les moyens de les gérer. Ils sont aussi hautement critiquables sur certains points, par exemple, l'homosexualité a été retirée en toute scientificité de la liste des "troubles de la sexualité" par un lobby de psychiatre homosexuels. Il y a aussi l'apparition dans les frontières des Etats-Unis de cas de double, triple voire quadruple personnalité diagnostiqués par des avocats sur des criminels ... ça se passe de commentaire. 

On ne sait donc pas gérer les patients des hôpitaux psychiatriques mais il faut bien quelqu'un pour s'en occuper.

 

- Psychiatres et infirmiers.  Les psychiatres sont des médecins spécialisés dans le traitement des maladies mentales. D'après un interne que j'ai rencontré, la psychiatrie ferait partie des spécialisations les moins demandées, il soutient qu'au moins la moitié de ses camarades internes ont choisi cette voie par dépit. Ils sont bien évidement formés sur les principes du courant athéorique, c'est à dire, je le cite "spécialisé dans l'ignorance". Nos internes sont donc lâchés dans le monde impitoyable de l'hôpital psychiatrique sans avoir aucune idée de ce qui les attend excepté une liste de symptômes probables. Bien entendu, beaucoup ne demanderont pas l'aide d'infirmières pour les aider à mieux comprendre les patients. Les internes changent d'hôpitaux tous les deux ou trois mois dans une ronde, ce qui inhibe évidemment toute prise de contact approfondie avec un patient.

Les infirmiers psychiatriques étaient jusqu'en 1992 formés spécialement, avec une formation basée sur l'expérimentation sur le terrain. Cette formation n'est plus d'actualité et a été remplacée par une petite spécialisation dans le cursus général (du même ressort que celle des psychiatres). Contrairement à ceux-ci, les infirmiers sont dans un contact prolongé avec le patient, ce qui leur permet tout de même une meilleure compréhension. Ils sont cependant peu souvent écoutés ...

Mais quel rapport avec Sarkozy ? J'y viens !

 

- Sarkozy et l'essor de la "Flicatrie".  2008, le président Sarkozy se rend dans un hôpital psychiatrique (1ère fois pour un Président de la République). Il le visite, tient un discours assez vaseux duquel sort un espoir, un chèque de 60 millions d'euros, pour ... construire des chambres d'isolement et des murs autour des hôpitaux. Il instaure également le statut de "prisonnier dangereux" rapprochant de plus en plus le médical et le carcéral.

Un autre point quelques peu différent mais cependant lié : fin 2008, suite à une affaire de récidive de viol, Rachida Dati, alors Garde des Sceaux, lance le débat sur la castration chimique des violeurs. Je prends part contre elle dans ce débat mais lui fait cadeau d'un argument expérimenté : son point de vue est en effet soutenu par Adolphe Hitler qui l'officialise en 1935 dans les lois de Nuremberg.

Paradoxalement, les années Sarkozy ont également amenées, avec la Révision Générale des Politiques Publiques et le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux, une diminution drastique des lits d'hôpital en psychiatrie ainsi que des soignants spécialisés. Cela conduit bien évidemment à l'impossibilité de prendre en charge correctement tous les patients qui sont donc livrés à eux-mêmes. La plupart d'entre eux ne sont pas du tout dangereux, la priorité restant aux malades agressifs, mais leur état psychologique les empêche souvent de s'insérer dans la société et ils finissent très souvent marginalisés.

 

Voilà un petit aperçu du désastre et je ne mâche pas mes mots car un vrai sentiment dépressif inonde les professions de la psychiatrie. Suite aux mesures de Sarkozy, une voix s'est levée : celle du collectif des 39, qui milite contre ses mesures gestionnaires et dramatiques. Je vous encourage bien sûr à critiquer ce que je dis et à en parler entre vous, à vos parents, à vos amis. Je parle au nom de milliers de patients, des gens qui souffrent et qui sont toujours les premiers à payer nos erreurs (40 000 morts de faim dans les hôpitaux pendant le Seconde Guerre mondiale).

Merci de m'avoir lu !

 

Partager cet article

Répondre à De la psychiatrie. - commentaires sur le forum
LVH
 
Date 20/07/2013 14:20

(Pour une fois qu'il y avait un débat intéressant... Allez-y, merde xD)


Maeterlinck
 
Date 22/05/2012 22:20

On a su donner une parole à la folie, on a appris à écouter le malade et on y a entendu un discours humain.Bon, je vais également faire mon tatillon... Qui plus est mon tatillon théorique... En...


ogre7
 
Date 22/05/2012 21:44

Merci d'avoir lancé des débats si pertinent et dsl pour le retard! Comme beaucoup l'on remarquer il s'agit ici d'une ébauche vulgarisé du débat de fond qui est colossal et bien plus subtil que se...


farfadenicou
 
Date 22/05/2012 18:45

Je suis d'accord Helios mais j'entend trop souvent les gens dire que les médicaments c'est "le mal", alors que non parfois c'est nécessaire et même indispensable quand la psychologie ne suffit...


Helios64
 
Date 22/05/2012 18:06

farfadenicou, Je, et je suppose que tout autre personne qui donne du crédit à la psychologie n'a jamais dit le contraire ;) A mes yeux psychiatres et psychologues ont une pratique qui doivent...


farfadenicou
 
Date 22/05/2012 17:34

Mon père est infirmier en psychiatrie et il a toujours dit qu'on ne pouvait pas dissocier une approche psychologique et une approche médicamenteuse. Si on traite un patient uniquement avec des...


Helene31
 
Date 22/05/2012 15:55

Merci pour cet exposé clair et précis sur la psychiatrie, sujet volontairement rendu confus et emmêlé à souhait pour tenter de lui donner une légitimité. Ce que l'on pourrait y ajouter est un...


Helios64
 
Date 22/05/2012 10:51

J'ai vu sept psychiatre, hein... Des psychologues j'en ai vu que trois et j'ai trouvé ça plutôt inutile.Euh, Si en ayant été suivi par sept médecins et trois cliniciens tu ne parviens pas à une...


Iwoji
 
Date 22/05/2012 4:28

Je ne comprend pas en quoi ce que tu viens de dire argumente le fait que les psychologues sont des escrocs. Dans le cas contraire, je t'invite à lire ce qui à été dis précédemment par Helios64 et moi...


Fleur2saison
 
Date 22/05/2012 4:02

Clairement pas, parce que si j'en ai vu autant, c'est parce que j'ai du faire un petit séjour en hôpital psychiatrique. Quand aux autres ils ne me convenaient pas, mais ça fait un an maintenant que...


Répondre à De la psychiatrie. - commentaires

Qui est le rédacteur?

ogre7 Homme 22 ans
FR, 12 éme
Message privé
Ses articles
Offrir Premium
Profil de ogre7
Voir ses photos

Image relative

Voter pour cet article

Sujets proches

Bientôt un droit à mourir ?

Débat qui va et vient depuis des années, la légalisation de l'euthanasie, et plus largement la généralisation des soins palliatifs par rapport à l'acharnement thérapeutique, est un sujet qui fait...

VIH en Afrique : des préservatifs enfin distribués.

L'Afrique est LA région la plus affectée du monde par le VIH (Virus de l'Immunodéficience Humaine, responsable du SIDA). Sur les 33 millions de personnes infectées par le virus, 95% vivent en Afrique...

Berlusco-Sarko, même combat ?

Les médias perdent les pédales. France 3 accuse Rue89 pour la publication de la vidéo de M.Sarkozy avant son intervention au 19/20. Véritable coup de buzz politico-médiatique, on avait jamais vu un...

Remballe ton pape

Invité par Nicolas Sarkozy, le pape Benoît XVI (alias Joseph Ratzinger) sera pour la première fois en France du 12 au 15 septembre. Des mouvements libertaires et d’extrême gauche, des...

Une année 2008 qui commence bien

Carla Bruni et le petit Nicolas, la suppression des 35h, vive les PV illégaux, premiere amende sur la cigarette dans les bars, élèctions en Amérique, du pétrol en France...

Boutin dans les pieds de Sarkozy

Suite à ses déclarations sur l'homoparentalité, Nicolas Sarkozy serait très fâché contre Christine Boutin

Voeux de Nicolas Sarkozy

Dans ses voeux aux français, le président de la République a évoqué la nécessité de poursuivre les réforme, parmi elles est sous-entendue celle du PACS.

Une nouvelle première dame pour la France !

Désormais c'est officiel, Carla Bruni et Nicolas Sarkozy se sont mariés ce samedi 2 février.

Suppression des pubs sur les chaînes publiques

Parmi les annonces de Nicolas Sarkozy au cours de sa conférence de presse figure la suppression de la publicité sur la télévision du service public. Quelle bonne idée!

Arrestation de journalistes en Egypte

Cinq journalistes arrêtés en Egypte, deux autres blessés.