Train_Thalys_728x90

L'histoire d'une vie

Récit : Pourquoi vouloir raconter ici une partie de ma vie ? Parce que trop peu de gens la connaissent. De plus pour pouvoir enfin passer à autre chose et tourner définitivement la page, je veux qu'une partie de ma vie soit conservé ici par écrit.

Par où commencer ?

 

On va remonter au collège (qui ne date pas d'hier) là où tout commence et où l'orientation sexuelle s'affirme petit à petit. Elève plutôt calme je me définirais à cette époque comme quelqu'un de très discret, c'est de cette époque que me vienne tous mes complexes. Elève assez enrobé (pour ne pas dire gros) au début du collège j'avais droit à des réflexions très déplacées que je supportais mal "tu roules du cul" et d'autres réflexions du genre. Associé à une voix assez aiguë avant que je ne mue, c'était pas facile tous les jours. C'est à cette époque que la question "t'es gay?" est apparue dans ma vie par le biais de mes chers camarades .... Alors ça a commencé ; les gens qui parlent derrière le dos, qui te reposent encore et toujours la même question, alors que moi cette question je me la posais même pas, je pensais que ce n'était pas l'élément déterminant de ma personnalité. Derrière le fait que j'étais peut-être efféminé à l'époque, j'avais des envies, des sentiments, des émotions, ce que hélas personne n'a remarqué.

 

Personnellement je n'y avais jamais vraiment fait attention avant (à ma sexualité) mais à partir de ce moment-là j'ai commencé à y songer. Et plus j'y songeais, plus je me trouvais "différent" des autres. Je l'ai tout d'abord très mal pris et très mal accepté. Dans un milieu où être gay est vu comme une anomalie, qui n'arrive qu'aux autres et étant encore très influencé par l'avis de mon entourage j'ai commencé à ne pas m'aimer et à essayer de "changer". Au niveau physique j'ai commencé à faire du sport, et à m'habiller large (la croissance aidant je suis devenu assez mince à la fin du collège mais j'ai conservé ces complexes par la suite). Au niveau mental j'ai essayé de pratiquer un auto-lavage de cerveau ... J'essayais de faire comme tous les autres garçons de mon âge, d'aimer ce qu'ils aimaient, de faire ce qu'ils faisaient, j'essayais de devenir comme eux. Eux qui à l'époque me paraissaient comme le modèle de la normalité (comme quoi on peut tomber bien bas quand on ne s'accepte pas ....) Ça a été une période horrible où je me suis cherché sans fin, ou j'espérais pouvoir changer (comme si on pouvait changer quelque chose que l'on ne choisit pas ....) et surtout où j'étais terriblement seul avec personne pour en parler ou pour trouver un quelconque soutien, où j'ai dû apprendre à me débrouiller tout seul pour résoudre mes dilemmes intérieurs (ce qui n'a pas été sans conséquence sur ma personnalité d'aujourd'hui).

 

J'en ai gardé très longtemps des "séquelles", au lycée où je ne me suis pas accepté. Lié à un manque chronique de confiance en moi, il y a eu des dégâts et notamment du côté amoureux : Je sortais avec des filles pour faire comme tout le monde, j'essayais de les aimer comme elles m'aimaient mais je n'y arrivais pas, je ne pouvais pas à rendre les sentiments qu'elles me portaient et mes relations en général se finissaient assez mal tout cela à cause de moi bien sûr et de mon incapacité chronique à comprendre que j'étais GAY et pas hétéro. (je n'arrivais pas à jouer avec les sentiments des filles avec lesquelles je sortais, je pensais sincèrement au début les aimer. Je voulais y croire, à ce moment là, j'avais l'impression d'être comme tout le monde, d'être "normal", mais au bout d'un petit moment je me rendais compte que j'étais pas heureux, et ça me rendait malheureux, autant par rapport à moi même que par rapport à la fille en face, qui elle n'avait rien fait pour mériter ce que je lui faisais subir en lui faisait croire que je l'aimais.) Je le regrette beaucoup aujourd'hui. Quand on croit être le seul gay de son entourage, qu'on ne connait pas d'autres gays, et lorsqu'on vit dans un milieu qui ne nous accepte pas, on s'accroche au moindre petit détail, on cherche "une bouée de sauvetage" pour ne pas sombrer et avoir l'impression même si cela ne dure qu'un moment d'être accepté (même si on est accepté pas pour ce que l'on est mais pour ce que l'on paraît.) Indépendamment de cela j'ai réussi plus ou moins à avoir de bons moments avec mes amis même si finalement ils ne me connaissaient pas réellement. Je pense qu'ils ne l'auraient pas accepté (et même si il y avait une possibilité qu'ils m'acceptent, je n'aurais pas pu prendre ce risque [quel risque vous vous demandez ? que tout le monde sache ma sexualité et que je devienne comme un animal de foire, montré du doigt par tout le monde, je ne l'aurais pas supporté]). Et lorsque j'ai quitté le lycée et que j'ai découvert l'université tout a basculé. J'ai quitté mon petit monde du quotidien, j'ai quitté mon quartier et j'ai découvert "la vie" ; comme une renaissance.

 

L'arrivée à l'université où, ma vie va commencer, c'est une nouvelle étape que je qualifierai de cruciale. (un turning point)

Pourquoi ? Ayant été toute ma vie dans le collège et le lycée de mon quartier, ayant toujours côtoyé les mêmes personnes, je vivais comme dans une petite bulle, certes où je ne pouvais pas être moi-même mais malgré tout où j'avais mes habitudes etc ... Ayant assez peu confiance en moi, l'inconnu me fait souvent assez peur, alors vous imaginez changer complètement de quartier pour l'université et surtout ne connaître personne là-bas.

 

Au début ça a été assez difficile voire même très difficile, arriver dans un univers où c'est l'individu qui prime et où c'est bien la personnalité individuelle qui fait que l'on s'intègre ou non (personnalité qui hélas je n'avais pas vraiment eu l'occasion de développer sans inhibition), j'ai gardé mes anciens réflexes de refouler mon côté gay, et ainsi je ne l'avouais à personne à l'université mais je ne me sentais pas à ma place à cause de cette attitude permanente de refoulement que je supportais de moins en moins. Mais à côté de cela j'ai découvert le milieu gay et je commençais à sortir. C'est à cette époque que j'ai fait la découverte de ma sexualité et que j'ai commencé à fréquenter des hommes. Ce fut une découverte assez violente, et je suis sorti un peu avec les premiers venus et c'est avec eux que j'ai eu mes premières expériences (chose que je regrette aujourd'hui). Non, je ne suis pas un gars facile, mais n'ayant jamais rien connu de ce milieu et étant tellement impatient de découvrir tout cela, j'ai fait exactement l'inverse de ce que je faisais à l'université ; j'ai mis en avant mon côté gay en tant qu'homme mais en délaissant le reste de ma personnalité : je voulais rencontrer des hommes et enfin découvrir ce monde que j'avais tellement longtemps seulement imaginé. Comme vous pouvez vous en douter ce genre d'attitude ne peut durer très longtemps et j'ai commencé à ne plus aimer la personne que j'étais devenu et c'est à ce moment-là que j'ai rencontré mon premier "vrai" petit copain. Sur le coup il me paraissait parfait, il était sérieux et gentil et ne pensait pas qu'au sexe. Mais j'aurai très vite dû me rendre compte que malgré ses qualités on n'était pas fait l'un pour l'autre parce que on avait rien en commun, mais je m'accrochais à lui même si, à la fin ça me faisait plus de mal qu'autre chose parce que je voulais pas me retrouver seul. Et puis un jour (non ce ne fut pas un beau matin je me suis dit "tiens aujourd'hui je vais rompre", ça a été un peu plus long que ça, à un moment où il fallait faire un choix entre ce que moi je voulais et ce qu'il voulait ) j'ai décidé de rompre avec lui, pour enfin m'occuper de moi (ce moi que j'ai durant si longtemps négligé et délaissé pour plaire aux autres [ dans le milieu gay aux autres gars, et dans les autres domaines à mes amis ou ma famille]).

 

Aujourd'hui je suis célibataire, mais je ne suis plus à l'affût du premier venu, j'attendrai que la bonne personne se présente, je ne suis pas pressé. Je prends confiance en moi petit à petit et je fais enfin ce qui me plaît. Quand au refoulement de ma sexualité; je l'annonce progressivement à mes amis proches (dont certains l'ont pas bien pris mais je m'en fous maintenant, c'est eux qui perdent quelque chose, pas moi). Ma vie c'est ma vie, ce que je veux en faire ça ne regarde que moi, j'ai longtemps vécu de manière effacée du fait de ma sexualité comme si je m'excusais de quelque chose, d'être ce que je suis. Mais aujourd'hui si quelqu'un à un problème avec ça, je l'emmerde (désolé du vocabulaire), je compte bien m'ouvrir et enfin vivre au sens propre comme au figuré, j'ai perdu assez de temps.

 

Je ne dis pas que je suis quelqu'un de parfait, je suis quelqu'un d'assez atypique et je sais que je vais faire encore de nombreuses erreurs, mais vivre c'est faire des erreurs et apprendre de ces dernières, donc je l'accepte pleinement.

 

Merci beaucoup pour tout ceux qui auront lu, écrire m'a fait beaucoup de bien ! :) Je vous souhaite à tous beaucoup de bonheur.

 

 

Partager cet article

Répondre à L'histoire d'une vie - commentaires sur le forum
titinette1001
 
Date 12/03/2011 10:06

c'est un très beau récit, sa ma vraiment touché ^^ la vie mérite d'être vecu a fond mais quand on est "diffèrent" c'est disons compliqué, encore plus quand on s'assume pas =/ ...


micka60
 
Date 20/11/2010 4:51

bravo ta eu le courage de tassumer ,chose ke je né pa u le courage de faire juste a trois amis,je pense massumer tré biento tu ma donner l envi de massumer mille merci


boy85
 
Date 19/07/2010 3:27

Quand on s'arrête de lire, il n'y a qu'un mot qui vient à l'esprit: Touchant. Je trouve sa touchant de ta part de nous dévoiler une partie de ta vie. Et de plus une partie qui...


Legendkil
 
Date 17/07/2010 17:35

Du commencement au début du lycée je croirai presque que c'est moi qui l'ai écrit sauf que moi qui suis dans une grande ville j'ai changer de quartier plusieurs fois et j'ai...



 
Date 29/06/2010 19:48

Je dois dire, sérieusement, que c'est un très beau récit. Je comprend ce que tu as vécu. Pour l'instant, je fais tout comme toi, c'est-à-dire que j'ai 15 ans et que je fais comme...


Love-Gay-86
 
Date 24/06/2010 20:17

sa va moi je suis toujour au colège et un jour j'lai vraiment dit a tout le monde et c'est passer y a rien qui a changé ^^


Free-spirit
 
Date 14/06/2010 19:02

Bonne chance pour la suite et beaucoup de bonheur :)



 
Date 14/06/2010 16:10

Actu : L'histoire d'une vie Récit : Pourquoi vouloir raconter ici une partie de ma vie ? Parce que trop peu de gens la connaissent. De plus pour pouvoir enfin passer à autre chose et tourner...


Répondre à L'histoire d'une vie - commentaires

Qui est le rédacteur?

{user.username} {user.gender} {user.age} ans
{user.country}, {user.state}
Message privé
Ses articles
Offrir Premium
Profil de {user.username}
Voir ses photos

Image relative

Voter pour cet article

Sujets proches

Histoire d'un adolescent homosexuel, chapitre 1, le commencement

Ce récit raconte l'histoire d'un adolescent homosexuel, il se divise en plusieurs chapitres et s'inspire de ma vie et de celle de mes amies.

Être gay et célibataire à 15 ans...

Une vie. Une vie d'un jeune garçon de 16 ans, qui a découvert et qui découvre encore aujourd'hui, son homosexualité. Des hauts et des bas, des amis et des ennemis qui ne l'aiment pas car il est "PD"....

Un ou des coming-out ?

Ma vie, mon coming-out, c'est pareil pour tout le monde !

Juste ma vie.

Ma petite vie, un peu insignifiante, mais il paraît que c'est la mode de la raconter. Alors pourquoi pas moi ?

Une lettre, un coming-out pas si différent des autres.

Une ado paumée ... Un mère qui ne voit rien et qui ne comprend rien ... Des amis qui la soutiennent tant bien que mal...

Histoire d'un Adolescent Homosexuel : Chapitre 2 FlashBack

La suite des aventures de Thomas ! Bonne Lecture !

Rester dans le placard, option la plus sûre?

L'équipe du site recevant régulièrement des messages privés de zaguiens demandant conseil, une question revient souvent. En gros , « Doit-on sortir du placard pour être heureux ? »

Coming-out parental

Une lettre de coming-out pour les parents

La découverte de Soi

Chaque adolescent gay ou bissexuel est passé par cette étape : La découverte et prise de conscience de son homosexualité.

Réflexions

C'est pas un coming-out. C'est l'idée floue et non-concrète d'en faire un. Un jour peut-être, mais pas maintenant. Laissez-moi du temps ...