Trucs sordides à deux ou plus...

Le récit sulfureux d'un jeune homme qui parcoure les milieux gays.

Je viens à Paris, ses coordonnées en poche. Il faut que je le retrouve, je le retrouverai. Quatre ans, deux séparations. J'ai besoin de le voir, de le toucher, de le sentir. Quatre ans et tant d'occasions ratées.

Vendredi, site concurrent, il est là. Pas même besoin d'aller dans son ancienne école pour le retrouver, j'éviterai peut être, ainsi, de passer pour un psychopathe dangereux... et garderai seulement mon image de niais obstiné et inconscient.

 

"Il faut qu'on parle.

- Viens chez moi."

 

J’arrive chez lui, montagnes de vaisselle dans l’évier et sur la table, montagnes de vêtements sur le sol et sur LES tables… J’avance en regardant autour de moi, je ne sais pas où me mettre. Je prends le café qu’il me propose, me brûle les lèvres, et l’amertume m’use la langue. Sa bouche vient consoler la mienne.

 

« Je ne coucherai pas avec toi… Je ne couche plus avec personne. »

 

Soit, nous ne coucherons pas ensemble. Je ne suis même pas sûr de pouvoir coucher seul dans les jours qui viennent, jusqu’à ce qu’il me propose de me loger jusqu’à mon départ. Ma valise vient donc rapidement prendre place dans l’entrée, nouveau tas de vêtements, ajoutant une touche mélancolique à l’immondice de l’appartement.

 

22h10, cinéma. The Rocky Horror Picture Show.

« Vous avez pas du feu ?

-          Si.

-          Merci… Vous êtes ensemble ?

-          Non.

-          Ouais c’est vrai, vous avez de bonnes tête d’hétéros… Allez, bonne soirée. »

Alors qu’un comédien nous ordonne de violer notre voisin, je tente une approche. Hélas, le comédien suscité se jette sur moi et malgré mes cris de désespoir (« je suis mineur ! je suis mineur ! »), il me déshabille et me prend dans toutes les positions possibles. Perdre son innocence en public.

 

Visite de Paris, je lui demande de m’entraîner au bout de la nuit, tel un démon de minuit (un fantôme de l’ennui m’entrainant jusqu’à l’insomnie… si si). Il m’emmène donc, quelques verres plus tard, pour un karaoké endiablé dans un bar du marais.

« Tu pourrais être mignon, mais en fait t’es pas un beau mec… T’as dépassé 28 ans, tu fais plus bander personne ! » me lance un ivrogne à l’entrée. Je fais fi(st) de ses mots, et descend vers la scène.

C’est comme ça… Je sens Catherine Ringer en moi. Je me déhanche avec un regard libidineux sous les acclamations, je chante faux au possible et prends mon pied.

« C’étaient Yannis et Adrien, ils sont beaux, ils sont hétéros ! »

Ca fait deux fois.

 

La soirée continue, marcher, longtemps… Il est 5h10, tout semble fermé… On arrive enfin devant le dépôt. C’est intrigués et amusés que l’on se dirige vers l’entrée, avant d’être accosté violemment par le videur.

« Vous savez ce que c’est ici ?!

-          Bein… une boite…

-          Ouais mais… Y a pas de fille ici ! »

On s’en remettra.

Après un passage au vestiaire, je fais mes premiers pas sur la « piste de danse ». L’odeur de la sueur brule mes narines, tandis que mes pieds se décollent difficilement des résidus de foutre sur le sol. Rapidement, un garçon m’attrape la main. Saisir Adrien et suivre l’inconnu, il n’y a pas de mal à visiter.

Une cabine, pas un mot, il nous déshabille puis se jette sur mon compagnon.

« Vous êtes ensemble ?

-          Non. »

Ce serait lui donner trop de plaisir.

 

Deux suçons, plus de pipes que de clopes dans mon paquet, des caresses, des sécrétions qui suintent, crasse physique et morale. Ils ne bandent plus, je suis donc pris à parti par le postérieur du jeune inconnu. Adrien essaye de s’enfuir. Le retenir, peur d’être seul.

 

« Je t’aime » dit pour la première fois, mon sexe dans un autre, aveugle et sourd, essayant d’oublier mes autres sens, d’oublier l’odeur et la sensation. Envie de fuir sans y arriver. L’inconnu n’arrive même pas à se finir, nous décidons de l’abandonner à son impuissance.

Il est 8h00, nous quittons le dépôt.

 

Rentrer chez lui, saouls, éviter les tas de vêtements jusqu’à la douche, se frotter jusqu’à en avoir la chair à vif, et faire enfin l’amour, pour se faire pardonner… sans y arriver.

 

Trucs sordides à faire à deux :

-          Le voir partir.

-          Rester chez lui.

-          Y emmener un autre garçon.

-          Le tromper.

-          Lui refaire l’amour.

-          L’abandonner.

 

On est lamentables. Moi dans le train, lui en dessous de ma fenêtre, accrochés à nos portables, collés à la vitre, les yeux qui brûlent.

 

« J’ai envie de venir dans ton train.

-          Alors viens.

-          Le TGV n° 6916 à destination de Marseille St Charles va partir… Veuillez prendre garde à la fermeture des portes ».

Salope.

 

Se mettre en couple, c’est se forcer à accepter, plus tard, une séparation.

Attendre et aimer.

 

« Taxi, suivez ce TGV s’il vous plait ! »

 

Ressasser des phrases dans son esprit, des images aussi… garder les yeux ouverts pour ne plus voir l’inconnu, mais se savoir impossible d’oublier ses phrases, et tant d’autres aussi.

Sentir la souillure s’incruster de jour en jour, et l’éventualité du pardon s’effacer, alors que les souvenirs restent.

Partager cet article

Répondre à Trucs sordides à deux ou plus... - commentaires sur le forum
Ulysse
 
Date 13/02/2013 21:47

Je me demande ce que mastermasque pense de ce texte.lol, pas grand chose ^.^'


Pedroestrogene
 
Date 13/02/2013 21:21

Je me demande ce que mastermasque pense de ce texte.


kumfu-minou
 
Date 04/05/2012 8:50

Excellent ! Ton texte a vraiment "quelque chose". C'est dommage que tout le monde ne s'en rende pas compte (même si on a tous nos sensibilités, bien sûr). J'adore le ton que tu as choisi...


gaysboysdu27
 
Date 04/05/2012 0:03

il est jli ton texte


Indochine-77
 
Date 28/06/2011 23:51

un texte digne d'un des recit de Marguerite Duras Waaou


Indochine-77
 
Date 28/06/2011 23:42

un texte digne d'un des recit de Marguerite Duras Waaou


Beatty
 
Date 07/07/2010 0:42

j'aime bien. Ca se laisse lire. Une esquisse de Bret Easton Ellis :)


elsalita
 
Date 22/03/2010 17:06

. Un comédien au cinéma ?bah c'est The Horror Picture Show !! Y'a toujours des comédiens en même temps que le film :)



 
Date 06/03/2010 12:59

J'aime pas non plus, j'argumenterais pas plus, soto le fait beaucoup mieux que moi.



 
Date 06/03/2010 11:25

On dirait un peu que tu fais de ton écriture une serie linéaire, de mots entre coupés de saccades et de trésautement, pour te donner un coté artiste... un peu comme un artiste contemporain fait des...


Répondre à Trucs sordides à deux ou plus... - commentaires

Qui est le rédacteur?

KiriKiriKiri Homme 25 ans
FR, Paris
Message privé
Ses articles
Offrir Premium
Profil de KiriKiriKiri
Voir ses photos

Image relative

Voter pour cet article

Sujets proches

Taciturne

Le sacro-saint "coming-out" s'exprime-t-il obligatoirement ? Sont-ce les mots seuls qui frappent la porte pour en demander la clef ? À la vérité, on entend beaucoup de choses sur cette révélation...

Une histoire de plus en plus ''commune'' ...

Récit d'un fait réel, qui devient de plus en plus commun de nos jours, et qui pourrait arriver à tout le monde

SIDA : ouverture du centre de dépistage rapide « Checkpoint » à Paris

Le 26 janvier 2010 à 20H30, le Kiosque (association de lutte et de prévention contre le Sida) inaugure un concept innovant, « Checkpoint », son centre de dépistage rapide du VIH destiné aux hommes...

Tout pour plaire !

On se demande souvent ce que veulent les filles, mais que voulons-nous en retour, nous les hommes ? Et en particulier la gente masculine homosexuelle. En effet, à chaque rendez-vous, chaque rencontre...

Un point sur le Sida

Petit rappel à propos du SIDA, où en sommes nous ? Y a-t-il de nouvelles mesures de préventions, des vaccins sont-ils en cours d’élaboration ?

Le vestiaire du "troisième sexe" en Suède

C'est Courrier International qui nous apprend la nouvelle. Dans un lycée suédois, un troisième vestiaire a été ouvert, pour les élèves ne se sentant ni homme, ni femme.

Une mauvaise première fois dans le milieu

Ma première fois dans le milieu. Il s'agit de MON expérience et donc de MA vision, libre à vous de me contre dire.

La Mansion Barcelone @ La Villa Rouge

------- Vendredi 7 Mai 2010 ------- ---------- "La Mansion" ----------- Soirée cultissime des dimanches soirs gay de Barcelone, débarque en France et à la Villa Rouge pour la première fois

New York avec toi

C'est bizarre, vous avez sûrement un jour ou l'autre rêvé d'arpenter la 5ème avenue, de découvrir Broadway, et de regarder la nouvelle Amsterdam du haut de l'Empire...

Sex in the city

L'exposition "Sex in the city" propose à tous les clubbers, réunis aux Solidays les 24, 25 et 26 juin 2011 sur l'hippodrome de Longchamp à Paris, une aventure interactive et ludique dans un...