Train_Thalys_728x90

Réflexion sur l'Amitié

Réflexion inutile mais construite sur l'Amitié, les relations de l'Amitié mais aussi sur les Ennemis et le lien avec notre construction personnelle.

Peut être ne sais-je pas réellement ce qu'est l'amitié. Mais je dirais plutôt que nous avons chacun une conception différente de cette dernière. Certains la voient comme un effort de solidarité, comme un filet de sécurité en cas de coups dur; je rejette cette vision égo-centrée et conçois l'amitié comme une forme très forte d'amour, un attachement intense envers une personne. Pour moi, elle découle d'un profond respect, d'une confiance et d'une forme d'admiration mutuels. Laissez moi expliquer ces points. Le Respect est pour moi une des marques les plus profonde de la sagesse. Elle exige en effet bien au delà du principe de tolérance (lequel demande de reconnaître l'autre, son opinion et ses actes comme louables) une démarche de considération de la personne concernée. Je veux exprimer par là que je considère mes amis comme respectables dans le sens où ils l'ont mérité, que ma considération leur égard est justifiée par leurs démonstrations et agissements et qu'elle débouche très naturellement sur une notion de confiance. Cette confiance est accordée chez moi naturellement, elle grandit ou diminue au fil du temps mais s'établit dans des domaines différents en fonction des affinités particulières à chaque personne; quelque soit l'amitié, chacune est particulière et la confiance réside aussi dans l'assurance des sentiments réciproques de l'autre sans quoi les autres facteurs s'en trouvent altérés, et sans pouvoir l'expliquer chacune complète l'autre et chacune se développe donc sur un type de confiance varié : Elle doit être dans un rapport d'amitié pleine mais pas totale c'est à dire qu'il est possible d'avoir confiance en quelqu'un en sachant que d'autres personnes dans les périmètres du «réseau » de la personne concernée pourront être mises au courant, la confiance s'établit alors plus dans l'idée que la personne à qui on l'attribue saura argumenter les faits qu'elle divulguera de manière compréhensive et dépourvue de toute sournoiserie. L'admiration enfin, suppose que l'autre possède quelque chose que l'on ne possède pas, c'est la seule notion d'intérêt qui pourrait être prise en compte dans ma conception de l'amitié. Cette admiration veut que l'on voudrait ressembler à la personne que l'on fréquente, ressembler dans une vision intrinsèque et sémantique et que l'on fréquente cette personne dans le but de percer un mystère de l'autre : ne sommes nous pas une collection d'influences de toutes les personnes que nous avons rencontré ? Ces influences, nous pouvons les considérer positivement dans un rapport d'adaptation et d'intégration ou négativement dans un angle d'opposition. Dans cette optique, nous souhaitons que l'influence de nos amis soit grandie proportionnellement à la proportion par laquelle nous aimerions ressembler à la personne.

Je suis convaincu que ces trois domaines sont les bases de l'amitié, elles procurent un sentiment de bien être profond dans le sens qu'elle n'est alors nullement forcée et qu'elle ne s'attend à rien en retour, seulement à ce que les trois domaines soient réciproquement respectés. On aboutit alors à la solidarité à l'état pur, bien plus forte et durable que de simples relations d'intérêt et tellement plus bénéfique.

La « perte » d'une amitié, bien que je n'aime pas ce terme car l'on ne possède pas ses amis. Découlerai selon moi de la perte de l'une de ces valeurs concernant l'ami en question. Une perte de Respect ne permet en effet plus de considérer l'autre comme méritante de l'attention que l'on porte pour elle. Une perte de confiance va dans le même sens et se renchérit du sentiment de trahison, plus pervers, car blesse une des personnes concernées et déçoit mais la force d'une amitié peut impliquer un pardon, souvent difficile mais qui peut être entraîné grâce au soutien des deux autres valeurs. La perte d'admiration elle, est souvent plus lente ou peut être directement liée à la perte des deux facteurs précédents, elle peut faire office de relais afin de rétablir la force d'une des deux autres ou encore faire état de régulateur afin de moduler l'effet que peut avoir la dissolution d'une amitié sur le mental.

Dans ces rapports, je ne pense pas non plus que l'on puisse négliger l'importance des ennemis dans la construction de soi et j'irai même plus loin en considérant qu'ils se révèlent plus importants que l'essentiel de l'entourage relationnel – amis exclus. L'ennemi est à mon sens, non pas l'inverse de l'ami, mais plutôt un ennami c'est à dire une personne pour qui on ressent les trois valeurs que j'ai sus-cité mais dans un système incluant la rivalité. C'est à dire que bien évidemment on respecte son ennemi, car si l'on ne le considère pas dès lors on entre sous l'angle de vue de l'indifférence alors que dans le cas de l'ennemi on rentre dans le domaine de l'opposition lequel de toute évidence permet la construction d'une partie de l'identité, puisque l'ennemi est en fait la prise en compte de ce que l'on ne veut pas être et donc devient une valeur repère, on se doit de le considérer. La confiance paraît une notion plus difficile à défendre concernant l'ennemi, et pourtant la confiance considérée comme l'assurance de l'agissement de quelqu'un dans une direction peut s'appliquer à l'ennemi. La confiance réside donc chez l'ennemi en l'espérance (terme qui demeure la clé de la confiance) que l'ennemi conservera des positions radicalement opposées aux siennes dans le but de maintenir sa cohérence personnelle. Si l'ennemi arrive à converger avec nos idées propres, alors un sentiment de trahison nous accapare de la même nature que la trahison de l'ami. Et souvent, dans l'objectif de se protéger de cette défaillance d'opposition, on voudra trouver chez l'ennemi un geste relatif à l'envie voire la jalousie conduisant à la copie. La remise en cause de son propre modèle est plus difficile.

L'admiration enfin, se vaut dans le fondement du respect que l'on apporte à son ennemi car l'ennemi n'est pas sujet de haine, mais de rivalité. Ainsi l'admiration est couramment exprimée chez l'ennemi par la jalousie, il y a une part de cette personne là que l'on voudrait être mais qui rentre en profonde incohérence avec le modèle que l'on s'est créé. Cette jalousie créé donc une admiration dans les faits, puisque l'on sait que l'on ne pourra jamais être ce que l'on jalouse de l'autre et l'on admire la personne pour le fait qu'elle ait assumé des choix différents des siens.

Le véritable ennemi réunit selon moi, au même titre que l'ami, ces trois conditions. Si une seule l'est, alors on entre pas réellement dans un rapport de compétition pouvant être bénéfique à soi, mais plus dans une idée de simple mépris que je qualifierais de basique pour la raison qu'elle ne se caractérise pas par un avancement idéologique de sa propre personne mais plus sur un campement de positions fixe et rigide inutile et improductif. Pour résumer, l'ennemi est l'issue et l'objet d'une profonde réflexion tandis qu'un simple objet de haine réside d'un acharnement fondé sur des valeurs superficielles.

 

Partager cet article

Répondre à Réflexion sur l'Amitié - commentaires sur le forum
allomat69
 
Date 26/09/2009 8:47

zelda92 , "Pour l'instant j'ai rompu les liens avec tous mes amis car ces relations ne m'apportaient rien de bien" autrement dit tu idéalises l'amitié au travers de supports...


zelda92
 
Date 26/09/2009 5:06

C'est un sujet qui me passionne l'amitié; une relation sur laquelle je me suis documenté.Je potasse la question avec des bouquins comme comment tirer profit de ses ennemis et l'ami...


souris777
 
Date 25/09/2009 23:59

Interressant de comprendre et d'analyser le milieu dans lequel on vit... Ennemi-ami


allomat69
 
Date 07/08/2009 12:56

amis et ennemis, respectables, de confiance ou prévisibles, et admirables... c'est une idée qui me plait parce qu'il faut consacrer autant de sentiments, amour ou haine, à un ami ou un...



 
Date 07/08/2009 10:41

Réflexion inutile mais construite sur l'Amitié, les relations de l'Amitié mais aussi sur les Ennemis et le lien avec notre construction personnelle.Laissez vos commentaires à propos de l'article :...


Répondre à Réflexion sur l'Amitié - commentaires

Qui est le rédacteur?

{user.username} {user.gender} {user.age} ans
{user.country}, {user.state}
Message privé
Ses articles
Offrir Premium
Profil de {user.username}
Voir ses photos

Image relative

Voter pour cet article

Sujets proches

Un ou des coming-out ?

Ma vie, mon coming-out, c'est pareil pour tout le monde !

Coming-out, la révélation, l'aide d'un ami

Un ami : "Il faut qu'on arrête on va devenir pd !". Quelques secondes. Moi : "Je le suis déjà."

Mes annés collège, partie 1

Voici la première partie d'une histoire... la mienne qui n'a pas été facile tous les jours et me confier sera le mieux je pense. J'ai écris dans mon journal durant mes années collège, et je m'en...

La folle haine des folles

Petite réflexion sur ce phénomène consternant qui semble frapper tant la population hétérosexuelle qu'homosexuelle : la haine des folles.