Pas très catholique le pape

"On ne peut pas résoudre le problème du Sida avec la distribution de préservatifs. Au contraire, leur utilisation aggrave le problème." Benoit XVI s'attire ce Mardi 17 Mars un tonnerre de protestations dans le monde entier avec ses propos condamnés à la quasi-unanimité.

Après les protestations survenus à la suite de la réhabilitation d'êveques intégristes et négationistes, de l'excommunion prononcée à la suite de l'avortement d'une fillette de 9 ans, le pape Benoit XVI a déclenché une tollée internationale sans précédent à la suite de ses contre-vérités proclamées lors de son dernier voyage au Cameroun.

"On ne peut pas résoudre le problème du Sida avec la distribution de préservatifs. Au contraire, leur utilisation aggrave le problème".

Même si Benoit XVI ne faisait que reprendre les idées véhiculées par son prédécesseur Jean-Paul II en soulignant cette fois ci la "gravité" du port du préservatif, les condamnations ont été quasi-unanimes, même chez la droite chrétienne française. Le quotidien Le parisien à interrogé plusieurs personnalités françaises qui ont réagit, ce jeudi 19 mars, sur les paroles du souverain pontife, parmis lesquelles :

Alain Juppé : "Ce pape commence à poser un vrai problème [...] Je sens autours de moi un malaise profond".

L'association Aides : "Les déclarations du pape font preuve d'une ignorance et d'un moralisme éloigné des réalités pragmatiques de santé publique"

Christine Boutin : "Je pense que ce n'est pas drôle de mettre le préservatif quand on fait l'amour. Chacun fait comme il peut et comme il veut. Mais n'attendez pas du pape qu'il dise qu'il faut mettre le préservatif"

Monseigneur Michel Dubost : "Si des personnes ont des conduites que l'Eglise n'approuve pas mais qu'elles sont en danger de mort, elles doivent prendre les moyens nécessaires, et en particulier le préservatif pour éviter le danger [...] Mais vouloir lutter contre le sida avec le seul préservatif, c'est aussi intelligent que penser éradiquer les accidents de moto en faisant campagne pour le port du casque".

La ministre de la santé, Roselyne Bachelot se dit consternée et choquée. Elle déclare que les propos du pape sont une "contrevérité scientifique absolue". Ces propos ont été qualifiés par certains organismes de "criminel" envers les catholiques pratiquants, qui suivent la "bonne parole" du souverrain pontife, notamment en Afrique, ou les déclarations ont eu lieu. 

Concernant les catholiques pratiquants français, beaucoup se disent gênés. Ils ne suivent plus aveuglément les recommandations de Benoit XVI et ne sont pas vraiment surpris par ses propos. Certains d'entre eux désignent "une crise de confiance" tandis que d'autres dénoncent une "radicalisation" de l'Eglise Catholique.

 

Partager cet article

Image relative

Voter pour cet article

Sujets proches

Préservatifs et lubrifiants

Pour en finir avec les idées reçues

Art visuel militant : Quand une photographe Black et Goudou décide d'exister.

Alors que les Gay Pride occidentales suscitent le débat sur une prétendue bonne ou mauvaise image d'une « communauté LGBT » elle-même contestée, le « I will survive » qui résonne dans les rues du Cap...

La Corne de l'Afrique s'enfonce dans la famine

Certains drames ont, de par leur aspect médiatique vendeur, la fâcheuse tendance à en faire passer d'autres, parfois plus dramatiques encore, au second plan. Ainsi, on aura beaucoup parlé ces derniers...

Noir Désir : La fin

C'est désormais officiel : Le groupe de rock Noir Désir vient d'annoncer sa séparation

Remballe ton pape

Invité par Nicolas Sarkozy, le pape Benoît XVI (alias Joseph Ratzinger) sera pour la première fois en France du 12 au 15 septembre. Des mouvements libertaires et d’extrême gauche, des...