Train_Thalys_728x90

L'espoir d'un coming-out en douceur.

"- Papa, j'aime une fille." Il m'a regardé, a rigolé. "- Tu es sérieuse ? "- Oui." Non, Papa. Je ne plaisantais pas, et j'aurais tellement aimé que tu le prennes aussi bien que Maman.

Le soleil brillait, les oiseaux chantaient et mon coeur battait, contre la cage qui l'enveloppait, d'une façon peu commune. Des craintes, des doutes, des interrogations, un soulagement futur. Je devais en parler. Cela faisait déjà quelques mois que j'étais avec ma copine et ne rien dire à mes proches me faisait plus de mal que de bien. J'avais 12 ans, lorsque j'ai découvert ma bisexualité et 13 quand j'ai enfin trouvé le courage de vider mon palpitant du poids qui lui pesait lourd. Je me souviens avoir compter le nombre de pas qui me séparaient de la cuisine avant d'y pénétrer. Je me souviens de mon rythme cardiaque qui ne faisait qu'augmenter au fur et à mesure que le temps passait. J'entrais dans la cuisine et m'installais sur une des chaises. Comme je l'avais prévu, mon père n'était pas à la maison et j'en étais soulagée.

Ma mère et ma grande soeur, âgée de 30 ans à l'époque, me regardaient. Elles avaient tout de suite deviné qu'une discussion sérieuse allait s'engager dans ce petit espace légèrement meublé. Mes doigts entrelacés sur mes genoux, j'attendais. Quoi ? Pouvoir aligner deux mots. Il devait être midi, et j'entendais les aiguilles tourner lentement au-dessus de ma tête. Quand j'avais daigné lever les yeux, mes pupilles s'étaient plongées dans celles de ma soeur qui m'encourageait à dévoiler. Mon aînée, la femme parfaite. Celle que j'ai toujours admiré, toujours adoré, adulée. J'avais pris une inspiration plus grande que les autres et avais soupiré bruyamment. J'avais peur de me dégonfler alors je me jetais à l'eau.

"- Je ..."

Silence. Comment leur dire ? J'avais foncé tête baissée sans n'avoir rien préparer. Je m'éclaircissais la gorge.

"- J'aimerais vous parler de mon amie"

Le "e" étant muait, elles ne pouvaient pas se douter que je parlais d'une fille et non d'un garçon alors ma mère prit la parole à son tour, lançant un : " De ton copain ? ". J'avais fait un mouvement de la tête, en signe de négation.

"- En fait, c'est... Ma copine."

Alors elles avaient ouvert les yeux, en signe d'étonnement. Je les regardais, mon coeur prenant des virages plus serrés les uns que les autres. "Ta copine ?". J'acquieçais. J'attendais les reproches les paupières closes, qui ne venaient pas. Contre toutes mes attentes, je les vis sourire. Et là, c'est l'implosion de joie. Je me sentais libérée, mais le plus dur restait à faire : Mon père. Nous avions parlé, longtemps. Je leur avais tout raconté, du début jusqu'à l'heure d'avant où je la serrais dans mes bras.

Quelques semaines plus tard, nous étions allés au restaurant, en famille. Il n'y avait pas de célébration particulière, c'était habituel de se retrouver dans ce petit chinois à une dizaine de kilomètres de chez nous. J'étais en diagonale de mon père, en face de mon beau-frère et entourée de ma soeur et de ma nièce. Les rires fusaient, les sourires claquaient, les paroles s'échangeaient et de fil en aiguille la discussion avait dévié sur l'homosexualité et la bisexualité. Mon père, le conformiste qui aimait que tout soit fait dans la nature de la vie ne supportait pas l'idée de voir deux personnes du même sexe ensemble. Je connaissais son point de vue, je me doutais de sa réaction. Et je les voyais bien, ces regards que ma soeur me lançait. Elle vérifiait si tout ce qu'il racontait ne me bousculait pas trop. Oui, ça me blessait. Oui j'avais mal, quand il disait que c'était du grand n'importe quoi. Oui, je souffrais, je brûlais intérieurement. Comment faire autrement ? Les yeux baissés sur mes pattes à la carbonara, j'écoutais. Pourquoi ? Je n'en savais rien, je ne contrôlais plus mon corps et mes sens. La colère m'envahissait petit à petit et soudainement, ne voulant pas le laisser me descendre inconsciemment, je plantai mes prunelles dans les siennes.

"- Papa, j'aime une fille."

Silence. Mon beau-frère qui avale de travers et ma nièce qui s'étouffe avec son coca. J'avais vu son visage se décomposer pour redevenir, quelques instants après, impassible. Je savais, que c'était un mauvais présage et pourtant... Pourtant, il avait rigolé. D'un rire si ironique, qu'il résonnait dans mes oreilles et m'arrachait les tympans. Je l'avais dit. À mon père. Je n'en revenais pas et me maudissais. La table grimaçait autant que moi, et je sentais la main de ma soeur se poser sur la mienne, qui aurait pu déchirer mon jean tellement elle était tendue. Elle me la sera fort, pour me montrer sa présence. Je lui glissai une oeillade et reporta mon attention sur mon géniteur qui avait cessé, me dévisageant d'un regard sévère. Mon coeur était sur le point de lâcher.

« - Tu es sérieuse ? »

J'avais acquiescé. Il m'avait sondé une deuxième fois durement avant de pousser son assiette, me balançant à la figure que je le dégoûtais. Je déglutis, difficilement. Il demanda l'addition et se leva pour sortir du restaurant. Les larmes aux bords des yeux, je me calai dans les bras de mon aînée.

Quelques mois après ma révélation, il commençait à digérer (non sans l'aide de ma mère) mais me conseilla de ne pas me montrer à lui dans les bras d'une fille. Je devrais faire attention. Depuis, deux ans se sont écoulés et la l'opinion de mon père c'est arrangé en un : " Tu fais ce que tu veux, du moment que je ne vois rien." Depuis ces deux ans, ma copine est décédée, ma soeur et ma mère sont toujours là pour me soutenir dans mes relations, ma nièce est fière de moi, mon beau-frère me sert de confident et je suis heureuse.

Partager cet article

Répondre à L'espoir d'un coming-out en douceur. - Commentaires sur le forum
Drew76
 
Date 26/04/2012 18:11

C'est bien qu'aujourd'hui ton père l'accepte (sans l'accepter) et c'est aussi très bien que en allant dans ce restaurant, tu avais ta soeur pas loin pour t'épauler, et la savoir au courant de ta...


Deadbird
 
Date 24/11/2011 16:35

J'aime beaucoup ta façon d'écrire, ton texte est très joli (:


caloa
 
Date 11/08/2011 12:37

Très belle histoire, tu as beaucoup de courage! Bonne continuation pour la suite ^^


marietchoupi
 
Date 01/08/2011 5:36

salut on ne se connais pas c'est trés jolie je voulias te dire que j'ai vecu la mème chose moi mes moi c'étai enver ma grand soeur donc si tu a besoin d'aide ecri moi il n'y a pas de problemes je...


lily1311
 
Date 05/03/2011 7:26

tres beau texte ;) je te souhaite bcps de bonheure pour la suite


MissDiane
 
Date 10/01/2011 12:43

Les larmes aux yeux en lisant. Ma psy dit que je suis un mec trop sensible. J'aime beaucoup ton style d'écriture. Je te souhaite de trouver le bonheur! =)



 
Date 07/01/2011 21:51

C'est super bien écrit ! Je suis fan :) Mercii pour ce petit moment agréable lors de la lecture de ton texte !


HappySmileMM
 
Date 23/12/2010 22:30

Qu'un mot à dire : Wow ! Enfin non, plusieurs : Déjà je tenais à te faire remarquer, comme plusieurs personnes l'ont déjà fait d'ailleurs; tu écris merveilleusement bien. C'est...



 
Date 16/06/2010 22:13

Ouah j'en reste sans voix. C'est ineffable. Sincèrement :)


Angel-Yad
 
Date 30/10/2009 17:19

Wouha, trés beau texte. Je suis contente de voir vers la fin, que toute ta famille t'es accepter telle que tu es. Même si ton pére est un peu plus retissant. Mais ça aurait pu être pire. Je...


Répondre à L'espoir d'un coming-out en douceur. - Commentaires

Qui est le rédacteur?

{user.username} {user.gender} {user.age} ans
{user.country}, {user.state}
Message privé
Ses articles
Offrir Premium
Profil de {user.username}
Voir ses photos

Image relative

Voter pour cet article

Sujets proches

Sur le chemin du coming-out

Moi c'est Clara, 16 ans et lesbienne. Je vais vous raconter ici quelques anecdotes de mes coming-out, comment je le vis et les conclusions que j'ai pu en tirer.

Mon Coming-Out : une lettre pour mes parents

Mon Coming-Out à mes parents, je l'ai fait un peu différemment des méthodes classiques : avec une lettre.

Réflexions

C'est pas un coming-out. C'est l'idée floue et non-concrète d'en faire un. Un jour peut-être, mais pas maintenant. Laissez-moi du temps ...

Taciturne

Le sacro-saint "coming-out" s'exprime-t-il obligatoirement ? Sont-ce les mots seuls qui frappent la porte pour en demander la clef ? À la vérité, on entend beaucoup de choses sur cette révélation...

Une lettre, un coming-out pas si différent des autres.

Une ado paumée ... Un mère qui ne voit rien et qui ne comprend rien ... Des amis qui la soutiennent tant bien que mal...

Mon ''Coming-out''

Je suis lesbienne, mon père est raciste & homophobe, ma mère n'y comprend rien.

Vous pensiez qu'il était hétéro ?

Sous couvert d'une identité hétéro, les LGBT se jouent de leurs proches, dans l'ombre. Savez vous seulement qui de vos amis ou connaissances sont réellement ce qu'ils prétendent être ?

Mon coming-out : tout dans ma petite tête ...

Une jeune fille de 16 ans nous narre courageusement son chemin vers l'acceptation de son orientation sexuelle.

Mon coming-out, devant toute ma classe en cours de Français.

Mon coming-out, devant toute ma classe en cours de Français.

Juste ma vie.

Ma petite vie, un peu insignifiante, mais il paraît que c'est la mode de la raconter. Alors pourquoi pas moi ?